Halacha pour mercredi 24 Elul 5781 1 septembre 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mess’od ben Ra’hel Vé-Yossef
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Le Tsaddik Rabbi David ‘Hananya Ben Mazal PINTO
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

La bonne conduite à adopter pendant les jours de Roch Ha-Chana – L’usage de notre maitre le Rav z.ts.l

Nous avons la tradition de consommer de la viande grasse, ainsi que des douceurs, le jour de Roch Ha-Chana, comme il est dit dans le livre de Néh’emya: « Allez manger des plats gras, et buvez des boissons aromatisées. Envoyez des cadeaux au nécessiteux, car ce jour est saint pour notre D. »

Il est interdit de jeûner le jour de Roch Ha-Chana.
Cependant, on ne doit pas manger jusqu’à rassasiement afin de ne pas se laisser entraîner à des comportements légers, et afin de garder la crainte d’Hachem sur le visage.
Certains ont l’habitude, lors de la bénédiction de Motsi, de tremper le pain dans du miel ou dans du sucre.
Le Kaf Ha-H’aïm écrit qu’il faut aussi le tremper dans le sel, comme l’usage habituel.
Certains ont l’habitude de s’abstenir de manger des noix le jour de Roch Ha-Chana, car le mot « noix » (en hébreu « EGOZ ») a la même valeur numérique que le mot « faute » (en hébreu « H’ETT » sans le Alef).
Selon la Kabbala (l’interprétation mystique de la Torah), certains ont l’habitude de ne pas consommer des raisins noirs pour Roch Ha-Chana, mais cette restriction ne concerne que les raisins noirs, et non pas les raisins blancs, qui sont, au contraire un bon signe.
Certains ont l’habitude de ne pas manger de choses amères, aigres, ou au goût relevé, le jour de Roch Ha-Chana, comme rapporté dans les Responsa des Guéonim (sages de l’époque post-Talmudique).

Nous avons l’habitude de ne pas dormir pendant la journée de Roch Ha-Chana (comme la sieste par exemple), puisqu’il n’est pas correct de dormir le jour où sont ouverts devant Hachem, les livres de ceux qui vont vivre et les livres de ceux qui vont mourir.
Il est enseigné dans le Talmud Yérouchalmi que celui qui dort pendant la journée de Roch Ha-Chana provoque par cela que son Mazal (son destin) « dormira » également.
Par conséquent, il faut s’efforcer de se lever à l’aube le jour de Roch Ha-Chana, ou au moins à l’heure du levé du soleil (le Nets), et se préparer à la Téfila (la prière) en se concentrant correctement.
Si quelqu’un est fatigué et doit absolument dormir pendant la journée de Roch Ha-Chana, il lui est permis de dormir après H’atsot Ha-Yom (après la moitié de la journée, environ 13h35 en France). Ainsi rapporte Rabbénou H’aïm VITAL z.ts.l que son maître, le ARI zal dormait le jour de Roch Ha-Chana après H’atsot Ha-Yom.
Une personne qui reste oisive et qui consacre son temps à bavarder de futilités le jour de Roch Ha-Chana, est comparable à quelqu’un qui est allé dormir, et au contraire, il est même préférable d’aller dormir plutôt que de bavarder ou de s’adonner à des futilités.

Hormis le Séder des aliments spécifiques à Roch Ha-Chana auquel nous procédons les 2 soirs de Roch Ha-Chana, et comme nous l’expliquerons dans la prochaine Halah’a, chacun se doit de s’efforcer d’être joyeux lors des repas de Roch Ha-Chana, et de ne pas en arriver à la tristesse, à D.ieu ne plaise.
Il faut se comporter avec les membres de son foyer avec joie et calme. Il faut aussi veiller à ne pas perdre le temps sur des choses futiles.

Certains ont l’habitude d’achever 2 fois la lecture du livre des Téhilim le jour de Roch Ha-Chana, puisque le Téhilim contient 150 chapitres, ce qui correspond à la valeur numérique du mot « KAPER » (qui a pour valeur numérique 300, et qui signifie « Pardonne »).
Le BEN ICH H’AÏ écrit que certains ont l’habitude d’étudier après le repas, la Michna du traité Roch Ha-Chana, accompagné du commentaire de Rabbénou ‘OVADIA MIBARTENOURA, et ceci est une bonne tradition.

