Halacha pour mardi 9 Shevat 5779 15 janvier 2019              

Date de la Halacha: 9 Shevat 5779 15 janvier 2019

Catégorie: Berachot


La bénédiction du Pop-corn

Avant de traiter de la bénédiction sur le Pop-corn, nous devons introduire un autre sujet:

La bénédiction sur des plantes odoriférantes mélangées à du sucre
Il est expliqué à travers les propos du RAMBAM et des décisionnaires que la bénédiction du sucre que l’on trouve de nos jours et qui est fabriqué à partir de roseaux (cannes à sucre) est « Chéhakol Nihya Bidvaro ».

« Homléta »
Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ott (36b):
Sur la « Homléta » qui vient des Indes, on récite « Boré Péri Ha-Adama ».
Explication: Il s’agit de gingembre que l’on a concassé et que l’on a mélangé à du miel. Cela ressemble à une sorte de confiture.
On récite sur cela « Boré Péri Ha-Adama ».

Notre maître le Tour écrit (fin du chap.203) au nom du MAHARAM de Rottenbourg:
« Il me semble que sur des plantes odoriférantes que l’on a concassées et que l’on a mélangées avec du sucre, on doit réciter la bénédiction de « Boré Péri Ha-Adama », comme la « Homléta ». »
MARAN écrit dans le Beth Yossef qu’il est évident que l’on doit réciter la bénédiction de « Boré Péri Ha-Adama » sur des plantes odoriférantes que l’on a concassées et que l’on a mélangé avec du sucre puisque la Guémara le dit explicitement au sujet de la Homléta. Qu'est-ce que le MAHARAM de Rottenbourg vient-il nous ajouter de particulier?

MARAN explique qu’en réalité il y avait matière à expliquer que si nous récitons la bénédiction de « Boré Péri Ha-Adama » sur la « Homléta » mentionnée dans la Guémara, c’est parce qu’il s’agit de plantes restées entières et encore distinctes dans leur mélange (on ne les a pas totalement concassés), car dans ce cas il est certain qu’elles gardent leur bénédiction d’origine - « Boré Péri Ha-Adama ». Mais dans le cas cité par le MAHARAM de Rottenbourg où il s’agit de plantes totalement concassées, nous aurions pu penser qu’elles sont à présent totalement nulles vis-à-vis du sucre et qu’il faut donc réciter la bénédiction de « Chéhakol Nihya Bidvaro » qui est la bénédiction du sucre.
C’est pour cette raison que le MAHARAM de Rottenbourg vient nous préciser que même dans ce cas, nous devons réciter la bénédiction de « Boré Péri Ha-Adama », puisque le fait que les plantes soient totalement concassées n’influe en rien sur ce Din, et nous récitons la bénédiction qui leur est appropriée, sans prendre en considération le fait qu’elles sont nulles vis-à-vis du sucre.

C’est ainsi que tranche MARAN dans le Choulh’an ‘Arouh’:
Lorsque des plantes odoriférantes sont mélangées avec du sucre, ce sont elles qui sont essentielles, et l’on doit donc réciter la bénédiction qui leur est propre, et non celle du sucre.
Le Kaf Ha-H’aïm écrit qu’il s’agit là de plantes qui ne sont pas totalement concassées, car si elles sont totalement concassées et que l’on ne les distingue plus, leur bénédiction est « Chéhakol Nihya Bidvaro ».
Il précise que telle est l’opinion du Chéné Louh’ot Ha-Béritt.
Selon cette opinion, lorsque l’aliment n’est plus distinct dans son apparence d’origine, nous devons réciter la bénédiction de « Chéhakol Nihya Bidvaro ».

Cependant, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l – après avoir traité du sujet – écrit que les propos du Kaf Ha-H’aïm ne sont pas décisifs sur ce point. Notre maître cite les propos du Chou’t Béné Yéhouda qui réfute les propos du Chéné Louh’ot Ha-Béritt sur ce point, et conclu que même dans le cas où l’aliment n’a plus son apparence d’origine, si l’aliment représente l’essentiel du mélange, nous devons réciter la bénédiction propre à l’aliment.
Par conséquent, sur des plantes odoriférantes que l’on a concassées et que l’on a mélangé avec du sucre, on doit réciter la bénédiction propre à ces plantes, « Boré Péri Ha-‘Ets » ou « Boré Péri Ha-Adama ».

La bénédiction du « Pop-corn »
Nous pouvons à présent traiter du cas des Pop-corn faits à partir de maïs, et pour lesquels - selon les propos du Kaf Ha-H’aïm - il faudrait réciter la bénédiction de « Chéhakol Nihya Bidvaro », car l’apparence du Pop-corn ne s’apparente absolument pas à celle du maïs.
Malgré tout, puisque nous avons expliqué que selon la Halacha cela ne fait pas de différence, il faut donc réciter la bénédiction de « Boré Péri Ha-Adama » sur le Pop Corn, comme pour le maïs lui-même.

Le Gaon Rabbi Moché FEINCHTEIN z.ts.l ajoute une précision qui vient confirmer ce Din.
En effet, même si l’on considère que l’on doit réciter la bénédiction de « Chéhakol Nihya Bidvaro » sur un aliment dont l’apparence d’origine n’est plus visible, ceci n’est valable que lorsque l’apparence d’origine a disparu en conséquence au fait que l’aliment a été moulu ou concassé ou autre, mais le Pop-corn n’est pas moulu, mais seulement gonflé de façon significative, et il n’y a donc pas de modification d’apparence. De plus, chacun sait que le Pop-corn est fait à base de maïs.
Par conséquent, il ne fait aucun doute qu’il faut réciter la bénédiction de « Boré Péri Ha-Adama » sur le Pop Corn.

< < La Halacha précédente Halacha suivante > >

Questionner Le Rav