Halacha pour jeudi 11 Tishrei 5779 20 septembre 2018

Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est dédiée à l'élévation de la Néchama de notre ami

Richard Michaël Ben Chélomo Checkroun z’’l, décédé brutalement

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de

Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

L’obligation de manger dans la Souccah – Les jours entre Yom Kippour et Soukkot

Les jours entre Yom Kippour et Soukkot sont des jours saints, durant lesquels nous sommes occupés à la Mitsva de la Soukka, afin de s’élever de niveau en niveau. Nos maîtres enseignent que les 4 jours qui séparent Yom Kipour de Soukkot sont reconnus comme étant des jours saints, comparables aux jours de H’ol Ha-Mo’ed (demi fête), durant lesquels tout Israël s’adonne aux préparatifs de la Soukka et du Loulav, et ces actions stimulent le cœur d’Israël à aimer Hachem et à se réjouir de ses commandements, à se réjouir d’une joie spirituelle authentique, pour servir Hachem dans la bonne humeur.
Durant tous ces jours là, nous ne disons pas les supplications journalières, car ces jours sont comparables à des jours de fêtes.

Un repas régulier
Pendant les jours de la fêtes de Souccot – aussi bien la journée que la nuit – il est interdit de consommer un « repas régulier » (Se’oudat Kéva’) en dehors de la Souccah.
La mesure d’un « repas régulier » (c'est-à-dire, la quantité de nourriture à partir de laquelle on considère le repas comme « régulier ») correspond à plus de Kabétsa de pain, c'est-à-dire plus de 60 g de pain environ (plus précisément plus de 54 g). Lorsqu’on consomme cette quantité, on doit réciter la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah », mais lorsqu’il s’agit d’une quantité inférieure à cela, il est permis de la consommer en dehors de la Souccah.
C’est pourquoi, même si l’on consomme une quantité de pain inférieure à Kabétsa à l’intérieur de la Souccah, on ne récite pas la bénédiction de Léshev Ba-Souccah sur une telle consommation.

Consommation de pâtisseries
Si l’on consomme une pâtisserie en quantité de plus de Kabétsa, c'est-à-dire plus de 54 g de pâtisserie, est tenu de consommer dans la Souccah, mais ne récite pas la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah » car il existe une Mah’loket (une divergence d’opinion Halah’ique) parmi les Poskim (décisionnaires) afin de définir si la pâtisserie a le statut de pain ou pas.
A cause du doute, il ne faut pas réciter la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah » sur une consommation de pâtisserie dans la Souccah, car nous avons un grand principe : « Safèk Bérah’ot Léhakèl » (« Lors d’un doute sur une bénédiction, nous ne la récitons pas »), comme nous l’avons déjà expliqué à diverses occasions.
Mais si l’on consomme une grande quantité de pâtisserie, en quantité équivalente à celle d’un repas, qui correspond à la quantité de 3 œufs (environ 162 g), il faut réciter la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah », et si l’on consomme une mesure de 216 g de pâtisserie il faudra – dans ces conditions – réciter également la bénédiction de « Ha-Motsi Leh’em Min Haaretz » sur la pâtisserie, et procéder au préalable à Nétilat Yadaïm (ablution des mains), exactement comme celui qui consomme véritablement du pain.
Les communautés Ashkénazes ont diverses coutumes sur ces points là, et il nous sera difficile de les détailler ici.

La règle pour les femmes
Les femmes sont exemptes de la Souccah, comme elles sont exemptes de la plupart des Mitsvot positives s’accomplissant par l’action (Koum ‘Assé).
Mais elles ne sont pas exemptées des Mitsvot qui s’accomplissent par l’inaction, ou « Shèv Véal Ta’assé ») lorsque ces Mitsvot sont liées au temps.
Or, la Mitsva de Souccah s’accomplie par l’action et elle est aussi liée au temps (les jours de la fête de Souccot). Par conséquent, les femmes sont exemptes de cette Mitsva.
Cependant, si elles mangent dans la Souccah, il est certain qu’elles ont une récompense sur cela, et cette Mitsva est propice à les protéger de tout mal, mais elles n’ont pas le droit de réciter la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah ». Cependant, selon la tradition de nombreux Ashkénazim, les femmes récitent la bénédiction même sur des Mitsvot desquelles elles sont exemptes, comme la Mitsva de Loulav, ou la récitation du Halel, ou la lecture du Chéma’, ou autre.
C’est pourquoi, selon leur tradition, elles récitent également la bénédiction lorsqu’elles siègent dans la Souccah, comme nous l’avons déjà mentionné à divers endroits.

