Halacha pour mardi 20 Cheshvan 5782 26 octobre 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Messa’ouda Bat ‘Aïsha (STEBOUN) de Lyon

Pour la guérison totale et rapide de:
Charles Chalom Ben Sultana
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Est-ce que goûter un aliment nécessite une bénédiction?

Nous avons déjà eu l’occasion d’expliquer - au sujet des bénédictions alimentaires que nous récitons avant de consommer, comme la bénédiction de « Chéhakol » ou celle de « Mézonot » - que la bénédiction initiale d’un aliment n’est liée à aucune quantité, ce qui signifie que lorsqu’on consomme un aliment, on doit toujours réciter la bénédiction initiale sur ce que l’on consomme, par exemple lorsqu’on boit ne serait ce qu’une goutte d’eau où l’on doit réciter la bénédiction de « Chéhakol » sur cette consommation. Et de même pour tous les autres cas similaires. Ceci étant donné qu’il est interdit de tirer profit de ce monde sans bénédiction, car même lorsqu’il s’agit d’une infime consommation, il y a profit.
Ce n’est que pour la bénédiction finale ou le Birkat Ha-Mazon, qu’il est nécessaire d’avoir consommé une quantité minimale de Kazaït (environ 27 g), comme nous l’avons expliqué. Mais la bénédiction initiale est récitée dans tous les cas.

Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ot (14a):
La dégustation ne nécessite aucune bénédiction.
Ce qui signifie que lorsqu’on consomme quelque chose, pas dans l’intention de se nourrir, mais seulement pour goûter et vérifier s’il ne manque pas des épices ou autre, on ne récite pas de bénédiction avant de consommer. Ce n’est que lorsqu’on consomme plus de Revi’it (8,1 cl), qu’il est nécessaire de réciter au préalable la bénédiction sur l’aliment, car il est inconcevable que l’on prenne une quantité aussi importante sans avoir l’intention de se nourrir, puisqu’une telle quantité n’est pas indispensable lorsqu’on veut seulement goûter l’aliment.

Nos maîtres les Richonim (décisionnaires de l’époque médiévale) discutent sur la définition exacte du Din de la dégustation qui ne nécessite pas de bénédiction.
Selon l’opinion de Rabbenou H’anan’el, on n’est exempt de bénédiction qu’à la condition que l’on n’avale pas ce que l’on met dans la bouche et que l’on recrache immédiatement après avoir goûté.
Mais selon l’opinion du RAMBAM, même si l’on avale ce que l’on goûte, tant que l’on n’a pas l’intention de se nourrir de cet aliment et qu’on le goûte uniquement pour en vérifier l’assaisonnement où le goût, on ne doit pas réciter la bénédiction au préalable, car nos maîtres n’ont institué de bénédiction que pour un aliment qu’on mange et dont on tire satisfaction avec l’intention véritable de consommer, et non de goûter uniquement.

Du point de vue de la Halah’a, MARAN écrit dans l Beit Yossef qu’étant donné que l’opinion du RIF est a même que celle du RAMBAM sur ce point, et aussi parce que nous nous trouvons face à une situation de « Safek Berah’ot » (un doute sur une bénédiction), puisque selon l’opinion des décisionnaires selon lesquels on ne doit pas réciter de bénédiction lorsqu’on goûte aliment, celui qui récite malgré tout une bénédiction dans une telle situation récite une bénédiction en vain.
Par conséquent, MARAN tranche selon l’opinion du RAMBAM selon qui, même si l’on avale une partie de l’aliment goûté, puisque l’on n’a pas d’intention de se nourrir, on ne doit pas réciter de bénédiction sur ce que l’on goûte. C’est ainsi qu’il tranche aussi dans le Choulh’an ‘Arouh’.

