Halacha pour mardi 5 Av 5779 6 août 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Séouda Mafseket (repas avant le jeûne) cette année (5779)

La veille du 9 Av, nos maîtres ont interdit (selon le strict Din et non selon la tradition) de consommer de la viande et du vin lors de Séouda Hamafseket (le repas que nous prenons avant le début du jeûne, après la moitié de la journée). De même, ils ont également interdits de consommer 2 plats différends lors de Séouda Hamafseket, et il existe diverses nuances au niveau du DIN sur ce point.

Cependant, cette année 5779, le jour du 9 Av tombe un Chabbat, et le jeûne est reporté à dimanche, et par conséquent, par respect vis-à-vis du Chabbat, afin que l’on ne montre pas de signes de deuil pendant Chabbat, nos maîtres disent que lors de ce repas (qui correspondra à la Séouda Chelichit – le 3ème repas de Chabbat que l’on consommera avant le début du jeûne), on consomme tout ce dont on a besoin, et l’on peut dresser une table semblable à celle du roi Salomon du temps de son règne.

Parmi les décisionnaires, nous trouvons 2 interprétations différentes sur les propos de nos maitres :

Selon certains, lorsque nos maîtres nous enseignent que l’on peut dresser une table semblable à celle du roi Salomon du temps de son règne, cela ne signifie pas qu’il est interdit de se priver de viande et de vin le jour de Chabbat, mais cela veut dire uniquement que si on le désire, on est autorisé à en consommer lors de ce repas. Malgré tout – selon cette interprétation - il sera convenable de se priver de consommation de viande et de vin lors de Séouda Mafseket, même si elle tombe le jour de Chabbat, et ceci en raison de notre grand malheur : la destruction du Temple.

Mais selon l’opinion de la majorité des Richonim (décisionnaires de l’époque médiévale), il ne faut pas se priver ni de viande ni de vin le jour de Chabbat, même lors de la Séouda Hamafseket, par respect vis-à-vis du Chabbat.

Dans le livre Chibolé Haleket (de Rabbenou Tsidkiya fils de Rabbi Avraham Ha-Rofé qui vécut il y a environ 800 ans dans la ville de Rome en Italie), il est rapporté la réponse Halachique que rédigea Rabbénou Klonimouss de la ville de Rome à l’attention de Rabbi Yakar, dans laquelle il est stipulé que lorsque le 9 Av tombe un dimanche, les Guéonim ont autorisé dans ce cas à consommer de la viande et du vin lors de Séouda Hamafseket, par respect vis-à-vis du Chabbat, et il n’est pas nécessaire de modifier sa table pendant Chabbat, il faut juste s’assoir avec affliction et ne pas se comporter avec joie.

C’est ainsi qu’il faut agir selon la Halacha et sur le plan pratique.
Lors de Séouda Mafseket qui tombe un Chabbat – comme cette année 5779 – il ne faut pas se priver de consommer de la viande ou autre (il est également permis d‘entonner les chants de Chabbat lors de ce repas, par respect vis-à-vis du Chabbat)

8 Halachot Les plus populaires

Le respect du beau-père et de la belle mère – Les signes de la fin de l’exil

Question: Est-ce qu’un homme est tenu de respecter son beau-père au même titre qu’il est tenu de respecter son père ? Réponse: Il est enseigné dans le Yalkout Chim’oni: David dit à Chaoul : « Mon père, vois et......

Lire la Halacha

Le Kaddich

Lorsqu’une personne décède, il incombe ses fils de veiller de façon particulière à prier les 3 prières quotidiennes avec un Minyan (10 hommes), afin de pouvoir dire le Kaddich pour le père ou la mère. De même pour un homme qui perd ......

Lire la Halacha

Le respect des parents après leur disparition

Au même titre qu’un homme est soumis au devoir d’honorer ses parents de leur vivant, ainsi il est soumis au devoir de les honorer après leur disparition. Il est certain qu’il lui est interdit de les mépriser après leur disparition. Il est rapport&eacut......

Lire la Halacha

Se lever devant son père et devant son Rav – La réponse de notre maitre le Rav z.ts.l à son petit-fils

Toutes les règles que nous mentionnons au sujet du respect et de la crainte des parents concernent de façon égale aussi bien le fils vis à vis de son père et de sa mère, que la fille vis-à-vis de son père et de sa mère. Si nous éc......

Lire la Halacha


Sur qui reposent les frais d’entretient des parents ?

Nous avons déjà fais mention du fait que le devoir de Kiboud Av Vaem (Respect des parents) inclus aussi le fait de se soucier de nourrir ses parents selon leur volonté, en particulier lorsque les parents sont très âgés et qu’ils ne peuvent plus s’......

Lire la Halacha

Est-il permis à un fils de contredire son père ?

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné l’interdiction pour un fils ou une fille de contredire les propos de leur parents, car selon la Guemara Kiddoushin (31b), le fait de ne pas contredire les parents en disant que leurs propos ne sont pas corrects, fait partie ......

Lire la Halacha

Le respect et la crainte du père et de la mère

Le devoir de respecter ses parents est divisé en 2 parties : le devoir de respecter le père et la mère, et le devoir de craindre le père et la mère, comme il est dit dans la Torah « Respecte ton père et ta mère », «&nb......

Lire la Halacha

Appeler son père ou sa mère par leur prénom – Les attitudes de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’appeler son père par son prénom ? Est-il permis à quelqu’un d’appeler un ami par son prénom lorsque celui-ci est identique au prénom du père de la personne qui appelle? Réponse: Il est interdit d’ap......

Lire la Halacha