Halacha pour jeudi 11 Tishrei 5779 20 septembre 2018

Pour l'élévation de l'âme de 
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

L’obligation de manger dans la Souccah – Les jours entre Yom Kippour et Soukkot

Les jours entre Yom Kippour et Soukkot sont des jours saints, durant lesquels nous sommes occupés à la Mitsva de la Soukka, afin de s’élever de niveau en niveau. Nos maîtres enseignent que les 4 jours qui séparent Yom Kipour de Soukkot sont reconnus comme étant des jours saints, comparables aux jours de H’ol Ha-Mo’ed (demi fête), durant lesquels tout Israël s’adonne aux préparatifs de la Soukka et du Loulav, et ces actions stimulent le cœur d’Israël à aimer Hachem et à se réjouir de ses commandements, à se réjouir d’une joie spirituelle authentique, pour servir Hachem dans la bonne humeur.
Durant tous ces jours là, nous ne disons pas les supplications journalières, car ces jours sont comparables à des jours de fêtes.

Un repas régulier
Pendant les jours de la fêtes de Souccot – aussi bien la journée que la nuit – il est interdit de consommer un « repas régulier » (Se’oudat Kéva’) en dehors de la Souccah.
La mesure d’un « repas régulier » (c'est-à-dire, la quantité de nourriture à partir de laquelle on considère le repas comme « régulier ») correspond à plus de Kabétsa de pain, c'est-à-dire plus de 60 g de pain environ (plus précisément plus de 54 g). Lorsqu’on consomme cette quantité, on doit réciter la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah », mais lorsqu’il s’agit d’une quantité inférieure à cela, il est permis de la consommer en dehors de la Souccah.
C’est pourquoi, même si l’on consomme une quantité de pain inférieure à Kabétsa à l’intérieur de la Souccah, on ne récite pas la bénédiction de Léshev Ba-Souccah sur une telle consommation.

Consommation de pâtisseries
Si l’on consomme une pâtisserie en quantité de plus de Kabétsa, c'est-à-dire plus de 54 g de pâtisserie, est tenu de consommer dans la Souccah, mais ne récite pas la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah » car il existe une Mah’loket (une divergence d’opinion Halah’ique) parmi les Poskim (décisionnaires) afin de définir si la pâtisserie a le statut de pain ou pas.
A cause du doute, il ne faut pas réciter la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah » sur une consommation de pâtisserie dans la Souccah, car nous avons un grand principe : « Safèk Bérah’ot Léhakèl » (« Lors d’un doute sur une bénédiction, nous ne la récitons pas »), comme nous l’avons déjà expliqué à diverses occasions.
Mais si l’on consomme une grande quantité de pâtisserie, en quantité équivalente à celle d’un repas, qui correspond à la quantité de 3 œufs (environ 162 g), il faut réciter la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah », et si l’on consomme une mesure de 216 g de pâtisserie il faudra – dans ces conditions – réciter également la bénédiction de « Ha-Motsi Leh’em Min Haaretz » sur la pâtisserie, et procéder au préalable à Nétilat Yadaïm (ablution des mains), exactement comme celui qui consomme véritablement du pain.
Les communautés Ashkénazes ont diverses coutumes sur ces points là, et il nous sera difficile de les détailler ici.

La règle pour les femmes
Les femmes sont exemptes de la Souccah, comme elles sont exemptes de la plupart des Mitsvot positives s’accomplissant par l’action (Koum ‘Assé).
Mais elles ne sont pas exemptées des Mitsvot qui s’accomplissent par l’inaction, ou « Shèv Véal Ta’assé ») lorsque ces Mitsvot sont liées au temps.
Or, la Mitsva de Souccah s’accomplie par l’action et elle est aussi liée au temps (les jours de la fête de Souccot). Par conséquent, les femmes sont exemptes de cette Mitsva.
Cependant, si elles mangent dans la Souccah, il est certain qu’elles ont une récompense sur cela, et cette Mitsva est propice à les protéger de tout mal, mais elles n’ont pas le droit de réciter la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah ». Cependant, selon la tradition de nombreux Ashkénazim, les femmes récitent la bénédiction même sur des Mitsvot desquelles elles sont exemptes, comme la Mitsva de Loulav, ou la récitation du Halel, ou la lecture du Chéma’, ou autre.
C’est pourquoi, selon leur tradition, elles récitent également la bénédiction lorsqu’elles siègent dans la Souccah, comme nous l’avons déjà mentionné à divers endroits.

