Halacha pourjeudi 6 Tammuz 5781 juin 16 2021

Les 8 niveaux de la Tsédaka

Le RAMBAM écrit (chap.10 des règles relatives aux dons aux nécessiteux):
Il y a 8 niveaux dans la Tsédaka, l’un supérieur à l’autre.
C'est-à-dire: 8 façons de donner la Tsédaka, l’une supérieure à l’autre.

Le niveau le plus élevé est lorsqu’on soutient un juif qui n’a pas d’argent pour subvenir à ses besoins, et qu’on lui donne ou qu’on lui prête de l’argent, ou bien lorsqu’on lui fournit une source de Parnassa en s’associant avec lui dans une affaire par exemple, de sorte qu’il n’est absolument plus recours à la Tsédaka. Sur une telle attitude, il est dit: « Tu le soutiendras…et il vivra avec toi. ». C'est-à-dire, soutiens-le jusqu’à qu’il n’est plus besoin des Tsédakot et des faveurs des autres.

Le niveau inférieur au précédent est lorsqu’on donne la Tsédaka à des nécessiteux sans savoir à qui on la donne, et sans que les bénéficiaires sachent qui est leur bienfaiteur. Dans ces conditions, la Mitsva de Tsédaka est accomplie « Lichmah » (de façon totalement désintéressée), car personne ne connaît l’acte de Tsédaka que l’on a accompli, et on ne retire aucune satisfaction dans ce monde-ci d’un tel acte. Par exemple, lorsque quelqu’un participe – dans la discrétion - au soutien financier d’une institution de Torah ou de bienfaisance, que les bénéficiaires ne connaissent pas l’identité de leur bienfaiteur, et que lui non plus ne connaît pas (de façon personnelle) les nécessiteux qu’il soutient. Le RAMBAM écrit aussi que malgré tout, lorsqu’on donne de son argent de cette façon-là, par exemple, lorsqu’on offre de l’argent à la caisse de Tsédaka, on doit veiller à vérifier que le responsable de la caisse soit une personne fiable et assez intelligente pour savoir gérer correctement, car sinon il n’est plus question de Mitsva de Tsédaka, comme nous l’avons expliqué dans les précédentes Halachot. On enseigne aussi dans la Guémara Bava Batra: quelle est la Tsédaka qui peut sauver la personne d’une mort violente ? C’est celle que l’on donne sans savoir à qui on la donne, et sans que le bénéficiaire ne connaisse son bienfaiteur.

Le niveau inférieur au précédent est lorsque le bienfaiteur connaît le bénéficiaire, mais que le bénéficiaire ne connaît pas son bienfaiteur. Par exemple, lorsque les Grands d’Israël allaient discrètement et jetaient la Tsédaka aux portes des nécessiteux. On inclut dans cela le fait de se soucier de confectionner des colis de provisions pour les foyers des nécessiteux, ou de leur envoyer des objets de valeurs. C’est ainsi qu’il est convenable d’agir et cela représente une bonne qualité, lorsque les responsables de la Tsédaka n’agissent pas correctement.

Le niveau inférieur au précédent est lorsque le bénéficiaire connaît le bienfaiteur, mais que le bienfaiteur ne connaît pas le bénéficiaire. Par exemple, lorsque les Grands Sages plaçaient de l’argent dans un drap qu’ils suspendaient dans leurs dos en marchant dans les quartiers pauvres, afin que prenne celui qui doit prendre.

Le niveau inférieur au précédent est lorsqu’on donne au nécessiteux dans sa main avant qu’il n’ait réclamé la Tsédaka.

Le niveau inférieur au précédent est lorsqu’on donne au nécessiteux après qu’ils ont réclamé la Tsédaka.

Le niveau inférieur au précédent est lorsqu’on donne moins que ce que l’on doit donner, mais qu’on le donne avec un visage enthousiaste.

Le niveau inférieur au précédent est lorsqu’on donne en étant triste de donner son argent aux autres. 

Lorsqu’on donne la Tsédaka à un nécessiteux, avec un visage nonchalant et méprisant, même si l’on a donné 1 000 pièces d’or, on a perdu le mérite de la Tsédaka. Il faut – au contraire – lui donner avec un visage enthousiaste et joyeux, en compatissant à sa détresse, et en lui parlant de façon réconfortante, comme il est dit: « je réjouirais le cœur de la veuve ».

Il est une grande Mitsva – supérieure à tout – d’aider les Talmidé H’ah’amim (érudits dans la Torah) nécessiteux, par exemple les Avréh’im (kolelman) qui étudient réellement la Torah avec assiduité, sans avoir de quoi vivre. Celui qui les aide verra résider le mérite de la Torah dans tout ce qu’il entreprend.

