Halacha pour mercredi 15 Cheshvan 5779 24 octobre 2018

Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est dédiée à l'élévation de la Néchama de notre ami

Richard Michaël Ben Chélomo Checkroun z’’l, décédé brutalement

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de

Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

Changement d’endroit pendant le repas, pour un court moment, avec l’intention de revenir

Nous avons appris que lorsqu’une personne quitte sa maison pendant qu’elle mange pour aller dans la maison d’autrui se trouvant dans un autre immeuble à proximité, si elle désire poursuivre cette consommation, elle devra réciter de nouveau les bénédictions sur ce qu’elle consommera.
Nous avons cité beaucoup de cas pratiques sur ce sujet.

Nous avons écrit - entre autres - que cette règle ne s’applique que sur un aliment sur lequel il n’y a pas d’obligation de réciter la Bérah’a Ah’arona (bénédiction finale) sur le lieu de la consommation, par exemple des fruits ou des légumes sur lesquels on peut réciter la Bérah’a de Boré Néfachote à n’importe quel endroit.
C’est pourquoi, dès lors où l’on a quitté le lieu de la consommation, cette consommation s’achève immédiatement et l’on est tenu de réciter de nouveau les Bérah’ot si l’on désire continuer à consommer.

Mais si l’on consommait des aliments pour lesquels on est tenu de réciter la Bérah’a finale sur le lieu de la consommation, par exemple du pain, pour lequel on est tenu de réciter le Birkat Ha-Mazon sur le lieu de la consommation, dans ce cas même si l’on a quitté le lieu de la consommation, on ne récitera pas de nouveau les Bérah’ot si l’on désire continuer à consommer, car puisque l’on est - de toutes façons - tenu de retourner sur le lieu initial afin d’y réciter le Birkat Ha-Mazon, le départ du lieu initial ne représente donc pas la fin de la consommation, la personne est donc encore dans ce repas, et par conséquent, elle ne récite pas de nouveau les Bérah’ot.

Lorsqu’on a été forcé de quitter la maison en raison d’une alerte
Nous pouvons à présent traiter de la question qui nous a été posée il y a quelques années par un habitant du sud du pays.
Une personne était en train de consommer un repas accompagné de pain, à son domicile, quand soudain, retentie une sirène d’alerte, qui oblige cette personne à sortir subitement de chez elle, pour aller se réfugier dans le Miklat (l’abri) situé à proximité de l’immeuble où elle habite.
Au bout de quelques minutes, cette personne remonte chez elle, et désire poursuivre son repas, est-elle tenue de réciter de nouveau les Bérah’ot sur ce qu’elle va maintenant consommer, ou pas?

Il semble apparemment qu’il faut de nouveau réciter les Bérah’ot, car concernant une consommation de pain, le fait qu’on n’est pas tenu de réciter de nouveau les Bérah’ot, est valable uniquement parce que l’on doit retourner sur le lieu initial afin d’y réciter la Bérah’a finale, car puisque l’on est tenu de retourner sur le lieu de la consommation, le départ de ce lieu n’est pas considéré comme la fin du repas.
Par contre, lorsque nous disons que l’on est tenu de réciter sur le lieu de la consommation, il s’agit uniquement du cas où l’on a quitter le lieu de la consommation de façon volontaire, mais dans le cas où l’on a quitté le lieu de la consommation de façon forcée, par exemple dans le cas d‘une sirène d’alerte, où l’on a quitté le lieu de la consommation de façon involontaire, MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ a déjà tranché ce cas (au chap.184), et dans ce cas on n’est pas tenu de retourner sur le lieu initial afin d’y réciter le Birkat Hamazon.

Nous pouvons donc en déduire que même si l’on était en train de consommer du pain, dés lors où l’on a quitté le lieu initial de façon forcée, on est tenu de réciter de nouveau les Bérah’ot si l’on désire poursuivre la consommation, car dans ce cas, on n’est pas tenu de retourner sur le lieu initial de la consommation, et ce cas est donc similaire au cas de la personne qui était en train de consommer des fruits, et qui a quitté le lieu de la consommation, cette personne est tenue de réciter de nouveau les Bérah’ot si elle désire poursuivre sa consommation. On peut s’étendre d’avantage sur ce sujet (même si les choses nécessitent réflexion sur le plan pratique).

La réponse de notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l
Malgré tout, puisque la question touche un grand nombre de personnes, nous avions consulté notre grand maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l, et il nous a répondu que selon la Halacha, il faut enseigner - sur ce cas précis - que lorsqu’on revient à l’endroit initial, on n’est pas tenu de réciter de nouveau les Bérah’ot.

