Halacha pour jeudi 17 Tishrei 5782 23 septembre 2021              

Pour l'élévation des âmes de:
Mess’od ben Ra’hel Vé-Yossef
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Le Tsaddik Rabbi David ‘Hananya Ben Mazal PINTO
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Date de la Halacha: 17 Tishrei 5782 23 septembre 2021

Catégorie: Soukkot


H’ol Ha-Mo’ed (jours de demi-fête) Soukkot - L’attitude de notre maitre le Rav z.ts.l

Les jours entre le 1er et le dernier Yom Tov de Péssah’, ainsi que les jours entre le 1er et le dernier Yom Tov de Soukkot (Chémini ‘Atséret) sont appelés jours de « H’ol Ha-Mo’ed » (demi-fête), et dans notre sainte Torah ils sont nommés « Mikraé Kodech » (saintes convocations). C’est également sous cette même appellation que nous les mentionnons dans la prière de Moussaf.

Durant ces jours de H’ol Ha-Mo’ed, et en particulier durant les jours de H’ol Ha-Mo’ed  Soukkot, il est une grande et très importante Mitsva de s’adonner à l’étude de la Torah à l’intérieur de la Soukka. Même une personne qui ne sait pas particulièrement étudier, se doit de se consacrer à un texte de Torah qu’il comprend, en lisant des livres sacrés par exemple. Certains invitent des érudits en Torah dans leur Soukka afin d’y prononcer des enseignements de Torah qui réjouissent le coeur comme il est dit: « Les lois d’Hachem sont droites et réjouissent le coeur » (Tehilim).

Dans la Guémara Roch Ha-Chana (16a), nos maitres commentent à partir de versets que chacun à le devoir d’aller visiter son maitre spirituel durant la fête.
C’est pourquoi, de nombreuses personnes ont l’usage de rendre visite à leurs Rabbanim pendant la fête.

Dans sa jeunesse, notre saint maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l avait l’usage de rendre visite à deux grands de la génération, le Gaon Rabbi ‘Ezra ATTIYE – qui était son maitre par excellence – et le Gaon Rabbi Tsévi Péssah’ FRANCK, le Rav de Jérusalem, qui lui avait inculqué les méthodes de la décision Halah’ique.
Lorsque notre maitre le Rav z.ts.l rendait visite à son maitre le Gaon Rabbi ‘Ezra dans sa Soukka, celui-ci rendait ensuite visite à notre maitre le Rav z.ts.l dans sa Soukka.
Un jour, notre maitre le Rav z.ts.l dit à son maitre le Gaon Rabbi ’Ezra: « Pourquoi vous êtes vous dérangé en venant jusqu’ici? » Le Gaon Rabbi ‘Ezra répondit à son disciple avec son extraordinaire humilité: « Il est une Mitsva de rendre visite à son maitre pendant la fête »! (témoignage du Gaon Rabbi David YOSSEF Chlita).        

Lorsque notre maitre le Rav z.ts.l vivait à Pétah’ Tikva, il rendait visite au Rav et Av Beit Din de la ville, le Gaon Rabbi Réouven KATZ z.ts.l dans sa Soukka. Le Gaon Rabbi Réouven KATZ z.ts.l était l’ami de notre maitre le Rav z.ts.l (comme nous l’avons écrit dans le livre « Avir Ha-Ro’im » vol.2). En ces jours, de nombreuses grandes personnalités de la Torah rendaient visite au Gaon Rabbi Réouven dans sa Soukka, mais celui-ci plaçait notre maitre le Rav z.ts.l à côté de lui afin de lui faire un grand honneur.

Durant toute la fête de Soukkot, notre maitre le Rav z.ts.l étudiait la Torah avec une grande assiduité, et il se trouvait un endroit où l’on ne viendrait pas l’importuner, afin de se plonger dans son étude. Même lors de sa vieillesse, il investissait tous ses efforts afin d’étudier dans sa Soukka, tout en ayant beaucoup de peine de ne plus pouvoir y dormir du fait de sa grande sensibilité au froid.    

Il est rapporté dans la Guémara (Yérouchalmi Mo’ed Katan chap.2, Hala’ha 3):
Rabbi Aba Bar Mémal dit: « Si il y avait quelqu’un qui serait prêt à se joindre à moi (afin d’annuler une institution de nos maîtres), j’aurais autorisé le travail pendant H’ol Ha-Mo’ed. En effet, le seul objectif de l’interdiction de travailler pendant H’ol Ha-Mo’ed, n’est que manger, boire et « étudier la Torah », et au lieu de cela, pendant H’ol Ha-Mo’ed, les gens mangent, boivent et « s’étourdissent dans des futilités ». Fin de citation.
A partir de cet enseignement, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit que les comportements légers pendant H’ol Ha-Mo’ed, représentent un interdit encore plus grave que de travailler pendant ces jours là, car tout le but de la Torah, lorsqu’elle a ordonné l’observance des fêtes, n’était que seulement s’attacher à Hachem, à sa Torah et à ses Mitsvot.

Le livre H’emdat Yamim propose un programme d’étude précis pour chaque jour de la fête de Soukkot, et il est juste d’étudier le traité Soukka, ainsi que les règles de la fête, et des choses qui réjouissent le coeur.

< < La Halacha précédente Halacha suivante > >

Questionner Le Rav