Halacha pour vendredi 19 Iyar 5779 24 mai 2019              

Date de la Halacha: 19 Iyar 5779 24 mai 2019

Catégorie: General


Questions/Réponses Halacha Yomit - Dire « Bonjour » le matin, avant la prière – La bénédiction sur la purée – Une circoncision au rayon laser

Recueil de réponses données ces derniers temps

Question: Est-il permis de dire « Bonjour » le matin avant la prière?

Réponse: Il est expliqué dans la Guémara Béra’hot (14a) qu’il est interdit de dire « Chalom » à quelqu’un le matin avant la prière de Cha’harit.
Des choses sévères ont été dites à ce sujet, car l’un des noms d’Hachem est « Chalom », et il ne faut pas devancer le salut d’un homme avant de prier.
Selon la stricte règle, cet interdit n’existe que lorsqu’on se rend au domicile ou au magasin de quelqu’un dans le but de lui dire « Chalom » (dans le but de le saluer) et parler avec lui avant de prier. Mais si on le rencontre par hasard dans la rue, il est permis de lui dire « Chalom ».
Malgré tout, le Rachba écrit que même dans ce cas, il est préférable de lui dire « Boker Tov » si l’on n’a pas encore prié, et ne pas utiliser le mot « Chalom ».
Dans le Choul’han ‘Arou’h (chap.89), MARAN cite les propos du Rachba.
Même si selon la stricte règle, il y a matière à autoriser comme nous l’avons expliqué, malgré tout, de nombreuses personnes ont l’usage de s’imposer la rigueur sur ce point conformément aux propos du Rachba.
De façon générale, si l’on rencontre un voisin ou un ami qui nous dit « Chalom », il faut lui répondre « Chalom ».
Au sujet des personnes qui ne répondent pas dans un tel cas, la Guémara Béra’hot (6b) rapporte : Rabbi ‘Helbo dit au nom de Rav Houna : Toute personne qui sait que son ami a l’habitude de lui dire « Chalom », doit le devancer et lui dire « Chalom », comme il est dit : « Recherche le Chalom et poursuit le ». Si son ami lui a dit « Chalom » et qu’il ne lui répond pas, il est considéré comme un voleur. Fin de citation.

 

Question: Quelle bénédiction récite-t-on sur la purée?

Réponse: La bénédiction de la purée – qui est constituée de pommes de terre écrasées, assaisonnée de sel et d’épices – est « Boré Péri Ha-Adama ».
Même selon l’usage des Achkéanzim qui récitent « Chéhakol Nihya Bidvaro » sur des fruits écrasés, ceci n’est valable que lorsque les fruits sont complètement écrasés, au point où l’on ne distingue même plus quels fruits sont présents.
Mais pour la purée où l’on reconnait qu’il s’agit de pommes de terre écrasées, selon tous les avis sa bénédiction est « Boré Péri Ha-Adama ».
C’est ainsi que tranchent les grands décisionnaires des dernières générations, le Gaon Ya’bets dans son Siddour, le Gaon auteur du Michna Béroura (chap.202 note 40), et d’autres.
Fondamentalement, sur le fait que l’on récite « Boré Péri Ha-Adama » sur la pomme de terre, certains ont écrit que l‘on doit réciter « Chéhakol Nihya Bidvaro » par confusion, car ils ont cru que la pomme de terre était une variante de la catégorie des champignons et truffes qui poussent dans la terre et sur lesquelles on récite en effet « Chéhakol Nihya Bidvaro ».
Mais la pomme de terre s’abreuve véritablement de la terre et ne fait pas partie des champignons. Il faut donc réciter « Boré Péri Ha-Adama » sur la pomme de terre.

 

Question: Si un bébé a des problèmes de coagulation, est-il permis de pratiquer sa circoncision à l’hôpital au moyen d’un rayon laser?

Réponse: Il n’est pas juste de pratiquer la circoncision au moyen d’un rayon laser, même si celui qui la pratique est un juif qui observe les Mitsvot, malgré tout, il n’est pas correct d’agir ainsi, car il est nécessaire que la circoncision soit pratiquée exclusivement au moyen d’un objet qui coupe, comme une lame par exemple.
Cependant, étant donné qu’il est parfois impossible de faire autrement, certains grands décisionnaires des dernières générations écrivent que l’on peut autoriser en cas de grande nécessité, mais dans ce cas, le Mohel ne doit pas réciter la bénédiction sur une telle circoncision.
Dans la pratique, le Gaon auteur du livre « Torat Ha-Bérit » (chap.16) écrit que de notre époque, il n’est plus nécessaire de pratiquer la circoncision au moyen du rayon laser, car il existe aujourd’hui des façons de circoncire de manière normale et d’utiliser lors de la circoncision des moyens précis qui entraînent la coagulation, et ainsi réaliser la circoncision dans toutes ses règles.
Dans un tel cas, il faudra bien-sûr faire appel à un Mohel qui maitrise ces procédés spéciaux, et ne pas se fier à tout homme.

< < La Halacha précédente Halacha suivante > >

Questionner Le Rav