Halacha pour mercredi 25 Tevet 5780 22 janvier 2020              

Date de la Halacha: 25 Tevet 5780 22 janvier 2020

Catégorie: General


Sujets de danger – Les automobiles sur les routes

Nous avons expliqué il y a environ 2 ans l’obligation qui incombe chacun de construire une clôture au toit de la maison, afin d’empêcher la chute d’une personne.

Après avoir expliqué le devoir ordonné par le Torah de construire une clôture, le RAMBAM écrit aussi (chap.11 des règles relatives à la préservation de la santé) en ces termes:
« De même, toute embuche susceptible de provoquer un danger mortel, il est un devoir de la Torah de la retirer, de s’en préserver et d’en avoir une très grande vigilance, comme il est dit : « Préserve toi et préserve ta vie ». Si l’on ne la retire pas et qu’on maintient une telle source de danger, on néglige ainsi un devoir positif de la Torah, et on transgresse aussi l’interdit « Tu ne verseras pas le sang ».

Il ressort des propos du RAMBAM que toute chose véhiculant un danger, comme le fait de laisser un obstacle dans la cour de sa maison pouvant entraîner la chute d’une personne, ou bien laisser une échelle défaillante dans sa maison de laquelle une personne pourrait tomber, ou tout autre exemple similaire, tous ces cas constituent des interdits de la Torah qui ordonne à l’homme d’avoir la vigilance de ne pas placer de choses pouvant entraîner le danger de mort dans sa maison ou sous sa responsabilité. Ainsi tranche MARAN dans le Choulh’an ‘Arouh’ (chap.427-8).

Par conséquent, notre maitre le Richon Lé-Tsion le Gaon Rabbi Its’hak YOSSEF Chlita écrit (Yalkout Yossef-Sova’ Sémah’ott vol.2 page 395) qu’il ne faut pas laisser un fil électrique dénudé dans la cour de sa maison, par crainte qu’une personne ne le touche et s’électrocute H’ass Véchalom (qu’Hachem nous en préserve).
De même, on doit avoir la vigilance de ne pas laisser une clôture défaillante dans sa cour.

A partir de là, nous devons apprendre également le cas d’une personne qui a une prise électrique ouverte dans sa maison (le cache est tombé), cette personne a l’obligation de la recouvrir, de peur qu’une personne (ou même un enfant) pourrait la toucher et s’électrocuter H’ass Véchalom.

Dans ce même ordre d’idée, les maitres de la génération, les Géonim Rabbi Its’hak WEISS z.ts.l et Rabbi Chémouel Ha-Lévy WOZNER Chlita ont écrit (leurs propos sont cités dans le Yalkout Yossef ibid. page 396) qu’il est une obligation pour toute personne d’être vigilant dans sa conduite automobile et de ne pas rouler vite.

De même, il est un devoir de veiller au bon fonctionnement des freins de la voiture ou autre, afin de ne pas s’entraîner soi-même et les autres dans le danger H’ass Véchalom.

Lorsqu’on gare son véhicule à proximité d’un passage-piéton et qu’on provoque ainsi un danger aux passants qui traversent - puisque les conducteurs des véhicules qui passent ne les distingueront pas - on transgresse ainsi l’interdit « Tu ne verseras pas le sang ». Même si aucun danger n’a été causé par ses actes, la personne transgresse malgré tout un interdit de la Torah.

Dans ce contexte, il semble utile de préciser que notre grand maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l n’était absolument pas favorable au déplacement en mobylette ou autre scooter, car ce moyen de déplacement est fortement présumé dangereux. Même lorsqu’il y avait une véritable nécessité, il conseillait d’éviter totalement ce moyen de déplacement.

Nous nous souvenons qu’un jour, des bénévoles de l’organisation « Hatsala » (organisme israélien bénévole de secours) – qui se déplacent sur des 2 roues – vinrent consulter notre maitre le Rav z.ts.l pour lui demander qu’il dise des paroles d’éloge à propos de l’importance de la Mitsva de sauver des vies, qui était leur activité principale.
Notre maitre le Rav z.ts.l leur parla exclusivement au sujet de se déplacer sur un 2 roues, et il insista auprès d’eux afin qu’ils s’éloignent le plus possible de ce moyen de locomotion. Il les mit en garde afin qu’ils ne se déplacent pas à une vitesse dangereuse, pour ne pas se mettre eux-mêmes en danger lorsqu’ils désirent sauver d’autres vies.

< < La Halacha précédente Halacha suivante > >

Questionner Le Rav