Halacha pour lundi 13 Cheshvan 5780 11 novembre 2019              

Date de la Halacha: 13 Cheshvan 5780 11 novembre 2019

Catégorie: Chabbat


Coller un sparadrap pendant Chabbat

Question: Est-il permis de coller un sparadrap sur une plaie pendant Chabbat?

Réponse: Concernant le collage d’un sparadrap pendant Chabbat, nous devons débattre sur 3 aspects:

  1. L’interdiction de se soigner pendant Chabbat, car nous avons déjà expliqué dans les dernières Halah’ot que nos maîtres ont interdit de réaliser toute chose relative au soins pendant Chabbat (excepté pour une personne réellement malade, comme nous l’avons expliqué). Or, le sparadrap est destiné à soigner la plaie.

  2. L’interdiction de coudre pendant Chabbat, car le fait de coller un sparadrap s’apparente à la couture, qui est interdite pendant Chabbat.

  3. L’interdiction de déchirer pendant Chabbat, car avant de coller le sparadrap, il faut le séparer du papier qui recouvre le côté collant, et il y aurait là apparemment un interdit à titre de déchirer.

Est-ce que l’interdit de soigner concerne le sparadrap ? 
Concernant l’interdiction de soigner pendant Chabbat, il n’y a absolument aucun interdit à coller un sparadrap, car le fait de coller un sparadrap n’est pas considéré comme une chose venant soigner la plaie, puisque la vocation principale du sparadrap est de préserver la plaie afin qu’elle ne se détériore pas et qu’elle ne s’infecte pas. Comme l’écrit MARAN dans le Beit Yossef (chap.328) au nom du Yérouchalmi, qu’il est permis de poser un pansement sur une plaie (guérie) « car il ne fait que la préserver ». Cela signifie que le pansement n’est pas destiné à guérir la plaie, mais à la préserver des éléments extérieurs.

Il ne nous reste qu’à débattre du point de vue des interdits de coudre et de déchirer.

Coudre et déchirer vis-à-vis du sparadrap 
MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ écrit (chap.340-14):
Coller des papiers fait partie de l’interdiction de coudre, et l’on est condamnable à ce titre pour transgression de Chabbat. De même, détacher des papiers collés fait partie de l’interdiction de déchirer, et l’on est condamnable à ce titre pour transgression de Chabbat. (Il s’agit là de déchirer les papiers pour en faire une utilisation quelconque, et non pour détériorer l’emballage).

A partir de là, concernant le sparadrap, il semblerait à priori que le fait de détacher les papiers qui le recouvrent représente l’interdit de déchirer, et le fait de le coller sur le corps représente l’interdit de coudre.

Cependant, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l (הכ''מ) écrit qu’il n’y a là aucun interdit, ni de coudre ni de déchirer, car le papier qui était collé au sparadrap n’est pas destiné à rester sur le sparadrap, et toute sa vocation n’est que d’être séparé du sparadrap afin que l’on puisse coller le sparadrap. Or, MARAN et les décisionnaires n’ont interdit de séparer des papiers collés que lorsqu’ils ont été collés dans l’intention de rester définitivement collés. Mais lorsqu'ils ont été collés dans l’intention qu’on les sépare, il est permis de le faire, puisqu’on ne les a pas collé pour qu’ils restent ainsi.

De même pour le fait de coller le sparadrap, il n’y a là non plus aucun interdit à titre de coudre, car il n’y pas d’interdit de coudre lorsqu’il s’agit du corps humain. De plus, il n’y a pas d’interdit de coudre lorsqu’il s’agit d’un court délai.
Ce n’est que lorsqu’on colle le sparadrap afin qu’il y reste pour toujours qu’il y a un interdit. Notre maître le Rav z.ts.l cite d’autres raisons et d’autres preuves pour autoriser.

Par conséquent, sur le plan pratique, une personne qui s’est blessée pendant Chabbat, est autorisée à coller un sparadrap sur la plaie. Elle est également autorisée à détacher les papiers qui recouvrent la partie collante du sparadrap avant de le coller. (H’azon Ovadia-Chabbat vol.3 page 403).

< < La Halacha précédente Halacha suivante > >

Questionner Le Rav