Dvar Torah pour lundi 6 Kislev 5770 23 novembre 2009

Parasha de Vayétsé

Comment des transgressions peuvent passer pour des Mitsvot
 
Ya’akov embrassa Ra’hel et leva sa voix en pleurant. (Bereshit 29-11)
 
Rashi :en pleurant. Parce qu’il est venu les mains vides. Il se dit : « Eli’ezer le serviteur d’Avraham arriva jusqu’ici avec des boucles d’oreilles, des bracelets et des friandises, alors que moi, je n’ai rien dans les mains ! » En effet, Elifaz fils de ‘Essav  avait poursuivit Ya’akov sur l’ordre de son père ‘Essav afin de le tuer. Lorsqu’il rattrapa Ya’akov, Elifaz se rétracta car il avait grandit auprès de son grand père Its’hak, mais il dit quand même : « Que puis je faire pour m’acquitter de l’ordre de mon père ?! » Ya’akov lui dit : « Prends tout ce que j’ai, et le pauvre est considéré comme mort. »      
 
Le Gaon Rabbi ‘Haïm SHMOULEVITSH z.ts. fait remarquer dans son livre Si’hot Moussar, le terrible combat interne auquel est confronté Elifaz :
Il est délégué par son père ‘Essav pour tuer son oncle Ya’akov. Il se retient de le tuer puisqu’il a grandit auprès de son grand père Its’hak. Mais d’un autre côté, l’ordre de son père a de l’emprise sur lui. Il est tellement perdu qu’il ne sait pas comment réagir, jusqu’à que Ya’akov lui donne li même la solution, en lui donnant tout ce qu’il possède afin de devenir un pauvre qui est considéré comme mort.
 
Nous avons là un exemple concret de la lumière et l’obscurité qui peuvent régner dans l’anarchie à l’intérieur de l’être humain. Tout en étant le petit fils d’Its’hak qui ne peut pas commettre le meurtre, il est aussi le fils d’Essav qui lui a ordonner de tuer Ya’akov.
Mais le respect de son père l’emporte sur le reste puisqu’ Elifaz demande malgré tout : « Que puis je faire pour m’acquitter de l’ordre de mon père ?! »
 
Est il concevable que la Mitsva de respecter son père, puisse passer par le meurtre ?!
 
Mais comme nous l’avons dis, malgré la grande lumière qui régnait en lui du fait qu’il était le petit fils d’Its’hak, malgré cela, une grosse obscurité régnait en Elifaz. 
 
Nous voyons d’ici comment la Torah peut être perçue différemment, dés lors où « l’obscurité » prend le dessus chez l’individu.
 
Les transgressions les plus graves peuvent prendre – dans l’esprit de l’homme – l’aspect de Mitsvot !!
 
Si on se laisse tomber dans le piège, on peut transgresser les pires fautes, tout en étant convaincu d’accomplir des Mitsvot !!
  
Chabbat Chalom

Dvar Torah rédigé par le Rav David A. PITOUN