La raison invoquée est en rapport avec les propos de notre maître le RYTBA dans ses commentaires sur la Guemara Souka (45b), et voici ses termes:
« Similairement, au sujet des Bérah’ot alimentaires, lorsqu’on quitte les lieux au milieu du repas, dans l’intention d’y revenir immédiatement, il ne faut pas réciter de Bérah’a ni pour ce que l’on a consommé, ni pour ce que l’on va continuer à consommer, car on est retourné à notre décision initiale. »

Ces propos du RYTBA nous indiquent donc que même si l’on dit que tout départ du lieu de la consommation, est considéré comme la fin de la consommation, ceci n’est valable que lorsqu’on a quitté les lieux sans raison apparente, et que l’on ne pense pas revenir sur le lieu de la consommation, mais si l’on est sorti un court moment, et qu’on a l’intention de revenir sur le lieu de la consommation, ce départ n’est pas considérée comme la fin de la consommation, et la Bérah’a initialement récitée au début de la consommation acquitte encore la personne de réciter de nouveau les Bérah’ot.

A partir de là, nous pouvons conclure pour notre sujet.
Une personne forcée de quitter le lieu de sa consommation et de descendre se réfugier dans l’abri par crainte des missiles (que le malheur ne se répète pas), puisque cette personne a l’intention de retourner sur le lieu de la consommation afin d’y poursuivre sa consommation immédiatement après l’alerte, en particulier parce qu’elle ne sort pas de son propre gré, lorsqu’elle reviendra à son endroit initial, elle ne doit pas réciter de nouveau les Bérah’ot sur ce qu’elle consommera.

C’est l’occasion de rappeler à quel point notre maitre le Rav z.ts.l – avec toute sa grandeur et sa sainteté – savait descendre vers le peuple.
Il s’intéressait à l’activité de la « Halacha Yomit » diffusée sur Internet, et nous guidait en nous demandant de motiver sur certains sujets d’actualité.
Même s’il s’agit là de technologies nouvelles qui étaient complètement étrangères à notre maitre le Rav z.ts.l, malgré tout, il nous encourageait à agir par ce moyen, car il est interdit d’abandonner ce domaine à des gens qui n’y développeront que des activités nuisibles au monde.
Nous nous devons d’agir par tous les moyens possibles pour influencer vers la parole d’Hachem, afin de donner des mérites aux autres, et de diffuser la Torah d’Hachem en tout endroit.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

זמן ברית המילה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

Parler aux toilettes

Question: Une personne qui se trouve aux toilettes, a-t-elle le droit de parler à quelqu’un qui se trouve à l’extérieur, ou répondre à un appel téléphonique à l’intérieur des toilettes (téléphone portable)......

Lire la Halacha

Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha

Observer l’arc en ciel

La personne qui observe l’arc en ciel  Nos maîtres enseignent dans la Guémara H’aguiga (16a): Celui qui observe l’arc en ciel, ses yeux s’affaiblissent, comme il est dit (dans le livre du prophète Yéh’ezkel 1-28) : « Tel......

Lire la Halacha


Le devoir de réprimande pour une faute commise envers le prochain, et comment agir vis-à-vis d’une personne qui bavarde pendant la prière

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué le principe du devoir de réprimande, comme il est dit dans la Torah : « Tu feras la réprimande à ton prochain, et tu ne porteras pas sur lui la faute ». A partir de là, nous......

Lire la Halacha

Comment faire le Kiddouch sur le vin?

Lorsqu’on récite le Kiddouch sur le vin, il faut prendre un verre capable de contenir la quantité d’un Révi’it de vin (81 g ou 8.1 cl). Le verre doit être rincé à l’intérieur comme à l’extérieur. Ensuite, on ......

Lire la Halacha

« Tu réprimanderas ton prochain » La réaction de notre maitre le Rav z.ts.l lorsque son fils a « indiqué son chemin à un conducteur vers … le Guéhinam »

Lorsqu’un juif constate que son prochain commet une transgression, il a le devoir selon le Din, de lui faire la réprimande et la remarque sur ses actes. Cependant, il faut veiller à dire les choses sous une forme acceptable pour l’autre, car sinon, on perd tout l’int......

Lire la Halacha

La Mitsva de la réprimande de notre époque – Les attitudes des Grands d’Israël

Le RAMBAM écrit (chap.6 des règles relatives aux tempéraments): « Lorsqu’on réprimande quelqu’un, il ne faut pas lui parler durement au point de lui faire honte, car il est dit : « Tu ne porteras pas la faute sur lui. » V......

Lire la Halacha