Halacha pour jeudi 3 Sivan 5779 6 juin 2019              

Date de la Halacha: 3 Sivan 5779 6 juin 2019

Catégorie: Shavou’ot


Shavou’ot - Le Don de le Torah : Israël et les Anges

Guémara Shabbat (88):
Rabbi Yéhoshou’a Ben Levi dit : Lorsque Moshé Rabbenou monta dans les hauteurs (pour aller recevoir la Torah), les Anges du Service Divin s’exclamèrent devant Hashem en disant :
« Maître du Monde ! Que vient faire un humain parmi nous ! »
Hashem leur répondit : « Il vient pour recevoir la Torah. »
Les Anges ajoutèrent:
« Comment peux-tu faire don d’une chose aussi précieuse que Ta Torah, à des êtres faits de chair et de sang ?! Cette Torah que tu as préservée durant 974 générations avant la Création du Monde… »
Hashem s’adressa à Moshé Rabbenou et lui dit :
« Donne leur une réponse. »
Moshé dit à Hashem:
« Maître du Monde ! Je crains qu’ils ne me consument par le souffle de leurs bouches. »
Hashem lui dit:
« Attrape mon Trône et donne leur une réponse… »
Moshé dit devant Hashem:
« Maître du Monde ! Dans la Torah que tu t’apprêtes à me donner, qu’y a-t-il d’écrit ? Je suis Hashem Ton D. qui t’as fais sortir d’Egypte…
Vous les Anges, êtes-vous descendus en Egypte ?! Avez-vous été asservis par Pharaon ?! Pourquoi la Torah serait elle votre propriété!
Qu’y a-t-il d’écrit encore? Tu n’auras pas d’autres Dieux que Moi…   
Vivez-vous parmi les nations idolâtres?!
Qu’y a-t-il d’écrit encore? Souviens-toi du jour du Shabbat afin de le sanctifier…
Faites vous un travail, au point d’avoir besoin de vous reposer?!
Qu’y a-t-il d’écrit encore? Tu ne prononceras pas le Nom d’Hashem en vain…
Pratiquez-vous le commerce pour avoir recours au serment par le Nom d’Hashem?!
Qu’y a-t-il d’écrit encore? Respecte ton père et ta mère…
Avez-vous un père ou une mère?!
Qu’y a-t-il d’écrit encore? Tu ne commettras pas le meurtre ; Tu ne pratiqueras pas la débauche ; Tu ne voleras pas…
Y a-t-il de la jalousie parmi vous ?! Y a-t-il le Yétser Hara’ en vous ?! »
A ce moment là, les Anges approuvèrent la décision Divine de donner la Torah à Israël.

Question 
Comment pouvons-nous concevoir les réclamations des Anges du Service Divin, selon lesquels, Israël ne mérite pas de recevoir la Torah.
N’avaient-ils pas connaissance de tous les arguments de taille que Moshé Rabbenou leur soumet ?!
Les Anges ne connaissaient-ils pas le contenu exact de cette Torah qu’ils convoitaient tellement ?!

Réponse 
Il est évident que les Anges avaient parfaite connaissance du contenu exact de la Torah. Ils savaient pertinemment qu’ils n’ont absolument aucun lien avec des commandements comme « Ne pas commettre le meurtre ou la débauche ou le vol ».
Cependant, la Torah possède deux aspects:
Le sens que l’on qualifie de « Littéral » (le Pshat), et le sens que l’on appelle « Mystique » (le Sod).
Les réelles revendications des Anges se situent au niveau du Sod, le sens mystique de la Torah.

On peut comparer cela à un commerçant qui désire vendre une marchandise.
Deux acheteurs potentiels se présentent à lui:
Un qui propose d’acheter la moitié de la marchandise, mais qui paye comptant ; et un autre qui propose d’acheter la totalité de la marchandise, mais qui paye à crédit. A qui le commerçant va-t-il vendre ? A celui qui propose d’acheter uniquement la moitié de la marchandise, puisqu’il paye comptant!

Il en est de même avec Israël et les Anges, qui sont les deux acheteurs potentiels de la Torah ; l’un d’eux se propose d’acheter uniquement la moitié (uniquement le sens mystique de la Torah, puisque les Anges ne sont pas concernés par l’aspect humain du type de commandements cités plus haut) mais assure le paiement de son achat, puisque les Anges ne fautent pas. Tandis qu’Israël est concerné par une compréhension totale de la Torah, aussi bien au niveau « Littéral » (le Pshat), qu’au niveau « Mystique » (le Sod), mais ne peut assurer le paiement de son achat puisqu’il est susceptible de fauter, et ainsi, de tout perdre!
A qui donc faut-il vendre?!
Aux Anges évidemment…

A ce moment là, Moshé Rabbenou est perturbé et ne sais quoi répondre, quand Hashem lui dit soudain: « Attrape mon Trône et donne leur une réponse… »
En hébreu, le mot réponse se dit « Téshouva » qui signifie également « repentir ».
Autrement dit, dis leur que les Béné Israël peuvent - eux aussi – « assurer leur paiement » puisqu’il existe la Téshouva – le repentir - !

Même s’ils fautent, ils peuvent faire Téshouva et tout réparer!
C’est ce qui apparaît dans l’allusion « Attrape mon Trône et donne leur une réponse… ». C'est-à-dire, dis-leur que la Téshouva existe,  et le Trône Céleste vient illustrer ici un autre enseignement de nos maîtres:
« La Téshouva est grande, car elle atteint le Trône Céleste » (Guémara Yoma 86a).
(Tiré du livre Kol Yéhouda du Gaon et Tsaddik Rabbi Yéhouda TSADKA z.ts.l, au nom du Gaon et Tsaddik Rabbi ‘Ezra ATTYE z.ts.l)

 

Mo’adim Lé-Sim’ha!!

< < La Halacha précédente Halacha suivante > >

Questionner Le Rav