Halacha pour jeudi 4 Shevat 5776 14 janvier 2016              

Date de la Halacha: 4 Shevat 5776 14 janvier 2016

Catégorie: Berachot


La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante :
Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit.
Lorsque l’on entend le tonnerre, on doit réciter la bénédiction suivante :
Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam Shékoh’o Ougvourato Malé ‘Olam.

Combien de temps pour réciter ces bénédictions ? 
Il faut impérativement réciter ces bénédictions immédiatement après avoir vu l’éclair ou entendu le tonnerre. Dans tous les cas, on ne doit pas réciter ces bénédictions au-delà du laps de temps nécessaire pour dire les mots « Shalom ‘Aléh’a Rabbi », après que l’on a vu l’éclair ou que l’on a entendu le tonnerre. Si ce temps s’est écoulé, il ne faut pas réciter ces bénédictions, et il faudra attendre le prochain éclair ou le prochain tonnerre pour réciter.

Doit-on réciter ces bénédictions avec la mention du Nom d’Hachem ? 
Nos maîtres les décisionnaires discutent s’il faut oui ou non réciter ces bénédictions avec Chem OuMalh’out (avec la mention du nom d’Hachem en disant les mots « Ata A.D.O.N.A.Ï Eloh-énou Méleh’ Ha-‘Olam »). Selon le RAAVAD, il faut réciter ces bénédictions sans le nom d’Hachem, et l’expression de Sa Royauté (c'est-à-dire sans les mots "Ata A-D-O-N-A-Ï Elohenou Meleh’ Ha’olam"). Selon cet avis, il faudrait dire : Barouh’ ‘Ossé Ma’assé Béréshit pour l’éclair, et Barouh’ Shékoh’o Ougvourato Malé ‘Olam pour le tonnerre.
Cependant, la grande majorité de nos maîtres les Rishonim (décisionnaires de l’époque médiévale) réfutent l’opinion du RAAVAD sur ce point, et selon eux, il faut réciter les bénédictions sur les éclairs et le tonnerre avec Shem OuMalh’out, car la Guémara dit dans le traité Bérah'ot (40b) que toute bénédiction qui ne contient pas Shem OuMalh’out, n’est pas une bénédiction.
MARAN Rabbénou Yossef KARO tranche dans le Choulh'an ‘Arouh’ selon l’opinion majoritaire de ces Rishonim, selon lesquels il n’y a pas de différence entre ces 2 bénédictions et toutes les autres que nous récitons, dans tous les cas, nous les récitons avec Shem OuMalh’out.

Les propos du Pétah’ Ha-Dévir et l’opinion de notre maître le Rav z.ts.l 
Le Gaon Rabbi H'aïm PONTRIMOLI z.ts.l – auteur du livre Pétah’ Hadévir - rapporte que certains ont l’habitude de réciter la bénédiction du tonnerre sans la mention du Shem OuMalh’out. Dans un premier temps, l’auteur du Pétah’ Hadévir exprime son étonnement envers un tel usage, qui n’est pas conforme à la Halah’a, puisque toute bénédiction qui ne contient pas Shem OuMalh’out, n’est pas une bénédiction. Mais ensuite, il justifie leur tradition en avançant l’argument selon lequel nous devons réciter ces bénédictions immédiatement après avoir entendu le tonnerre, et si l’on n’a pas récité la bénédiction à ce moment précis, on peut encore le faire tant que ne s’est pas écoulé le laps de temps de Toh’ Kédé Dibour (tant que ne s’est pas écoulé le temps nécessaire pour prononcer les mots « Shalom Aléh’a Rabbi ») et pas davantage. Or, tout le monde n’est pas forcément expert en la matière pour savoir évaluer si ce laps de temps s’est déjà écoulé ou non. Qui plus est, d’autres paramètres Halah'ique entrent en ligne de compte sur ces bénédictions, et ils exigent une compétence particulière. C’est pour cela, selon le Péta’h Hadévir, que certaines personnes ne récitent pas ces bénédictions avec Shem OuMalh’out.
Mais il conclue ses propos en disant que celui qui maîtrise la Halah’a, doit réciter ces 2 bénédictions avec Shem OuMalh’out, tel que l’ont instauré nos H’ah’amim.

Mais notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l (הכ''מ), réfute les propos du Pétah’ Hadévir sur ce point, en disant que la Halah’a est très claire sur ce sujet, et le fait d’évaluer le laps de temps de Toh’ Kédé Dibour n’exige pas spécialement une sagesse particulière.
Par conséquent,il faut enseigner que ces 2 bénédictions doivent être récitées avec Shem OuMalh’out tel que l’ont institué nos maîtres, et conformément à l’opinion de la quasi-totalité des décisionnaires et de MARAN dans le Choulh'an ‘Arouh’, comme c’est la règle pour toutes les autres bénédictions que nous récitons.

Ceci est l’une des nombreuses règles que notre grand maître le Rav z.ts.l a définitivement fixé pour les générations à venir, que les gens s’habituent à réciter ces bénédictions avec Shem OuMalh’out, conformément à l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’. Les propos de notre grand maître le Rav z.ts.l ont fait des fruits puisqu’un grand nombre de personnes ont changé leur usage sur ce point et récitent désormais ces bénédictions avec Shem OuMalh’out conformément à la Halah’a.

< < La Halacha précédente Halacha suivante > >

Questionner Le Rav