Halacha pour mardi 11 Tishrei 5781 29 septembre 2020

Pour la guérison totale de Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN) parmi tous les malades d'Israël

Pour l'élévation des âmes de:
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)

Pour la guérison totale et rapide de:
Ethan Chlomo Ben Yoni parmi tous les malades d'Israël Amen
Jacques Jacky Yaakov Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

Entre Kippour et Soukkot - Les parois de la Souccah

Les jours entre Yom Kippour et Soukkot sont des jours saints, durant lesquels nous sommes occupés à la Mitsva de la Soukka, afin de s’élever de niveau en niveau. Nos maîtres enseignent que les 4 jours qui séparent Yom Kipour de Soukkot sont reconnus comme étant des jours saints, comparables aux jours de H’ol Ha-Mo’ed (demi fête), durant lesquels tout Israël s’adonne aux préparatifs de la Soukka et du Loulav, et ces actions stimulent le cœur d’Israël à aimer Hachem et à se réjouir de ses commandements, à se réjouir d’une joie spirituelle authentique, pour servir Hachem dans la bonne humeur.
Durant tous ces jours là, nous ne disons pas les supplications journalières, car ces jours sont comparables à des jours de fêtes.

Nos maitres enseignent que la Souccah doit être constituée de 3 parois et d’un Skah’ (toit de la Souccah).
Les parois – c'est-à-dire les murs – de la Souccah, peuvent être constitués de la matière que l’on désire, à condition que les parois soient suffisamment résistantes et stables, pour tenir correctement face au vent, car les parois qui ne résistent pas au vent, ne sont pas valables pour accomplir la Mitsva de Souccah.

C’est pourquoi notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l tranche qu’il ne faut pas constituer les parois de la Souccah avec des draps, des tentures ou autres, car ces choses se déplacent avec le vent. Même s’il s’agit uniquement d’un léger mouvement, ils ne sont pas considérés comme résistants au vent. Même si l’on tend correctement les draps, et qu’on les attache fortement à l’armature de la Souccah afin qu’ils ne bougent pas avec le vent, on ne peut pas permettre, car il arrive parfois que les nœuds se desserrent avec le vent et que les draps se mettent à bouger, à ce moment-là, la Souccah devient Péssoula (non valable selon la Halah’a), la personne qui s’y trouve ne siège pas dans une Souccah, et si cette personne a récité la Bérah’a de « Léshev Ba-Souccah », sa Bérah’a est « Lévatala » (récitée en vain). Même si selon l’opinion de certains Poskim (décisionnaires), tant que les draps ne se déplacent pas beaucoup avec le vent (environ 3 Téfah’im = 24 cm de chaque côté), les parois sont valables, malgré tout, il semble à travers les propos des Rishonim (décisionnaires de l’époque médiévale) que même le mouvement le plus léger invalide la Souccah. Telle est l’approbation de la majorité des décisionnaires contemporains, et parmi eux:
Le Gaon Rabbi Shlomo Zalman OYORBAH’ z.ts.l, et le Gaon Rabbi Yossef H’aïm ZONENFEILD z.ts.l.

Le Gaon Rabbi Moshé FEINSHTEIN z.ts.l écrit qu’il ne faut pas autoriser la construction de telles Souccot constituées de tentures en tissus ou plastique, et il ajoute que même si l’on constate aux États-Unis (lieu où résidait le Gaon Rabbi Moshé FEINSHTEIN z.ts.l) la vente de Soukkot dont les parois sont constituées de tentures, il est évident que cela ne se fait pas sous les instructions d’un Sage, car il ne faut pas utiliser de telles Soukkot.
Une chose réceptive de l’impureté

Matière réceptive d’impureté
Lorsque nous avons écrit qu’il est permis de constituer les parois de la Souccah de tout ce que l’on désire, cela inclus même des objets, comme une armoire, une caisse ou autre, malgré le fait que l’armoire est un objet, et qu’en tant que tel, elle est réceptive de l’impureté (c'est-à-dire : si une personne impure touche cette armoire celle-ci peut recevoir à son tour l’impureté), or, selon la règle, toute chose réceptive à la Toum’a (l’impureté) ne peut pas être utilisée pour le Skah’ (le toit) de la Souccah, malgré cela, les parois peuvent être constituées même de choses qui sont réceptives à l’impureté.
Cela signifie que ce n’est que le Ska’h qu’il faut constituer exclusivement de choses qui ne sont pas réceptives à l’impureté, mais les parois de la Souccah peuvent être constituées même d’objets ou de toutes autres choses réceptives de l’impureté.

