Dvar Torah pour lundi 29 Cheshvan 5770 16 novembre 2009

parashe de Toledot

Depuis le ventre de leur mère…
 
Les enfants se bousculaient en elle. Elle dit : « Si c’est ainsi, pourquoi dois je subir cela ! » elle alla consulter Hashem. (Bereshit 25-22)
 
RASHI : Lorsqu’elle passait devant des lieux d’idolâtrie, ‘Essav poussait pour sortir. Lorsqu’elle passait devant la tente de Shem (lieu de Torah), Ya’akov poussait pour sortir.
 
Question
 
Rabbi Issa’har Dov de Beltz demande :
On peut facilement comprendre le désir de ‘Essav à sortir du ventre de sa mère dés qu’elle passait devant des lieux d’idolâtrie, mais pourquoi Ya’akov voulait il sortir dés qu’elle passait devant un lieu de Torah, nos ‘Ha’hamim n’ont-ils pas enseigné dans la Guemara Nidda (30b) : lorsque le fœtus est dans le ventre de sa mère, un ange lui enseigne toute la Torah dans son intégralité ? Pourquoi Ya’akov voulait-il donc sortir ?
 
Réponse 1
 
Ya’akov Avinou était prêt à renoncer même à l’étude la Torah de la bouche d’un ange, si cela doit lui coûter de résider dans le même environnement que ‘Essav.
 
Réponse 2
 
Notre maître le Rav Ovadia YOSSEF shalita explique que Ya’akov Avinou désirait acquérir les connaissances de la Torah par ses propres forces, dans l’effort et la difficulté. Or, la Torah que l’ange enseigne ne demande aucun effort ni fatigue, et son importance est moins grande, car la Torah ne se trouve pas dans le ciel !
 
On raconte au sujet du Gaon Rabbi Arieh LEBOUSH (auteur du Shou’t Arieh Debé Il’aï) que même lorsqu’il n’était qu’un enfant, on pouvait déjà reconnaître en lui des signes de piété et des capacités intellectuelles très développées.
Un ‘Ha’ham demanda un jour au petit Arieh :
« Puisque ‘Essav poussait pour sortir du ventre de sa mère dés qu’elle passait devant des lieux d’idolâtrie, pourquoi ne sortait-il pas ? Qu'est-ce qui l’empêchait de sortir puisqu’il était placé en premier vers la sortie (car lors de l’accouchement, c’est ‘Essav qui sortit le premier) ? »
 
Le petit Arieh répondit :
« Il est vrai que ‘Essav désirait fortement sortir du ventre de sa mère dés qu’elle passait près de lieux idolâtres, mais à la dernière minute, il se ravisait : si je sors du ventre de ma mère maintenant – se disait-il – qu'est-ce qui empêchera Ya’akov de sortir et d’entrer dans des lieux de Torah ! C’est donc pour cette raison qu’il ne sortit pas, afin d’être sûr que Ya’akov ne se réfugierait pas en entrant dans un Beit Ha-Midrash de Torah ! »
 
Cette même question fut également posée au Maharal de Prague (Rabbi Leïb Bar Rabbi Betsal’el) lorsqu’il était lui aussi enfant.
Mais Il donna une réponse différente :
« ‘Essav n’avait aucun intérêt ni aucun désir de sortir sans Ya’akov. En effet, qu’est-ce, que ‘Essav aurait-il fait dans un monde aussi vaste sans Ya’akov ? Qui aurait-il frappé ? A qui aurait-il rendu la vie amère ? Sur qui aurait-il sorti les pires calomnies ? Sur qui aurait-il promulgué les décrets les plus méchants et les plus cruels ? C’est vrai qu’il poussait pour sortir, mais jamais sans Ya’akov ! »
 
Chabbat Chalom 

Dvar Torah rédigé par le Rav David A. PITOUN