Halacha pour mardi 19 Kislev 5780 17 décembre 2019

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Mi'haël Ben Ra'hel (Michaël Saura de Lyon)
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Desiré Yaakov Ben Sa'ida (Bensoussan)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon,
parmi tous les malades d'Israël Amen.

La fête de ‘Hanouka

Nous sommes à l’approche de la fête de ‘Hanouka, nous allons donc commencer à expliquer l’essentiel des lois relatives à cette fête.

Les dates de H’anoukah pour cette année (5780)
La fête de ‘Hanouka dure 8 jours, à partir du 25 Kislev.
Cette année 5780, le 25 Kislev tombera le lundi 23 décembre, nous allumerons donc la première lumière le dimanche soir 22 décembre. Nous allumerons donc la dernière lumière le dimanche soir suivant (29 décembre).

Le sens des miracles de H’anoukah jusqu’à nos jours
Pendant ‘Hanouka, il existe plusieurs règles et usages observés au sein du peuple d’Israël, afin d’exprimer notre reconnaissance envers Hachem, et de commémorer les miracles qu’Hachem a réalisé pour nos ancêtres au temps du 2ème Temple.

En ces temps, la situation spirituelle et matérielle d’Israël était très difficile, car les nations oppressaient Israël, en particulier la Grèce impie qui promulgua de durs décrets sur notre peuple habitant la terre d’Israël, afin de les empêcher d’accomplir la Torah et les Mitsvot. Même au sein de notre peuple, se levèrent des juifs « affranchis de la Torah et des Mitsvot, qui commencèrent à profaner le Chabbat, et à se comporter comme des non-juifs en tout point, et Israël souffrit énormément de ses ennemis.

Jusqu’au moment où Hachem les pris en pitié, et les sauva de la main des Grecs, par l’intermédiaire d’une famille de Cohanim Guédolim, les ‘Hachmonaïm, qui eurent la victoire sur les grecs, délivrèrent Israël de leurs mains et nommèrent un roi parmi les Cohanim. La chose était un véritable miracle car les Cohanim ‘Hachmonaïm ainsi que leur armée n’étaient qu’une poignée, alors que les grecs en ces temps là étaient un empire colossal, et malgré tout, par la grâce d’Hachem sur eux, ainsi que par la force de leur confiance en Hachem, par leur Torah et leur droiture, ils méritèrent de mettre en fuite les armées grecques, et à  les chasser du pays.

Lorsque les ‘Hachmonaïm gagnèrent la guerre contre les grecs, ils pénétrèrent dans le Temple pour le restaurer et voulurent rallumer la Ménora du Temple.
Ils ne trouvèrent qu’un flacon d’huile d’olive pure, mais ce flacon ne contenait que la quantité d’huile pour que la Ménora reste allumée qu’un seul jour. Il eut un miracle, et ils purent allumer avec ce flacon durant 8 jours, le temps nécessaire pour presser des olives et fabriquer de l’huile pure. Le jour où ils trouvèrent le flacon d’huile était un 25 Kislev.
C’est pourquoi, les sages de cette génération instituèrent de célébrer ces huit jours, à partir de la date du 25 Kislev, comme des jours de louanges et de joie, en allumant des lumières chacun des 8 soirs, afin de divulguer le miracle, et ces jours se nomment ‘Hanouka.

Pourquoi cette fête se nomme-t-elle « ‘Hanouka »?
Rabbénou Péra’hya écrit dans son commentaire sur la Guémara Chabbat (21b) que cette fête se nomme « ‘Hanouka » en raison de la nouvelle inauguration du Temple réalisée en ces jours, par Israël au moyen de sacrifices de reconnaissance à Hachem pour le miracle dont ils bénéficièrent.
En effet, les grecs avaient détruit l’autel des sacrifices dans le Temple, et lorsque les ‘Hachmonaïm gagnèrent la guerre, ils édifièrent de nouveau l’autel.
Durant ces 8 jours, le peuple d’Israël se rendit de nouveau dans le Temple et s’adonna à sa réparation, en passant les murs à la chaux et en le réédifiant de nouveau. (‘Hazon Ovadia-‘Hanouka page 6. Rabbénou Péra’hya – l’un de nos maitres les décisionnaires médiévaux - explique souvent des termes particuliers).

