Halacha pour mercredi 6 Tammuz 5781 16 juin 2021

Les 8 niveaux de la Tsédaka

Le RAMBAM écrit (chap.10 des règles relatives aux dons aux nécessiteux):
Il y a 8 niveaux dans la Tsédaka, l’un supérieur à l’autre.
C'est-à-dire: 8 façons de donner la Tsédaka, l’une supérieure à l’autre.

Le niveau le plus élevé est lorsqu’on soutient un juif qui n’a pas d’argent pour subvenir à ses besoins, et qu’on lui donne ou qu’on lui prête de l’argent, ou bien lorsqu’on lui fournit une source de Parnassa en s’associant avec lui dans une affaire par exemple, de sorte qu’il n’est absolument plus recours à la Tsédaka. Sur une telle attitude, il est dit: « Tu le soutiendras…et il vivra avec toi. ». C'est-à-dire, soutiens-le jusqu’à qu’il n’est plus besoin des Tsédakot et des faveurs des autres.

Le niveau inférieur au précédent est lorsqu’on donne la Tsédaka à des nécessiteux sans savoir à qui on la donne, et sans que les bénéficiaires sachent qui est leur bienfaiteur. Dans ces conditions, la Mitsva de Tsédaka est accomplie « Lichmah » (de façon totalement désintéressée), car personne ne connaît l’acte de Tsédaka que l’on a accompli, et on ne retire aucune satisfaction dans ce monde-ci d’un tel acte. Par exemple, lorsque quelqu’un participe – dans la discrétion - au soutien financier d’une institution de Torah ou de bienfaisance, que les bénéficiaires ne connaissent pas l’identité de leur bienfaiteur, et que lui non plus ne connaît pas (de façon personnelle) les nécessiteux qu’il soutient. Le RAMBAM écrit aussi que malgré tout, lorsqu’on donne de son argent de cette façon-là, par exemple, lorsqu’on offre de l’argent à la caisse de Tsédaka, on doit veiller à vérifier que le responsable de la caisse soit une personne fiable et assez intelligente pour savoir gérer correctement, car sinon il n’est plus question de Mitsva de Tsédaka, comme nous l’avons expliqué dans les précédentes Halachot. On enseigne aussi dans la Guémara Bava Batra: quelle est la Tsédaka qui peut sauver la personne d’une mort violente ? C’est celle que l’on donne sans savoir à qui on la donne, et sans que le bénéficiaire ne connaisse son bienfaiteur.

Le niveau inférieur au précédent est lorsque le bienfaiteur connaît le bénéficiaire, mais que le bénéficiaire ne connaît pas son bienfaiteur. Par exemple, lorsque les Grands d’Israël allaient discrètement et jetaient la Tsédaka aux portes des nécessiteux. On inclut dans cela le fait de se soucier de confectionner des colis de provisions pour les foyers des nécessiteux, ou de leur envoyer des objets de valeurs. C’est ainsi qu’il est convenable d’agir et cela représente une bonne qualité, lorsque les responsables de la Tsédaka n’agissent pas correctement.

Le niveau inférieur au précédent est lorsque le bénéficiaire connaît le bienfaiteur, mais que le bienfaiteur ne connaît pas le bénéficiaire. Par exemple, lorsque les Grands Sages plaçaient de l’argent dans un drap qu’ils suspendaient dans leurs dos en marchant dans les quartiers pauvres, afin que prenne celui qui doit prendre.

Le niveau inférieur au précédent est lorsqu’on donne au nécessiteux dans sa main avant qu’il n’ait réclamé la Tsédaka.

Le niveau inférieur au précédent est lorsqu’on donne au nécessiteux après qu’ils ont réclamé la Tsédaka.

Le niveau inférieur au précédent est lorsqu’on donne moins que ce que l’on doit donner, mais qu’on le donne avec un visage enthousiaste.

Le niveau inférieur au précédent est lorsqu’on donne en étant triste de donner son argent aux autres. 

Lorsqu’on donne la Tsédaka à un nécessiteux, avec un visage nonchalant et méprisant, même si l’on a donné 1 000 pièces d’or, on a perdu le mérite de la Tsédaka. Il faut – au contraire – lui donner avec un visage enthousiaste et joyeux, en compatissant à sa détresse, et en lui parlant de façon réconfortante, comme il est dit: « je réjouirais le cœur de la veuve ».

Il est une grande Mitsva – supérieure à tout – d’aider les Talmidé H’ah’amim (érudits dans la Torah) nécessiteux, par exemple les Avréh’im (kolelman) qui étudient réellement la Torah avec assiduité, sans avoir de quoi vivre. Celui qui les aide verra résider le mérite de la Torah dans tout ce qu’il entreprend.

