Halacha pour dimanche 30 Av 5781 8 août 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Jacqueline Fortunée Bat Nina z''l (PITOUN, de Netanya et anciennement de Sarcelles)

Pour la guérison totale et rapide de:
Inon ‘Haï Ben Ruthy

Le mois de la miséricorde – Le mois d’Eloul

Aujourd’hui dimanche, nous sommes le 1er jour de Roch H’odech Eloul, qui est le mois du début des jours de Miséricorde et de supplications.

La source de la spécificité du mois d’Eloul
Il est enseigné dans Pirké Dé-Rabbi Eli’ézer:
Moché Rabbénou est resté 40 jours sur le mont Sinaï.
La journée, il apprenait le Mikra (la Loi Ecrite), et le soir, il apprenait la Michna (la Loi orale).
Au bout de 40 jours, il prit les Tables de la Loi et redescendit vers le Camp.
Le 17 Tamouz, il brisa les Tables de la Loi, et resta 40 jours dans le camp, jusqu’avoir brûlé le Veau d’Or et l’avoir pulvérisé comme la poussière de la terre. Moché mit à mort toutes les personnes qui avaient embrassé le veau d’or, il retrancha le culte du veau d’or au sein du peuple d’Israël, et il rétablit chaque tribu à sa place.
Le jour de Roch H’odech Eloul, Hachem ordonna à Moché Rabbénou: « Monte auprès de moi sur la montagne. » car Hachem avait pardonné à Israël. On fit retentir le Chofar dans tout le camp, pour informer que Moché monte sur la montagne, afin qu’ils ne se laissent pas égarer vers l’idolâtrie. Fin de citation.

Il est donc expliqué que c’est le jour de Roch H’odech Eloul qu’Hachem a commencé à pardonner à Israël.

La tradition des Sélih’ott
Puisque c’est le jour de Roch H’odech Eloul qu’Hachem demanda à Moché Rabbénou de monter à nouveau sur la montagne pour recevoir les nouvelles tables de la loi, les Séfaradim et les originaires des communautés du Moyen-Orient ont la tradition de se lever tôt et de se rendre à la synagogue chaque jour pour y dire les Sélih’ott (supplications), depuis Roch H’odech Eloul jusqu’à Yom Kippour, jour où Moché Rabbénou descendit de la montagne et rapporta les deuxièmes Tables de la Loi. Mais nous ne disons pas de Sélih’ott le jour de Roch H‘odech lui-même.

Par conséquent, cette année (5781) où Roch H’odech Eloul tombe aujourd’hui dimanche et demain lundi, nous commencerons à dire les Sélih’ott dès demain soir après H’atsott (après la moitié de la nuit), ou mardi matin.
Dans le temps, tout le monde avait l’usage de se lever avant l’aube pour réciter les Sélih’ott, on parvenait à s‘élever considérablement durant le mois d’Eloul, et on était motivé à se repentir sincèrement sur toutes les actions, jusqu’aux jours de Roch Ha-Chana et de Yom Kippour, où tout le monde atteignait un niveau spirituel supérieur, et l’on pouvait véritablement ressentir l’atmosphère particulière de la sainteté de ces jours-là par la prière et le repentir. Même les enfants arrivés en âge d’éducation religieuse se rassemblaient avec leurs pères dans les synagogues chaque matin avant l’aube, et ainsi, une crainte du Ciel particulière pouvait se lire sur les visages des gens.

Nous avons entendu que dans la famille du Gaon Rabbi Chémouel Aharon YOUDLEWITZ z.ts.l (il était – entre autre - le Rav du quartier « Lifta », et l’un des amis intimes de notre maitre le Rav z.ts.l. Il était aussi le gendre du Tsaddik Rabbi Ariéh LEWIN z.ts.l), il était d’usage que même les femmes et les jeunes filles se rendaient très tôt chaque matin à la synagogue pour dire les Séli’hott.
Mais aujourd’hui, malheureusement, dans cette dernière génération, l’impact de cette tradition s’affaiblit considérablement.
C’est pourquoi, chacun se doit de se motiver et de motiver sa famille afin de se renforcer durant les jours du mois d’Eloul dans le repentir et la prière.