Vigilance vis-à-vis de l’allumage des lumières de ‘Hanouka
Il faut être très attentionné envers la Mitsva de l’allumage des lumières de ‘Hanouka, car cette Mitsva est très précieuse, afin de divulguer le miracle, en adressant des remerciements à Hachem. Nos maitres enseignent dans la Guémara Chabbat (23b) que celui qui accomplie cette Mitsva selon les exigences de la Halacha, aura le mérite d’avoir des enfants Talmidé ‘Ha’hamim (érudits dans la Torah). Comme il est dit: « Le Ner (la lampe) est la Mitsva, et la Torah est la lumière » (Michlé chap.6).
Rachi explique ce verset ainsi : C’est par le Ner Mitsva (le Ner que l’on a l’obligation d’allumer) que vient la lumière de la Torah.
Le Meïri ajoute qu’il s’agit ici d’accomplir la Mitsva de Ner avec beaucoup de soin, et beaucoup d’affection.

Combien de Nerot doit-on allumer?
Combien de Nerot doit-on allumer? Selon le strict Din, il est suffisant d’allumer une seule lumière par foyer du peuple d’Israël, chaque soir, quel que soit le nombre d’habitants dans le foyer.
Mais tout le peuple d’Israël a la tradition d’embellir la Mitsva et d’ajouter une lumière par soir, jusqu’à ce qu’il y est 8 lumières le 8ème soir. (avec une lumière supplémentaire appelée « Chamach »).

Selon la tradition des Séfaradim et des originaires des communautés du moyen- orient, conformément à l’opinion de MARAN dans le Choulh’an ‘Arouh’, un membre du foyer allume, et acquitte tous les membres du foyer par son allumage.
Mais selon la tradition des Achkénazim, chaque membre du foyer allume ses Nerot de ‘Hanouka, de façon indépendante.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Les ustensiles de Péssa’h

Pendant Péssa’h, on ne doit pas utiliser les ustensiles que l’on a utilisé durant toute l’année, car ces ustensiles dans lesquels on a cuisiné toute l’année ont contenus des aliments chauds, et les parois de ces sutensiles ont « a......

Lire la Halacha

Chabbat Zah’or – Le corona

« Souviens-toi de ce que t’as fait ‘Amalek » Le Chabbat qui précède Pourim (ce Chabbat 20 février), lors de l’ouverture du Héh’al à la synagogue, nous sortons 2 Sifré Torah. Dans le 1er nous lirons la Paracha de la semain......

Lire la Halacha

Les ustensiles pour Pessah’ – Les communautés qui ont des usages rigoureux

Nous avons expliqué qu’il faut utiliser durant Pessah’ uniquement des ustensiles qui n’ont pas absorbés de H’amets, c'est-à-dire, des ustensiles neufs (ou des ustensiles réservés pour Pessah’), ou bien des ustensiles qui ont &eacut......

Lire la Halacha

La fête de Pessa’h 5781

Nos maitres enseignent dans la Tossefta (Pessa’him chap.3): « On questionne et on commentent les règles relatives à Pessa’h 30 jours avant Pessa’h. » Selon cela, les Rabbanim du peuple d’Israël ont l’usage à toutes les gén&......

Lire la Halacha


Le devoir de Matanot La-Evyonim – Le Corona

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha

Ustensiles en argent

Question: Des ustensiles en argent – comme une coupe de Kiddouch par exemple – est-il permis de les utiliser pendant Péssah’, alors qu’on les utilise toute l’année? Réponse: Tous les ustensiles que l’on utilise à froid, c'est-&ag......

Lire la Halacha

L’obligation du repas de Pourim cette année (5781)

Le repas de Pourim la nuit La fête de Pourim diffère des autres fêtes que nous possédons car pour toutes les fêtes, la Mitsva de se réjouir par un repas, est en vigueur aussi bien la journée que la nuit, alors que pour la fête de Pourim, le devoir......

Lire la Halacha

Les jours de Pourim - La règle de « Michloah’ Manott » - 5781

Les jours de Pourim Dans environ 15 jours, tomberont les jours de Pourim. Cette année, nous devons expliquer quelques règles spécifiques. D’abord, parce que le 14 Adar (jour de Pourim) tombe un vendredi. Ensuite, parce que les habitants de Jérusalem devront cett......

Lire la Halacha