Halacha pour mercredi 11 Sivan 5780 3 juin 2020              

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

Date de la Halacha: 11 Sivan 5780 3 juin 2020

Catégorie: General


Règles du comportement au réveil, le matin

Il est enseigné dans une Michna des Pirké Avot (chap.5):
Yéhouda Ben Téma dit: « Sois effronté comme la panthère, agile comme l’aigle, rapide comme le cerf, et fort comme le lion, afin d’accomplir la Volonté de Ton Père Céleste. »
Le Tana (le sage de la Michna) nous enseigne ici que l’individu se doit d’être « effronté comme la panthère ». En effet, il arrive parfois qu’un individu s’abstienne d’accomplir certains devoirs religieux, pour ne pas être pris en dérision par les personnes de son entourage. C’est pourquoi la Michna nous enseigne de ne pas se priver de nos obligations religieuses, mais au contraire, faire preuve de véritable « effronterie », et ne pas avoir honte vis-à-vis des gens qui se moquent de nous.
Ce phénomène de moquerie est très fréquent sur les usages que la société n’adopte pas.
Par exemple: Il sera difficile à une femme mariée de s’engager à se couvrir la tête tel que l’exige la Torah, si ses amies dans son entourage ne le font pas, de peur que ses amies s’éloignent d’elle. De même, un homme qui désire se montrer très pointilleux sur la fréquentation d’un cours de Torah en refusant de répondre au moindre coup de téléphone pendant la durée du cours, aura peur de la moquerie de ses amis le voyant devenu soudainement « un Tsaddik ». Ou bien, un homme qui s’engage à ne pas bavarder pendant la prière, lorsque que son ami assis à ses côtés lui posera une question, il aura honte de ne pas lui répondre.

Toutes les personnes se trouvant de ce type de situations doivent exprimer de « l’effronterie de la panthère » sur ces points, et observer les Mitsvot d’Hachem conformément à leur désire. Hachem les aidera à surmonter la moquerie des autres, et au contraire, ils ne bénéficieront que davantage d’estime de leur entourage du fait de leurs bonnes actions.              

Mais cependant, il faut veiller à ne pas en arriver à se disputer avec ces moqueurs, car en définitif, l’effronterie est un trais de caractère très négatif, au point où selon certains avis, il n’est pas permis de l’utiliser, même dans le but de servir Hachem.

C’est la raison pour laquelle, chacun doit veiller à avoir un entourage de qualité du point de vue spirituel, de ne côtoyer soi que des gens qui marchent eux aussi dans la voie de la Torah, et grâce à cela, il sera beaucoup plus facile d’observer les Mitsvot d’Hashem.

La Michna a employé ici les termes « Agile comme l’aigle », sans faire mention d’un autre volatile. En effet, l’aigle possède une acuité visuelle particulièrement développée, puisqu’en volant à très haute altitude, il peux discerner le moindre élément qui se trouve sur la surface du sol. La Michna nous met donc en garde contre les dégâts causés par les yeux. En effet, la vue constitue le début de la faute, car « l’oeil voit, le coeur désir, et les outils de l’acte (les membres du corps) terminent. » Il faut donc se montrer « agile comme l’aigle » afin de se dérober rapidement de ce que les yeux nous montrent et de ce que le coeur convoite. 

« Rapide comme le cerf ». Cela correspond aux jambes de l’individu, afin qu’elles ne courent que pour faire le bien. Comme le dit le Roi David dans le Téhilim (119):

« Guide-moi à travers le chemin de tes Mitsvot ». On ne doit pas se conduire avec paraisse lorsqu’on s’apprête à accomplir les Mitsvot.  

« Fort comme le lion ». L’individu doit parfois faire preuve de véritable « force de lion » pour accomplir les obligations religieuses d’un juif. Il doit « prendre le dessus » sur son mauvais penchant, afin de ne pas commettre des transgressions.

Car l’accomplissement des Mitsvot, comme le fait de ne pas commettre de transgressions, nécessitent une très grande force.

C’est pour cela que MARAN débute son Choul’han ‘Arou’h par les mots:

« On doit se renforcer comme un lion, afin de se lever le matin pour servir son Créateur, on doit faire en sorte de « réveiller le matin »…

C'est-à-dire, qu’il existe une notion selon laquelle, il faut être éveillé avant l’aube.

Mais il est expliqué dans les décisionnaires que celui qui ne peut se lever aussi tôt le matin - en particulier de notre époque où nous avons la lumière électrique et que nous n’allons pas nous coucher très tôt - ou bien celui qui craint d’être fatigué dans la journée, et qui ne pourra pas servir Hachem correctement, dans ces cas là, il est permis de se lever après l’aube, à la condition de respecter l’heure limite du Chéma’ (pour les hommes), et l’heure limite de la Téfila, ainsi que de ne pas rater la prière avec le Minyan.

Imaginons un instant que nous sommes convoqués pour nous présenter devant un roi. Aurions-nous des difficultés à se lever?!!

A fortiori, lorsqu’il s’agit de nous présenter devant Le Roi Des Rois, Hachem lui-même.

< < La Halacha précédente Halacha suivante > >

Questionner Le Rav