Les communautés des Achkénazim n’ont pas la tradition de dire les Sélih’ott depuis Roch H’odech Eloul, mais ils ont la tradition de sonner du Chofar chaque jour de cette période (à partir du 1er Eloul, c'est-à-dire, à partir de demain lundi), après la prière de Chah’aritt (l’office du matin), afin de prévenir Israël pour qu’ils fassent Téchouva (repentir), comme il est dit: « Si le chofar retentit dans la ville, le peuple n’aura-t-il pas peur?! » (‘Amos 3). Cette tradition de sonner du Chofar pendant 40 jours sert également à perturber le Satann.
Certains ont la tradition de sonner également à l’office de ‘Arvit (l’office du soir).

La tradition chez les Achkénazim est de débuter les Sélih’ott à partir du samedi soir (dimanche) qui précède Roch Ha-Chana.
Si Roch Ha-Chana tombe un lundi ou un mardi, ils débutent les Sélih’ott le samedi soir (dimanche) de la semaine d’avant.
Par conséquent, cette année (5781) où le 1er Yom Tov de Roch Ha-Chana (5782) tombe mardi, les Achkenazim débuteront les Sélih’ott à partir du samedi soir (dimanche) 21 Eloul, qui correspond à la sortie du Chabbat « Ki Tavo ».

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Nérott de Chabbat et Nérott de H’anouka : ordre d’allumage

Nos maitres les Richonim (décisionnaires médiévaux) débattent afin de définir quel ordre devons-nous respecter au sujet de l’allumage des Nérott de H’anouka et des Nérott de Chabbat. Selon l’opinion du Ba’al Halah’ott ......

Lire la Halacha

L’allumage des Nerot de H’anouka

Le devoir de l’allumage Durant les 8 jours de ‘Hanouka – qui tombera à partir de dimanche soir de la semaine prochaine - il est un devoir d’allumer les Nérot de ‘Hanouka. Les Séfaradim ont l’usage d’allumer une seule ‘Hanoukiya po......

Lire la Halacha

Un invité qui rentre chez lui le samedi soir

Question: Un fils marié invité avec son épouse et ses enfants à passer le Chabbat de ‘Hanouka chez ses parents ou chez ses beaux-parents on père, où doit-il allumer le samedi soir lorsqu’il rentre chez lui? Réponse: Lorsqu’un fils......

Lire la Halacha

Lois relatives au voyageur et à l’invité pendant H’anouka, ainsi qu’aux soldats juifs de Tsahal

Question: Comment doit agir une personne qui est invitée ou qui est à l’armée pendant H’anoukka? Réponse: Ce cas mérite d’en débattre car il existe une différence sur ce point entre une personne qui voyage seule mais dont les memb......

Lire la Halacha


H’anouka chez les parents ou les beaux parents, ou à l’hôtel

Dans l’une des précédentes Halah'otes, nous avons abordé le cas de celui qui est hébergé chez un ami durant H’anouka, et qui n’a personne qui allume pour lui à son foyer, par exemple, lorsqu’il n’a pas de famille, ou que sa ......

Lire la Halacha

Conséquence du miracle de H‘anouka sur nous même

Nous avons déjà développé la définition du Miracle de ‘Hanouka, qu’Hachem a réalisé avec nos ancêtres, en les sauvant de l’assimilation des maudits grecs, et en donnant la victoire militaire aux H’achmonaïm Suite &a......

Lire la Halacha

Se laver les mains après une coupe de cheveux

Question: Y a-t-il une obligation de se laver les mains après une coupe de cheveux ou après s’être rasé la barbe? Réponse: Nos maîtres expliquent les différentes situations après lesquelles on doit se laver les mains. MARAN écrit......

Lire la Halacha

« ‘Al Ha-Nissim »

L’obligation de mentionner le passage de « ‘Al Ha-Nissim » Lors de la prière de ‘Arvit du soir de H’anouka (cette année 5782, à partir de ce soir dimanche 28 novembre), on dit le passage de « ‘Al Ha-Nissim » dans la ‘A......

Lire la Halacha