En conclusion: Il est interdit de consommer en dehors de la Souccah un repas accompagné de pain, lorsqu’on mange plus de Kabétsa de pain (plus de 54 g de pain).
Lorsqu’on mange cette quantité de pain dans la Souccah, il faut réciter – avant de manger- la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah ».
De même, celui qui mange une pâtisserie en cette quantité (54 g), est tenu de manger dans la Souccah, mais on ne doit pas réciter la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah » sur la consommation d’une pâtisserie dans la Souccah, sauf si l’on en consomme une quantité de 162 g, où dans ces conditions, on doit réciter la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah ».
Les femmes ne sont pas tenues de siéger dans la Souccah, et si elles se l’imposent, elles ont une grande récompense. Cependant, elles ne doivent surtout pas réciter la bénédiction de « Léshev Ba-Souccah » car elles ne sont pas soumises à cette Mitsva selon le Din.

Demain vendredi, une Halacha supplémentaire sera diffusée exceptionnellement pour combler le manque de temps pour la diffusion des Halachot relatives à la fête de Soukot.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Lorsqu’on a le doute si l’on a dit Barèh’ ‘Alénou dans la prière

Dans les précédentes Halah’ot, nous avons expliqué le Din selon lequel nous devons demander la pluie dans la prière, dans la Birkat Ha-Chanim (Barèh’ ‘Alénou). Nous avons également fait mention dans nos propos du cas de la personne......

Lire la Halacha

Donner un surnom humiliant à une personne

Nous avons expliqué dans les précédentes Halachot, qu’il y a une interdiction d’offenser quelqu’un par la parole. Il est enseigné dans la Guémara Bava Métsi’a (58b): Rabbi H’anina dit : Toutes les personnes qui descende......

Lire la Halacha

Lorsqu’on oublie de dire Barèh’ ‘Alénou

Dans la une précédente Halacha, nous avons expliqué de façon générale le Din selon lequel nos maîtres ont instauré de demander les pluies dans la bénédiction de Birkatt Ha-Chanim de la prière quotidienne, depuis le 7 Mar- H&......

Lire la Halacha

La demande des pluies (Barèh’ ‘Alénou) – La pluie inclue tous les domaines matériels  

Ce lundi 7 novembre au soir (soir du 7 H’echvan) – nous commencerons (en Erets Israël) à demander les pluies dans ‘Amida de ‘Arvit. De ce fait, nous allons revenir sur les règles relatives à ce point, avec quelques ajouts.  L’institutio......

Lire la Halacha


L’interdiction de maudire un juif

Il est écrit dans notre Sainte Torah (Chémott 22 – 27) : « Tu ne maudiras pas Elokim (D.) » Le Targoum Onkeloss (traduction araméenne de la Torah) traduit : « Tu ne maudiras pas le Dayann (le juge rabbinique) ». La ......

Lire la Halacha

Règles relatives à l’interdiction d’offenser par la parole

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué l’interdiction d’offenser par la parole une personne ou même sa propre épouse, et nous allons détailler plus loin différents cas pratiques sur ce sujet, tel que les a tranché MARAN dans......

Lire la Halacha

L’offense par la parole

Il est enseigné dans une Michna du traité Bava Métsi’a (58b): L’offense et la supercherie peuvent s’exprimer autant dans le domaine du commerce que dans la parole. (Ce qui signifie qu’au même titre qu’il est interdit d’escroquer et de t......

Lire la Halacha

Les cas pratiques de « Chénaïm Mikra Vé-Eh’ad Targoum »

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué l’essentiel du Din de la lecture de la Paracha chaque semaine, deux fois chaque verset et une fois sa traduction araméenne. Ce qui signifie qu’il incombe chaque juif l’obligation de lire la Paracha de......

Lire la Halacha