Halacha pour mardi 29 Sivan 5779 2 juillet 2019              

Date de la Halacha: 29 Sivan 5779 2 juillet 2019

Catégorie: Tefilah


« Ata H‘onenn Lé-Adam Da’at » (« Tu gratifies l’homme de la sagesse »)

La raison pour laquelle nos maitres ont instaurés la bénédiction de « Ata Ho’nenn » au début des demandes formulées dans la prière quotidienne  
MARAN écrit dans le Choulh’an ‘Arouh’ (chap.115):
« Puisque la supériorité de l’être humain sur l’animal est la sagesse et l’esprit, nos maitres ont fixés la bénédiction de «  Ata H’onenn » à la tête des bénédictions intermédiaires (c'est-à-dire, au début des bénédictions qui traitent des demandes dans la prière, car les 3 premières bénédictions de la ‘Amida sont principalement des glorifications adressées à Hachem, et elles sont suivies par des bénédictions dont le sujet est une demande adressée à Hachem. Par exemple, la sagesse, le repentir, le pardon, la délivrance, la guérison), car sans sagesse, il n’y a pas de prière. »

Dans son livre Birké Yossef, notre maitre le H’YDA rapporte au nom du Kabbaliste Rabbi Binyamin Ha-COHEN que ceci est en rapport avec l’enseignement de nos maitres selon lequel il est interdit de prendre en pitié une personne qui ne possède pas la sagesse. C’est pourquoi, nous demandons à Hachem de la pitié pour nous même, afin qu’il nous gratifie de la sagesse, et ensuite nous serons dignes de la pitié pour le reste des demandes de la prière.

Formule exacte de la bénédiction 
Concernant la formule de la bénédiction, selon certains il faut dire «  La-Adam Da’’at » avec une Voyelle Kamats sous le Lamed, mais selon d’autres, il faut dire « -Adam Da’at » avec une voyelle Chéva Na’ sous le Lamed.

Nous avons l’usage de dire « -Adam Da’at » avec une voyelle Chéva Na’ sous le Lamed, et il n’est pas nécessaire de modifier cet usage.

Selon certains, il faut dire « -H’onénou Mé-Itéh’a H’oh’ma Bina Va-Da’at », mais selon d’autres, il ne faut pas prononcer le Vav de liaison » mais plutôt « ‘Honénou Mé-Itéh’a H’oh’ma Bina Va-Da’at ».

La raison de cette dernière opinion est que cela ne constitue pas une suite à « Ata H’onenn Lé-Adam Da’at … », mais seulement le début d’une demande.

Malgré tout, notre usage est de dire « -H’onénou » en considérant que cela constitue une suite de la louange dite précédemment.

Demander ses besoins personnels dans la bénédiction de « Ata H’onenn » 
Nous avons déjà expliquer antérieurement qu’il est permis d’ajouter, dans un langage propre et précis, des demandes personnelles dans la prière de la ‘Amida, selon le sujet de chaque bénédiction. Par conséquent, une personne qui ne réussit pas dans les études, car elle oublie ce qu’elle apprend, ou qu’elle ne comprend pas rapidement, est autorisée à demander dans ce sens dans cette bénédiction qui est la demande de la sagesse.

Par conséquent, avant de conclure la bénédiction par la formule « Vé-H’onénou Mé-Itéh’a », la personne devra dire : « Yéhi Ratson Miléfanéh’a A.D.O.N.A.Ï Eloha-ï Véloh-é Avotaï, Chétéh’onéni H’oh’ma Ou-Bina Lé-Havin ‘Imké Sodott Toratéh’a, Vézakéni Lizkor Ete Limoud Ha-Torah, Lilmod Ou-Lélamed Lichmor Vé-La’assott. »

Si la personne fait des études profanes, elle peut aussi dire : « … Vézakéni Lizkor Ete Ma Ché-Ani Lomed La’avodatéh’a »

De même pour toute chose similaire.

< < La Halacha précédente Halacha suivante > >

Questionner Le Rav