Un homme d’affaire juif des Etats-Unis envoya son fils étudier la Torah durant un an dans une Yéchiva en Israël. Le jeune homme progressa et son étudie fructifia.
Au bout d’une année, son père lui demanda de revenir en Amérique et de commencer à travailler avec lui dans ses grandes affaires. Son fils lui dit:
« Papa! Je désire rester étudier en Israël! »
Son père alla consulter le Gaon Rabbi Moché FEINCHTEIN z.ts.l et lui demanda ce qu’il devait faire.
Le Gaon z.ts.l lui répondit:
« Tant que ton fils continuera à étudier en Israël, tes affaires prospèreront! »
Le père accepta de laisser son fils en Israël.
Au bout de quelques années, le fils devint un éminent Talmid ‘Ha’ham et il dirige aujourd’hui l’un des plus importants Kolelim de Jérusalem. Son père le vante comme étant la couronne de la famille.
Encore un fait réel sur l’importance de donner en priorité la Tsédaka aux Talmidé ‘Ha’hamim:
Un jour, un riche donateur américain reçut chez lui la visite du Roch Yéchiva de Mir (l’une des plus importantes Yéchivot Achkénazes à Jérusalem), le Gaon Rabbi Nathan Tsévi FINKEL z.ts.l. Cette visite eut lieu un jour avant la récente crise économique et bancaire aux États-Unis en 5768 (2008).
Le Roch Yéchiva sollicita le généreux donateur afin qu’il participe à la subsistance des Avréh’im (étudiants) de la Yéchiva.
Le donateur répondit que sa situation actuelle n’était pas très bonne et qu’elle ne lui permettait pas de l’aider, et il lui montra son relevé de compte bancaire où l’on voyait apparaître uniquement la somme de 2 millions de dollars, qui lui étaient nécessaires pour ses affaires courantes, mais qu’avec l’aide d’Hachem, il lui promettait que dès que sa situation redeviendra stable, il aidera de nouveau la Yéchiva. Le Roch Yéchiva lui expliqua la situation difficile de la Yéchiva, et lui demanda d’accepter au moins de lui prêter une certaine somme d’argent, afin que le salaire des Avréh'im de la Yéchiva à la fin du mois, ne soit pas retardé, et le Roch Yéchiva s’engagea à lui rembourser immédiatement après,la somme du prêt. Le donateur accepta et lui donna la grande majorité de l’argent qui lui restait sur le compte, en laissant seulement une faible somme d’argent pour lui-même, pour les besoins de ses affaires pour les prochains jours. Le lendemain, la banque dans laquelle le donateur avait placé tout son argent déclara banqueroute. S’il n’avait pas prêté d’argent au Roch Yéchiva, il serait resté sans la moindre liquidité.

Ceci est le mérite de la Tsédaka, qui sauve de grandes pertes, comme il est dit: « L’acte de la Tsédaka n’engendrera que la paix ».

Questionner Le Rav


ספר אביר הרועים - בית מידות
ספר אביר הרועים
לפרטים לחץ כאן

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

דין ברכת שפטרנו מעונשו של זה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

The Prohibition of Threshing and Squeezing on Shabbat

We have explained several times that there are thirty-nine “primary works” that are prohibited on Shabbat. Every “primary work” is composed of “subdivisions” which are works similar to the “primary work”; these “subdivisions” also carry a T......

Lire la Halacha

Preparing Tea on Shabbat

In the previous Halacha, we have explained that one may squeeze a lemon Shabbat by hand, as opposed to using a utensil, for squeezing lemons does not share the same Halacha as squeezing other fruits on Shabbat. We have also mentioned that Maran Rabbeinu Ovadia Yosef zt”l writes that even thoug......

Lire la Halacha

Squeezing Lemons on Shabbat

In previous Halachot, we have explained that one may not squeeze a fruit on Shabbat if there are those who usually squeeze this kind of fruit for its juice. We also explained that one may indeed squeeze fruits by hand (as opposed to using a utensil to squeeze it, which is prohibited) onto a food, fo......

Lire la Halacha

Squeezing Oranges onto Fruit Salad on Shabbat

In the previous Halacha, we have explained that the Torah prohibits squeezing olives for their oil or grapes for wine on Shabbat. The squeezing of other fruits is not a Torah prohibition; rather our Sages enacted that one may not squeeze other fruits such as berries and pomegranates on Shabbat. We h......

Lire la Halacha


Reciting Birkat Hamazon While Walking on One’s Way

Question: If one is eating while walking outdoors, may one recite Birkat Hamazon while continuing to walk? Answer: In the previous Halacha we have discussed that our Sages have enacted that one must recite Birkat Hamazon while sitting in order for the individual to have maximum concentration. ......

Lire la Halacha

The Significance of Tu Bishvat

The Fifteenth of Shevat or Tu Bishvat is the Rosh Hashanah for trees (Rosh Hashanah 2a). Most people commonly think that just as on the First of Tishrei, which is the day of Rosh Hashanah, all creations are judged for life or death, for wealth or poverty, and the like, so too, on Tu Bishvat, trees a......

Lire la Halacha

Reciting Birkat Hamazon While Seated

Question: Is one obligated to sit while reciting Birkat Hamazon or is it permissible to recite it while walking as well? Answer: The Gemara in Masechet Berachot (51b) states that one must recite Birkat Hamazon while seated. The Poskim as well as Maran Ha’Shulchan Aruch (Chapter 183) rule li......

Lire la Halacha

A Dish Comprised of Several Kinds of Food

Question: What is the correct blessing on stuffed peppers? Similarly, what is the correct blessing on a cake which has just a little flour but the primary ingredients of the cake are fruits and nuts? Answer: In the previous Halacha we have explained that when one eats two different foods requirin......

Lire la Halacha