Notre grand maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l (הכ''מ) rapporte que d’autres décisionnaires se rangent à l’opinion de Rabbenou H’anan’el sur ce point, par exemple le RACHBATS, Rabbenou Chim’on Bar Tsemah’, ainsi que le TACHBETS qui explique qu’en réalité le RAMBAM pense également ainsi, et selon lui, ce n’est que lorsqu’on n’avale pas l’aliment que l’on ne doit pas réciter de bénédiction initiale, et qu’on le recrache immédiatement. C’est ainsi que tranchent de nombreux autres de nos décisionnaires Richonim.
Malgré tout, du point de vue de la Halah’a, il est certain que nous devons trancher selon l’opinion du Choulh’an ‘Arouh’, puisque nous avons un grand principe selon lequel: « Safek Berah’ot Lehakel » (lors d’un doute sur une bénédiction, on ne la récite pas).

Cependant, afin de s’acquitter selon tous les avis, il est juste de s’imposer la H’oumra (rigueur) lorsqu’on goûte un aliment et qu’on l’avale, d’avoir la pensée de tirer également profit de l’aliment en tant que nourriture, et dans ces conditions, on est autorisé à réciter la bénédiction sur ce que l’on désire goûter, car dans ce cas on pense également à une satisfaction, et sous cette condition, on s’écarte de toute crainte de consommation sans bénédiction.

En conclusion: Lorsqu’on goûte un plat, on ne doit pas réciter de bénédiction sur ce que l’on goûte (sauf si l’on goûte une partie qui fait une quantité de 8.1 cl). Malgré tout, il est préférable de penser au moment où l’on goûte le plat que l’on désire aussi se nourrir, ce qui signifie que l’on doit penser également à titre profit du plat, et dans ces conditions, on pourra réciter la bénédiction sur ce que l’on goûte, en s’acquittant de son devoir selon tous les avis.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Cuire et cuisiner pendant Yom Tov

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que même si Yom Tov et Chabbat ont un statut identique vis-à-vis de l’interdiction de réaliser des travaux, et pour cette raison il est interdit de voyager en voiture pendant Yom Tov (car plusieurs interdi......

Lire la Halacha

Manipuler le feu pendant Yom Tov – allumage et extinction

Nous avons expliqué que Yom Tov et Chabbat ont le même statut vis-à-vis de toutes les interdictions, excepté certains travaux liés à la préparation de la nourriture (« Oh’el Nefech ») qui sont permis pendant Yom Tov, comme l’int......

Lire la Halacha

Se couper les cheveux et se raser pendant le ‘Omer

Ne pas se couper les cheveux pendant les jours du ‘Omer La tradition est répandue de ne pas se couper les cheveux pendant le ‘Omer. Selon la tradition Ashkénaze, jusqu’au 33ème jour du ‘Omer, mais selon la tradition Séfarade, jusqu’au 34&eg......

Lire la Halacha

La fête de Chavou’ot – Le repas de la fête

La fête de Chavou’ot – le moment du Don de notre sainte Torah qui est notre vie et de laquelle dépend la longévité de nos jours - tombe cette année 5782 avec l’aide d’Hachem, à la fin des du compte des jours du ‘Omer, ce dimanche......

Lire la Halacha


Taper des mains ou taper sur une table pendant Chabbat et Yom Tov

Il est enseigné dans la Guémara Bétsa (30a): Pendant Chabbat, on ne tape pas des mains et on ne danse pas … Par crainte d’en arriver à réparer un instrument de musique (ibid.36b). Comme nous l’avons expliqué dans les préc&eacut......

Lire la Halacha

Râper des légumes pendant Yom Tov

Question: Je désire prépraer des omelettes de pommes de terre pendant la fête de Chavouot, est-il permis de le faire pendant la fête? Réponse: Nous avons expliqué qu’il est interdit de réaliser certaines activités pendant Yom Tov au......

Lire la Halacha

Jouets émettant des sons – Jouets fonctionnant avec un ressort

Question: Est-il permis de laisser des enfants jouer pendant Chabbat avec des jouets émettant des sons, comme une poupée qui produit un bruit lorsqu’on la secoue, ou autre? Réponse: Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’il est int......

Lire la Halacha

Emettre un son et siffler pendant Chabbat

Dans la Guémara ‘Erouvin (104a), on explique le décret de nos maîtres selon lequel il est interdit d’émettre un son pendant Chabbat et les jours de Yom Tov. Par exemple, il est interdit un jour de Chabbat ou de Yom Tov de jouer d’un instrument de musiqu......

Lire la Halacha