Dvar Torah pour lundi 27 Av 5769 17 août 2009

Paracha de Chofetim

« Tu institueras des juges et des magistrats dans toutes les portes des villes qu’Hachem, ton D., te donnera, dans chacune de tes tribus; et ils devront juger le peuple selon la justice.
Ne fais pas fléchir le droit, n'aie pas égard à la personne, et n'accepte point de présent corrupteur, car la corruption aveugle les yeux des Sages et falsifie les paroles des justes. » (Dévarim 16 -18,19 Début de notre Paracha)
 
Le Yetser Hatov (le bon penchant) et le Yetser Hara’ (le mauvais penchant) sont comparables à 2 parties en litige.
Il incombe l’homme de les juger équitablement.
 
Le plus Sage des hommes (Chélomo Hamele’h - le Roi Salomon) écrit dans Kohelet :
« Il est préférable d’avoir un enfant pauvre et sage, plutôt qu’un roi vieux et idiot » (Kohelet 4 – 13)
 
Nos maîtres commentent ce verset de la façon suivante (Midrach Rabba sur Kohelet 4 – 15):
Un enfant pauvre et sage : C’est le Yetser Hatov
Un roi vieux et idiot : C’est le Yetser Hara’
 
En effet, le Yetser Hara’ pénètre en l’homme dès sa naissance, c’est pour cela qu’il est appelé « vieux ».
Par contre, le Yetser Hatov n’arrive qu’à l’âge de 13 ans, il est donc plus jeune que le Yetser Hara’ de 13 années.
 
C’est ce que veut dire le verset de notre Paracha.
« Tu institueras des juges et des magistrats dans toutes les portes… »
Il t’incombe d’être le juge entre ton Yester Hara’ et ton Yetser Hatov.
Le verset poursuit : « … n'aie pas égard à la personne… »
N'aie pas égard vis-à-vis du Yetser Hara’ sous prétexte qu’il est « vieux », et qu’il a traversé beaucoup d’épreuves et de péripéties dans sa vie, contrairement au Yetser Hatov qui lui, est encore jeune. Car nos maîtres nous ont déjà enseigné dans la Guémara Sota (52b) :
Si cet être détestable te rencontre, attire-le vers le Beit Ha-Midrach (la maison d’étude).
Ce qui veut dire :
Si le Yetser Hara’ t’aborde en revendiquant la priorité à être écouté parce qu’il est le plus vieux, tu devras l’emmener au Beit Ha-Midrach, parce que nos maîtres enseignent dans la Guémara Bava Batra (120a) :
A la Yéchiva, nous nous référons à la sagesse, lors d’un banquet, nous nous référons à la vieillesse.
Dans le monde de l’étude, ce n’est pas le nombre d’années qui compte, mais la quantité de sagesse.
Là-bas, c’est donc le Yetser Hatov qui est honoré, au détriment de la vieillesse du Yetser Hara’.
C’est pour cette raison que la solution que nous proposent nos maîtres pour lutter contre le Yetser Hara,’ est de se réfugier dans l’étude de la Torah, car là, le Yetser Hara’ ne peut plus avoir de revendications honorifiques !
 
Le verset de notre Paracha poursuit :
« …n'accepte point de présent corrupteur… »
L’homme peut se laisser séduire et se laisser corrompre par le Yetser Hara’ puisqu’il rétribue la faute « en espèces », car le profit de la faute est immédiat.
Ce qui n’est pas le cas du Yetser Hatov qui rétribue les Mitsvot « à crédit » dans le ‘Olam Haba (le Monde Futur).
C’est pour cela que le verset dit : « …n'accepte point de présent corrupteur… ».
 
Chabbat Chalom
 
Dvar Torah rédigé par le Rav David A. PITOUN