« Ma’amid » (le support du Ska’h) – Les colliers de serrage
Cependant, la partie des parois de la Souccah sur laquelle le Skah’ repose, s’appelle « Ma’amid » (support du Skah’), or, Léh’atéh’ila (a priori), il faut constituer le Ma’amid du Skah’ à partir d’une chose qui n’est pas réceptive à l’impureté. Par conséquent, si l’on constitue une des parois de la Souccah avec une chose qui est réceptive à l’impureté, comme une armoire ou des tuyaux de métal (qui sont eux aussi réceptifs à l’impureté), il est bon dans ce cas de placer une planche en bois sur l’armoire ou sur les tuyaux aux 4 côtés de la Souccah, de sorte que le Skah’ soit posé sur la planche de bois, et non sur une chose réceptive à l’impureté.

C’est pour cela qu’il faut veiller à priori, à ne pas consolider ou faire supporter le Ska’h avec toute chose réceptive d’impureté (comme expliqué plus haut). De ce fait, il est juste de veiller à ne pas attacher le Ska’h à la Soukka au moyen de colliers de serrage pour ne pas que le Ska’h s’envole par un vent fréquent. Mais si l’on a attaché le Ska’h avec un collier de serrage par crainte d’un vent inhabituel (tempête), on peut autoriser.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Suite des règles de priorité dans les bénédictions alimentaires

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que dans certaines situations il faut donner priorité à un certain aliment du fait de son importance, par exemple un des sept fruits d’Israël. A présent, nous allons expliquer qu’il y a des cas......

Lire la Halacha

Sucer un fruit

Question: Lorsqu’on suce une orange ou un pamplemousse, sans mâcher avec les dents, doit-on réciter la bénédiction de Boré Péri Ha-‘Ets au même titre que la bénédiction que l’on doit réciter lorsqu’on mange u......

Lire la Halacha

Faire des biscottes ou des croûtons le Chabbat

Question: est-il permis le jour de Chabbat de mettre des tranches de pain ou une pita sur la plaque chauffante afin qu’ils durcissent et deviennent grillés comme des biscottes ou des croûtons? Réponse : concernant cette question, deux problèmes sont à ......

Lire la Halacha

Suite des règles de l’ordre de priorité dans les bénédictions alimentaires

Conclusions des règles déjà apprises Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué qu’il existe un certain ordre dans la récitation des bénédictions alimentaires. Parfois, cet ordre dépend de l’importance de l&r......

Lire la Halacha


Règles relatives à la bénédiction des fruits

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué qu’il existe un ordre de priorité aux bénédictions alimentaires. Par exemple, lorsqu’on s’apprête à consommer des dattes et des pommes, on doit réciter la bén&eac......

Lire la Halacha

Les règles de priorité dans les bénédictions alimentaires - Réciter les bénédictions lentement – Attitude de notre maitre le Rav z.ts.l

Le soir du 15 Chévat (Tou Bichvat) – qui tombera avec l’aide d’Hachem mercredi soir cette semaine – nous avons l’usage de consommer plusieurs sortes de fruits et légumes. Il faut donc étudier ces jours-ci l’ordre prioritaire des bén&eac......

Lire la Halacha

Saler des concombres pendant Chabbat

Question: Est-il interdit de diffuser du sel sur des concombres pendant Chabbat? Réponse : La question prend sa source dans le fait que pour toutes les lois de la Torah nous tranchons un principe selon lequel « conserver équivaut à cuire » (&la......

Lire la Halacha

Lorsqu’on a oublié de réciter les bénédictions du matin

Les bénédictions du matin – depuis la bénédiction de Elo-haï Néchama jusqu’à la fin des bénédictions sur la Torah – sont une obligation pour tous, les hommes comme les femmes, comme nous l’avons déjà e......

Lire la Halacha