Halacha pour dimanche 9 Tishrei 5781 27 septembre 2020              

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)

Date de la Halacha: 9 Tishrei 5781 27 septembre 2020

Catégorie: Yom Kippour


La veille de Yom Kippour

Immersion dans le Mikvé
Il est un bel usage pour les hommes de s’immerger dans le Mikvé la veille de Yom Kippour.
A la fin de ses jours, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l – malgré sa faiblesse physique et même si la chose lui était difficile – faisait les efforts nécessaires pour aller s’immerger dans un Mikvé (dans la maison du Gaon Rabbi Eliyahou CHETRIT Chlita) la veille de Yom Kippour.

Quoi qu’il en soit, celui pour qui il n’est pas possible de s’immerger dans un Mikvé (comme cette année où nous sommes confrontés à l’épidémie du Corona), devra verser sur son corps au moyen de la douche une quantité d’eau de 9 Kabin, qui correspond à environ 12,5 L d’eau ; cette purification est – d’une certaine manière – d’une utilité assimilable au Mikvé (‘Hazon Ovadia-Yamim Noraïm page 246).
Bien évidement, ceci ne constitue pas une véritable immersion, et elle n’est d’aucune utilité lorsqu’il s’agit d’un cas où l’immersion dans le Mikvé est une totale obligation selon le Din (et non une tradition comme dans le cas présent).

La prière veille de Yom Kippour
La veille de Yom Kippour, nous prions Min’ha assez tôt, et il y a plusieurs raisons à cet usage (voir ‘Hazon Ovadia-Yamim Noraïm page 249).
De plus, l’assemblée a le temps de prendre la Sé’ouda Ha-Mafseket (le dernier repas) jusqu’à un moment proche de l’entrée de la fête.
Aux Etats-Unis, dans certaines synagogues Séfarades, on a instauré de prier Min’ha de la veille de Yom Kippour avec les Téfilin, et ainsi faire gagner cette précieuse Mitsva de mettre les Téfilin à de nombreuses personnes la veille de ce jour saint, même si ces personnes n’ont malheureusement pas l’usage de les mettre tous les jours de l’année. Cet un bel usage, et nous avons entendu des choses similaires de la bouche de notre maitre le Rav z.ts.l.

A la fin de la ‘Amida de Min’ha la veille de Yom Kippour, nous disons le Viddouy et ‘Al ‘Hett, comme édité dans les Ma’hzorim. Il faut être debout lorsqu’on dit le Viddouy. De même, à chaque fois que l‘officiant dit le Viddouy pendant Yom Kippour, l’assemblée doit se lever et dire le Viddouy avec l’officiant. (Ibid.251).

Sé’ouda Mafseket (dernier repas)
Lors du dernier repas, certains ont l’usage de tremper le pain du Motsi dans le miel ou le sucre. Malgré tout, il est juste de poser également le sel à table.
Il faut achever le repas quelques minutes avant le coucher du soleil (environ 20 mn avant), car il y a une obligation selon la Torah d’augmenter le Kodech sur le ‘Hol, c'est-à-dire de tirer la sainteté de Yom Kippour sur le jour qui le précède. C’est ainsi qu’il faut faire vis-à-vis de l’ensemble des 5 mortifications de Yom Kippour, il faut les mettre en pratique quelques minutes avant le coucher du soleil, et ne pas attendre le coucher du soleil.

L’allumage des Nérot
Il est une Mitsva d’allumer les Nérot en l’honneur de Yom Kippour. Il faut réciter la bénédiction avant d’allumer : « … Acher Kiddéchanou Bémitsvotav Vétsivanou Léhadlik Ner Chel Yom Ha-Kippourim.
Après l’allumage, lorsque la femme a retiré ses chaussures en cuir, elle récitera la bénédiction de Chéhé’héyanou, car cette avec cette bénédiction qu’elle accepte sur elle la sainteté de Yom Kippour.
Mais elle ne doit surtout pas réciter la bénédiction de Chéhé’héyanou avant d’allumer, car dans ce cas elle ne pourra plus allumer les Nérot puisqu’elle aura pris sur elle la sainteté de Yom Kippour.

De beaux vêtements et une nappe sur la table
Il est une Mitsva de revêtir de beaux vêtements le jour de Yom Kippour. Même une personne qui reste seule chez elle devra revêtir de beaux vêtements, comme on le fait pour Chabbat, car il est expliqué dans la Guémara (Chabbat 119a) qu’Hachem a ordonné d’honorer Yom Kippour par un vêtement propre et beau.
MARAN écrit dans le Beit Yossef (chap.610) au nom du Mordé’hi que l’on doit poser une nappe sur la table pendant Yom Kippour comme on le fait pour Chabbat, et les Kabbalistes font l’éloge de cet usage. Ils écrivent même que l’on doit poser des livres saints sur la table. Notre maitre le Rav z.ts.l cite également cet usage. (Ibid. page 260).

A la demande de nombreuses personnes:
Quelqu’un qui est forcé de prier seul chez lui à Yom Kippour (à cause de l’épidémie du Corona), est autorisé à dire toutes les parties de la prière de Yom Kippour comme à l’ordinaire. Il peut également dire Avinou Malkénou et les Séli’hot, mais il ne devra pas dire les 13 attributs de miséricorde (Vaya’avor … Hachem, Hachem E-l Ra’houm Vé’hanou …), sauf s’il sait les dire avec les Ta’amim (la cantillation).

De même, il ne pourra pas dire les passages en araméen des Séli’hot, comme « Ra’hamana » par exemple.

Après avoir prié Moussaf, il est très suggéré de dire le « Séder ‘Avoda » que l’on trouve dans la répétition de Moussaf par l’officiant.

Puisse Hachem écouté nos prières, qu’il mette fin à nos malheurs, et qu’il retire de nous cette épidémie, Amen Ken Yéhi Ratson.

Tizkou Léchanim Rabbot Né’imot Vétovot!

< < La Halacha précédente

Questionner Le Rav