Halacha pour jeudi 16 Cheshvan 5779 25 octobre 2018

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme
de la jeune fille Ori Bat Noa z’’l
assassinée sauvagement par un terroriste parce que juive
Qu’Hachem venge son sang Amen

Pour l'élévation de l'âme de Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala
Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l
Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de
Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Se déplacer en mangeant

Question:
Selon ce qui a été expliqué dernièrement dans le cadre de la Halah’a Yomit, qu’il est interdit de sortir de chez soi lorsqu’on mange un aliment quelconque, et dans le cas où l’on est sortit complètement de la maison, il faut de nouveau réciter la Bérah’a si l’on continue à consommer de cet aliment, est-il permis de manger un bonbon en marchant et en allant de maison en maison ou de la maison à l’extérieur ou autre, car apparemment, chaque fois que l’on va quitter un endroit, on sera tenu de réciter de nouveau la Bérah’a sur le bonbon que l’on a dans la bouche, et cela, durant tout le déplacement?

Réponse:
Il est évident qu’une personne qui désire manger un bonbon dans sa maison, et après avoir mis le bonbon à la bouche, décide de sortir à l’extérieur, n’a pas le droit d’agir ainsi, et si toutefois cette personne a agi de la sorte, elle est tenue de réciter de nouveau la Bérah’a sur le bonbon qui est dans sa bouche, comme nous l’avons expliqué lors des dernières Halah’otes, puisque cette personne a fixé le lieu de sa consommation, qui est sa maison, lorsqu’elle va maintenant quitter sa maison pour se rendre dans la rue, cette personne sera tenue de réciter de nouveau la Bérah’a.

Cependant, nous devons débattre du cas de la personne qui s’apprête à consommer un bonbon, mais lorsqu’elle a récité la Bérah’a, elle se déplaçait déjà, et avait l’intention de continuer à se déplacer d’un endroit à l’autre, la règle de Chinouï Makom (changement d’endroit) s’applique-t-elle à une telle personne ou non ?

Cette question est valable également pour la personne qui voyage en voiture ou qui se promène sur les routes, et qui mange tout en se déplaçant d’un endroit à l’autre. Le Din de cette personne est mentionné dans le Choulh’an ‘Arouh’ (chap.178), où il est stipulé qu’il est permis à cette personne d’agir ainsi, puisqu’à l’origine, elle ne s’est pas fixé de lieu unique pour sa consommation, mais au contraire, le lieu de sa consommation est en réalité tout lieu où elle se rend, et par conséquent, la règle de Chinouï Makom ne s’applique pas pour une telle personne. C’est ainsi qu’explique le Maguen Avraham.

Le Michna Béroura ainsi que le Gaon Rabbi Eli’ezer PAPO zatsal – dans son livre H’éssed Laalafim – écrivent qu’il est permis même Léh’atéh’ila (à priori) d’agir ainsi.

Nous pouvons déduire à partir de ce qui a été dit, que la personne qui désire consommer un bonbon en marchant en chemin, est autorisée à le faire même Léh’atéh’ila, et la  Bérah’a récitée initialement sur le bonbon acquitte toute cette consommation. Le Din est le même concernant la personne qui mange des « pépites » ou autre, tout en marchant en chemin, cette personne est autorisée à le faire, même si son déplacement implique de sortir de la maison pour aller dehors.

Cependant, il y a lieu de dire qu’il n’est pas convenable d’agir ainsi, par mesure de Dérèh’ Érèts (savoir vivre), car les gens respectables n’agissent pas ainsi, particulièrement avec des « pépites » dont on jette les épluchures au sol. Il est certain qu’une telle attitude n’est pas digne du savoir-vivre d’un Ben Israël, mais du point de vue de la Bérah’a, il n’y a pas de crainte de Chinouï Makom.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Les quantités de Matsa que l’on doit consommer le soir du Séder

Question: Quelle quantité de « Kazaït » de Matsa doit-on consommer le soir de Pessah’? Réponse: Le soir du Seder de Pessah’, l’obligation est de consommer au total 3 fois la quantité de Kazaït de Matsa. Le Kazaït correspo......

Lire la Halacha

Le « ’Erouv Tavchiline » - 7ème jour de Péssa’h (5779)

Qu’est ce que le ‘Erouv Tavchiline? Cette année (5779), le 7ème jour de Péssa’h tombera un vendredi veille de Chabbat. (26.04.19) Nous savons que pendant chaque Yom Tov il est permis de cuisiner pour les besoins du Yom Tov. Par exemple, il est permis de mettr......

Lire la Halacha

Recherche et annulation du H’amets

La recherche du H‘amets La nuit du 14 Nissan - qui tombe cette année 5779 ce jeudi soir - on procède à la recherche du H’ametz à la lueur d’une bougie de cire (ou d’huile de paraffine solidifiée comme on en trouve de notre époque), c......

Lire la Halacha

Seder du soir de Pessah’ - Kadech

Le célèbre Seder de Pessah’ « Kadech – Ourh’ats – Karpass – Yah’ats – Maguid – Roh’tsa – Motsi – Matsa – Maror – Koreh’ – Choulh’an Oreh’ – Tsafoun – Bareh&rsquo......

Lire la Halacha


Destruction et vente du H’amets en Erets Israël et à l’étranger

Le jour du 14 Nissan, c’est à dire cette année (5779), le vendredi matin (19 avril), on procède à la destruction du H’amets jusqu’à la fin de l’heure impartie pour sa destruction. (En Israël, la fin de l’heure de destruction du ......

Lire la Halacha

La mention de « Morid Ha-Tal » et de « Baréh’énou »

La période estivale dans la prière  Depuis le 1er Yom Tov de Péssah’, nous quittons la période des pluies, et par conséquent, à partir de l’office de Moussaf, on ne mentionne plus « Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guéch......

Lire la Halacha

Consommation de Matsa ou repas la veille de Péssah’

La veille de Péssa’h (14 Nissan, cette année 5779 vendredi 19 avril), il est interdit de consommer de la Matsa, afin que l’on puisse la consommer avec appétit lors du Séder.  Par contre, le soir du 14 Nissan (le soir qui précède le Sé......

Lire la Halacha

Le 7ème jour de Péssah’ qui tombe un vendredi – Cuisiner des Kitniyot (légumineuses)

Cette année (5779), le 7ème jour de Péssah’ tombe un vendredi. ‘Erouv Tavchilin Par conséquent, il faut penser à placer le « ‘Erouv Tavchilin » depuis la veille de Yom Tov, comme nous l’avons déjà expliqué......

Lire la Halacha