Halacha pour lundi 21 Kislev 5781 7 décembre 2020

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Mi'haël Ben Ra'hel (Michaël Saura de Lyon)
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Desiré Yaakov Ben Sa'ida (Bensoussan)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon,
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Lois relatives au voyageur et à l’invité pendant H’anouka, ainsi qu’aux soldats juifs de Tsahal

Question: Comment doit agir une personne qui est invitée ou qui est à l’armée pendant H’anoukka?

Réponse: Ce cas mérite d’en débattre car il existe une différence sur ce point entre une personne qui voyage seule mais dont les membres de la famille allument chez elle, et une personne qui voyage accompagnée de tous les membres de son foyer. 

Si la personne laisse des membres de sa famille à son foyer qui allumeront les Nérot
Si une personne voyage seule, et que sa femme ou ses enfants (religieusement majeurs) allument à la maison, cette personne est quitte de son devoir par l’allumage effectué à son foyer, et n’est pas tenue d’allumer là où elle se trouve, car la Mitsva de l’allumage de H’anouka incombe « l’individu et son foyer ». Ce qui veut dire que la Mitsva de l’allumage des lumières de H’anouka acquitte tous les membres du foyer par le seul allumage du foyer. C’est pour cette raison que selon notre usage, seul le père de famille allume les lumières à son foyer, car son allumage acquitte tous les membres du foyer de leur obligation.

Cependant, selon la tradition des Ashkénazim, chaque membre de la famille allume ses propres bougies. De ce fait, selon certains décisionnaires, cette personne invitée est tenue d’allumer là où elle se trouve.
Selon d’autres, elle n’est pas tenue d’allumer.

Sur le plan Halachique, notre maitre le Richon Lé-Tsion le Gaon Rabbi Its’hak YOSSEF Chlita écrit dans son livre Yalkout Yossef (page 486) que dès lors où l’on allume à son foyer, la personne qui voyage ou qui est invitée est quitte du devoir de l’allumage par celui effectué chez elle, et n’est pas autorisée à avoir la pensée de ne pas s’acquitter de l’allumage de son foyer et ainsi allumer elle-même là où elle se trouve, étant donné qu’elle est déjà acquittée par l’allumage de son foyer, elle ne peut donc pas s’extraire à ce devoir et allumer elle-même.   

Si la personne ne laisse personne à son foyer
Lorsqu’une personne est en voyage, et qu’elle sait que personne n’allumera les lumières de H’anouka à son foyer, par exemple lorsqu’elle voyage avec son conjoint et ses enfants et qu’ils sont hébergés chez des amis, si cette personne paye une participation aux frais d’hébergement (nourriture, gîte, etc …), la règle exige dans ce cas de participer également aux frais d’allumage des lumières de H’anouka, en ajoutant une petite somme d’argent pour acquérir une part dans l’huile et les mèches ou dans les bougies de H’anouka. Ou bien que le maître de la maison offre une part de l’huile et des mèches des lumières de H’anouka (en ajoutant un peu plus d’huile pour l’invité), et dans ces conditions, l’invité s’acquitte de son devoir par l’allumage du maître de la maison.

Le Gaon et Richon Lé-Tsion Chlita écrit (page 475) que la règle est la même lorsque la personne a le doute si l’on allume à son foyer ou pas, même dans ce cas elle doit allumer là où elle se trouve en récitant les bénédictions. Il prouve ce point à partir des propos du Maharchal et d’autres décisionnaires. Par conséquent, même en cas de doute si l’on allume à son foyer ou pas, la personne doit allumer en récitant les bénédictions là où elle se trouve.

Le cas des soldats
Des soldats d’origine Séfarade servant dans Tsahal, s’acquittent de leur devoir par l’allumage effectué par leur père à leur foyer, et ne doivent absolument pas allumer les lumières de H’anouka. S’ils sont d’origine Achkénaze et qu’ils possèdent des chambres indépendantes à l’armée, ils doivent y allumer les lumières de H’anouka avec bénédictions, comme dans le cas de l’invité (Achkénaze), tel que nous l’avons expliqué.

Cependant, il faut ajouter les propos de MARAN dans le Choulh’an ‘Arouh’ (chap. 677) au sujet d’une personne qui se trouve dans un village de non-juifs où il n’y a absolument pas de lumières de H’anouka, même si les membres de son foyer allument, cette personne est tenue dans ce cas d’allumer là où elle se trouve avec bénédictions, en souvenir du miracle de H’anouka. C’est pourquoi, même des soldats d’origine Séfarade se trouvant sur le front et qui ne voient absolument pas les lumières de H’anouka là où ils se trouvent, doivent allumer avec bénédictions dans leurs chambres. S’ils n’ont pas de chambre à l’armée, par exemple lorsqu’ils campent dans un champ ou autre, ils devront s’efforcer d’allumer la lumière de H’anouka dans une boite en verre protégée du vent mais sans réciter de bénédictions. (H’azon Ovadia-H’anouka à partir de la page 152).

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Les ustensiles de Péssa’h

Pendant Péssa’h, on ne doit pas utiliser les ustensiles que l’on a utilisé durant toute l’année, car ces ustensiles dans lesquels on a cuisiné toute l’année ont contenus des aliments chauds, et les parois de ces sutensiles ont « a......

Lire la Halacha

Chabbat Zah’or – Le corona

« Souviens-toi de ce que t’as fait ‘Amalek » Le Chabbat qui précède Pourim (ce Chabbat 20 février), lors de l’ouverture du Héh’al à la synagogue, nous sortons 2 Sifré Torah. Dans le 1er nous lirons la Paracha de la semain......

Lire la Halacha

Les ustensiles pour Pessah’ – Les communautés qui ont des usages rigoureux

Nous avons expliqué qu’il faut utiliser durant Pessah’ uniquement des ustensiles qui n’ont pas absorbés de H’amets, c'est-à-dire, des ustensiles neufs (ou des ustensiles réservés pour Pessah’), ou bien des ustensiles qui ont &eacut......

Lire la Halacha

La fête de Pessa’h 5781

Nos maitres enseignent dans la Tossefta (Pessa’him chap.3): « On questionne et on commentent les règles relatives à Pessa’h 30 jours avant Pessa’h. » Selon cela, les Rabbanim du peuple d’Israël ont l’usage à toutes les gén&......

Lire la Halacha


Le devoir de Matanot La-Evyonim – Le Corona

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha

L’obligation du repas de Pourim cette année (5781)

Le repas de Pourim la nuit La fête de Pourim diffère des autres fêtes que nous possédons car pour toutes les fêtes, la Mitsva de se réjouir par un repas, est en vigueur aussi bien la journée que la nuit, alors que pour la fête de Pourim, le devoir......

Lire la Halacha

Les jours de Pourim - La règle de « Michloah’ Manott » - 5781

Les jours de Pourim Dans environ 15 jours, tomberont les jours de Pourim. Cette année, nous devons expliquer quelques règles spécifiques. D’abord, parce que le 14 Adar (jour de Pourim) tombe un vendredi. Ensuite, parce que les habitants de Jérusalem devront cett......

Lire la Halacha

La Mitsva de se réjouir et d’étudier la Torah le jour de Pourim

Il est un devoir de faire un grand repas le jour de pourim. Léh’atéh’ila (selon le Din à priori), il faut consommer du pain lors de ce repas. Le RAMBAM écrit (chap.2 des règles relatives à la Méguila, règle 15): Comment devons-......

Lire la Halacha