Le BEN ICH H’AÏ écrit aussi qu’il faut être vigilant et veiller à ne pas se mettre en colère le jour de Roch Ha-Chana, car hormis l’interdiction de se mettre en colère tout le reste de l’année, ce n’est pas un bon signe d’être en colère pendant ces journées là, et il faut veiller à ne pas non plus se mettre en colère intérieurement. C’est pourquoi, chacun doit être suffisamment intelligent, pour se conditionner dès le début et être joyeux le jour de Roch Ha-Chana, et même si on l’irrite sur quoi que ce soit, la personne doit se montrer forte, en se maîtrisant, afin de ne pas en arriver à se mettre en colère.

Dans le livre Avir Ha-Ro’im (vol.1), nous avons fait mention de la particularité qu’exprimait notre maitre le Rav z.ts.l vis-à-vis du jour de Roch Ha-Chana par rapport à tous les autres jours de l’année. Ce jour-là, notre maitre le Rav z.ts.l était particulièrement joyeux. La joie éclairait son visage, et il montrait un visage rayonnant à toute personne, avec une grande patience, sans la moindre rigueur. Ce jour-là, notre maitre le Rav z.ts.l se comportait avec une grande affection envers tous les visiteurs venus recevoir sa bénédiction, car il n’est pas correct d’en arriver à la moindre rigueur ce jour-ci.
Le fait de se comporter ce jour-là avec joie est un signe de meilleur augure et d’une portée encore plus grande que tous les signes que nous faisons en consommant les aliments spécifiques le soir de Roch Ha-Chana.
Malgré tout, il est certain que tous les usages de notre maitre le Rav z.ts.l ce jour-là se faisaient dans une sainte appréhension du jugement, selon le principe « Réjouissez-vous en tremblant », car ce jour est un jour de jugement.
Que son mérite nous protège, Amen.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

L’interdit de manger et de se laver le jour de Yom Kippour

Quelques règles de Yom Kippour Tout le monde a le devoir de jeûner pour Yom Kippour, y compris les femmes enceintes ou celles qui allaitent. Toute femme qui craint que le jeûne risque de porter atteinte à sa santé, doit consulter une autorité Halachique comp......

Lire la Halacha

L’obligation de manger dans la Souccah

Puisqu’il ne nous reste pas suffisamment de temps pour étudier les règles relatives à la fête de Soukkot, nous allons dès à présent expliquer plusieurs règles nécessaires pour la fête de Soukkot qui approche.   U......

Lire la Halacha

Règles de la fête de Soukkot

A la demande de nombreux lecteurs et pour l’utilité de la collectivité, nous proposons ici un abrégé des règles nécessaires à la fête de Soukkot. Il faut veiller à aider les nécessiteux par la Tsédakka, afin qu&......

Lire la Halacha

La sortie de Yom Kippour

Augmenter le temps réel de la journée de Yom Kippour (ajouter du ‘Hol sur le Kodech) Il faut retarder la fin de la fête à la sortie de Yom Kippour, en augmentant le temps Kodesh. Cela signifie qu’il ne faut pas faire sortir cette sainte journée à......

Lire la Halacha


L’obligation de consommer un Kazaït dans la Souccah le 1er soir, ainsi que le statut de celui qui souffre de la Souccah.

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué l’interdiction de consommer un repas régulier en dehors de la Soukka durant tous les jours de la fête de Soukkot. Il est important de savoir que la Mitsva de Soukka est propice à protéger l......

Lire la Halacha

H’ol Ha-Mo’ed (jours de demi-fête) Soukkot - L’attitude de notre maitre le Rav z.ts.l

Les jours entre le 1er et le dernier Yom Tov de Péssah’, ainsi que les jours entre le 1er et le dernier Yom Tov de Soukkot (Chémini ‘Atséret) sont appelés jours de « H’ol Ha-Mo’ed » (demi-fête), et dans notre sainte Tora......

Lire la Halacha

La sonnerie du Chofar

Il est un commandement positif (une Mitsvat ‘Assé) ordonné par la Torah d’écouter la sonnerie du Chofar le jour de Rosh Ha-Chana, comme il est dit: « Ce sera pour vous un jour de sonnerie ». Il est interdit de parler entre les différentes sonnerie......

Lire la Halacha

« Tu seras seulement joyeux »

L’une des Mitsvot qui nous incombe de façon particulière lors de la fête de Soukkot est la Mitsva de se réjouir durant la fête, comme il est dit: « Tu te réjouiras lors de ta fête et tu seras seulement joyeux. » Cette Mitsv......

Lire la Halacha