En conclusion: Il est interdit de consommer en dehors de la Souccah un repas accompagné de pain, lorsqu’on mange plus de Kabétsa de pain (plus de 54 g de pain).
Lorsqu’on mange cette quantité de pain dans la Souccah, il faut réciter – avant de manger- la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah ».
De même, celui qui mange une pâtisserie en cette quantité (54 g), est tenu de manger dans la Souccah, mais on ne doit pas réciter la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah » sur la consommation d’une pâtisserie dans la Souccah, sauf si l’on en consomme une quantité de 162 g, où dans ces conditions, on doit réciter la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah ».
Les femmes ne sont pas tenues de siéger dans la Souccah, et si elles se l’imposent, elles ont une grande récompense. Cependant, elles ne doivent surtout pas réciter la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah » car elles ne sont pas soumises à cette Mitsva selon le Din.

Demain vendredi, une Halacha supplémentaire sera diffusée exceptionnellement pour combler le manque de temps pour la diffusion des Halachot relatives à la fête de Soukot.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Les ustensiles de Péssa’h

Pendant Péssa’h, on ne doit pas utiliser les ustensiles que l’on a utilisé durant toute l’année, car ces ustensiles dans lesquels on a cuisiné toute l’année ont contenus des aliments chauds, et les parois de ces sutensiles ont « a......

Lire la Halacha

Lois relatives à la Cacherisation des éviers et de la cuisine

Les ustensiles en plastique sont cacherisables selon la manière de leur utilisation, c'est-à-dire que si l’on à l’habitude de les utiliser à froid il suffira de bien les laver. S’il est d’usage de les utiliser à chaud mais en second deg......

Lire la Halacha

Cas pratiques concernant les Kitniyot

Dans la précédente Hala’ha, nous avons expliqué de façon générale, les principales règles du ‘Hamets et des Kitniyot à Pessa’h. Nous avons expliqué que selon l’unanimité, les Kitniyot  - comme le poids......

Lire la Halacha

Vigilance sur le H’amets

L’interdiction de tirer profit et de consommer du H’amets Il est dit dans la Torah au sujet de la fête de Pessah’ (Chémott 13): « Durant 7 jours, on mangera des Matsot, et ne sera vu ni H’amets, ni levain dans tous tes domaines ». Dans la Gu&eacut......

Lire la Halacha


Du H’amets inconsommable avant Pessah’ – Maquillage et crèmes diverses

L’interdiction de consommer ou de tirer profit du H’amets De même qu’il est interdit de consommer du H’amets pendant Péssah’, ainsi Hachem nous ordonne de ne pas maintenir du H’amets en notre possession pendant Péssah’. De même, il......

Lire la Halacha

Cachérisation d’un four pour Péssa’h – Birkatt Ha-Ilanott

Question: Est-il possible de Cachériser un four pour Péssa’h? Réponse: Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l a traité ce sujet à divers endroits de ses ouvrages (Chou’t Yabiya’ Omer vol.5 sect. Y.D chap.7 ; et autres …), et il s&rsquo......

Lire la Halacha

Le devoir de Matanot La-Evyonim

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha

Le jeûne d’Esther

Aujourd’hui, tombe le jeûne d’Esther que toutes les communautés du peuple d’Israël a l’usage d’observer. Au temps de Mordéh’aï et Esther, les juifs se sont réunis le 13 Adar afin d’affronter leurs ennemis. Ils avaient ......

Lire la Halacha