Halacha pour mercredi 22 Av 5780 12 août 2020              

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen

 

Date de la Halacha: 22 Av 5780 12 août 2020

Catégorie: Berachot


Le Gomel pour une personne malade – Le Corona

Question: Une personne qui a été victime du Corona, mais sous une forme légère sans avoir été véritablement en danger, qui a été malade et alitée, doit-elle réciter le Gomel?

Réponse: Dans la précédente Halacha nous avons parlé de façon générale des lois du Gomel, et nous avons dit qu’elle se récite seulement dans les 4 cas cités dans le Talmud qui sont, celui qui voyage en mer, celui qui traverse le désert, celui qui était malade et à guérit et celui qui sort de prison.

Le RAMBAN nous enseigne dans son ouvrage Torat Ha-Adam à propos du Gomel pour celui qui était malade, qu’il ne s’agit pas seulement d’une maladie qui met la personne en péril, mais toute maladie qui fait que la personne soit alitée, engendre l’obligation de réciter le Gomel, car comme nos sages nous l’enseignent, toute personne qui est alitée ressemble à celui qui monte à la potence pour être jugé et qui a besoin de bons avocats pour redescendre, et pour le malade il en est de même, Hachem lui a trouvé de bons avocats pour lui sauver la vie, et ces avocats ne sont nul autre que la Thora et les Mitsvott que cette personne a accomplie.

C’est aussi l’avis du RACHBA dans une réponse Halachique, et d’encore beaucoup de nos maîtres les décisionnaires médiévaux.
Le Méiri apporte l’avis des autres qui sont d’avis que cette Bérah’a a été instaurée seulement pour un malade qui était en danger, il termine en disant qu’il n’est pas du même avis, et dès lors où la personne est alitée à cause de la maladie, elle doit réciter le Gomel du fait qu’elle est comme celui qui monte à la potence.
Sur le plan pratique, le Choulh’ann ‘Arouh’ tranche chapitre 219 parag 8 que toute maladie qui cause à la personne d’être alitée, nécessite la Bérah’a du Gomel à la personne malade comme celui qui monte à la potence.
Tel est l’usage des Séfaradim.

Le Rama dans ses annotations, écrit « il y en a qui sont d’avis que c’est seulement pour un malade qui était en danger que l’on récite le Gomel et c’est ainsi qu’est la coutume des Achkénazim ».
Cependant même d’après la coutume Achkénaze, il existe un avis qui dit de réciter le Gomel même pour une maladie sans danger tant que la personne était alitée.

Par conséquent, concernant notre question, si quelqu’un a été victime du Corona de sorte qu’il fut obligé d’être alité, il doit réciter le Gomel dès sa guérison en présence d’un Minyan (10 hommes).
Mais s’il était seulement positif au test, en n’ayant aucun symptôme, il n’est pas autorisé à réciter cette bénédiction, car nos maitres n’ont pas instauré cette bénédiction pour ce genre de situation.
Cependant, il est toujours bon de glorifier Hachem en disant des psaumes de Téhilim ou autre, mais pas avec une véritable de bénédiction dans ce cas.

< < La Halacha précédente

Questionner Le Rav