Un homme d’affaire juif des Etats-Unis envoya son fils étudier la Torah durant un an dans une Yéchiva en Israël. Le jeune homme progressa et son étudie fructifia.
Au bout d’une année, son père lui demanda de revenir en Amérique et de commencer à travailler avec lui dans ses grandes affaires. Son fils lui dit:
« Papa! Je désire rester étudier en Israël! »
Son père alla consulter le Gaon Rabbi Moché FEINCHTEIN z.ts.l et lui demanda ce qu’il devait faire.
Le Gaon z.ts.l lui répondit:
« Tant que ton fils continuera à étudier en Israël, tes affaires prospèreront! »
Le père accepta de laisser son fils en Israël.
Au bout de quelques années, le fils devint un éminent Talmid ‘Ha’ham et il dirige aujourd’hui l’un des plus importants Kolelim de Jérusalem. Son père le vante comme étant la couronne de la famille.
Encore un fait réel sur l’importance de donner en priorité la Tsédaka aux Talmidé ‘Ha’hamim:
Un jour, un riche donateur américain reçut chez lui la visite du Roch Yéchiva de Mir (l’une des plus importantes Yéchivot Achkénazes à Jérusalem), le Gaon Rabbi Nathan Tsévi FINKEL z.ts.l. Cette visite eut lieu un jour avant la récente crise économique et bancaire aux États-Unis en 5768 (2008).
Le Roch Yéchiva sollicita le généreux donateur afin qu’il participe à la subsistance des Avréh’im (étudiants) de la Yéchiva.
Le donateur répondit que sa situation actuelle n’était pas très bonne et qu’elle ne lui permettait pas de l’aider, et il lui montra son relevé de compte bancaire où l’on voyait apparaître uniquement la somme de 2 millions de dollars, qui lui étaient nécessaires pour ses affaires courantes, mais qu’avec l’aide d’Hachem, il lui promettait que dès que sa situation redeviendra stable, il aidera de nouveau la Yéchiva. Le Roch Yéchiva lui expliqua la situation difficile de la Yéchiva, et lui demanda d’accepter au moins de lui prêter une certaine somme d’argent, afin que le salaire des Avréh'im de la Yéchiva à la fin du mois, ne soit pas retardé, et le Roch Yéchiva s’engagea à lui rembourser immédiatement après,la somme du prêt. Le donateur accepta et lui donna la grande majorité de l’argent qui lui restait sur le compte, en laissant seulement une faible somme d’argent pour lui-même, pour les besoins de ses affaires pour les prochains jours. Le lendemain, la banque dans laquelle le donateur avait placé tout son argent déclara banqueroute. S’il n’avait pas prêté d’argent au Roch Yéchiva, il serait resté sans la moindre liquidité.

Ceci est le mérite de la Tsédaka, qui sauve de grandes pertes, comme il est dit: « L’acte de la Tsédaka n’engendrera que la paix ».

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

MOTZI – MATZA

La matza con la que es apropiado cumplir el precepto la noche de Pesaj es la denominada “matza shemura” o sea controlada desde el mismo momento en que se segó el trigo que no tome contacto con el agua. Asimismo, esta matza debe ser realizada a mano para que la misma se realice con......

Lire la Halacha

APLAUSOS Y PERCUSIÓN SOBRE LA MESA EN SHABBAT

El Talmud (Betza 30ª) afirma que no se puede bailar o aplaudir en Shabbat o Yom Tob, y aclara más adelante (36ª) que este decreto es debido a la posibilidad de que, en caso de utilizar un instrumento musical, se componga el mismo. Significa, que nuestros sabios prohibieron interp......

Lire la Halacha

EL CUIDADO EN TODO LO RELACIONADO AL HAMETZ

Está escrito en la Tora (Shemot 13): Durante siete días comerás matzá y no se verás leudos y no verás leudantes en todas tus moradas. Y en el Talmud (Pesajim 21ª) estudian nuestros sabios que el hametz –producto leudo- no sólo está......

Lire la Halacha

EMICIÓN DE SONIDOS Y SILBIDOS EN SHABBAT

El Talmud (Eruvim 104ª) enseña que está prohibido interpretar música en Shabbat o Yom Ton –festividad- con un instrumento musical. Esta prohibición obedece a un decreto rabínico originado en la posibilidad de que la persona afina o componga el instrument......

Lire la Halacha


JUGUETES MUSICALES EN SHABBAT

Pregunta: Se le puede facilitar a los niños juguetes que producen sonido en Shabbat, como muñecos que emiten sonidos al moverse, etc.? Respuesta: Como vimos en la entrega anterior, producir sonidos con objetos, silbatos o simplemente golpeando una tabla está prohibido hacerlo......

Lire la Halacha

BESAR LA MANO DEL PADRE

Pregunta: Es preciso besar la mano de los padres la noche de Shabbat cuando se recibe la bendición de boca de losmismos? Respuesta: El Talmud (Avodá Zará 17ª) relata que el amorá –sabio del Talmud- Ulá, besaba la mano de su padre cuando regr......

Lire la Halacha

PARASHAT ZAJOR

El Shabbat anterior a Purim es denominado Shabbat Zajor, pues en el mismo se da lectura en la Torá no sólo a la porción semanal, este año parashat Tetzaveh, sino también se lee la porción de zajor:Recuerda lo que te hizo Amalek cuando saliste de Egipto, en o......

Lire la Halacha

REZAR EN PIJAMA

Pregunta: Está permitido rezar en pijama) Respuesta: como vimos en la entrega anterior, el Talmud (Shabbat 9) afirma que la persona que se dispone a orar debe prepararse en forma adecuada, como exhorta el profeta Amos: “Prepárate para ir al encuentro de tu D-os, Isra......

Lire la Halacha