Halacha pour dimanche 3 Tammuz 5781 13 juin 2021

Mitsva de Tsédaka et du Ma’asser Késsafim

A la demande de nombreuses personnes, nous continuons à développer le sujet de la Mitsva de Tsédaka et du Ma’asser Késsafim (dîme financière), à partir des propos de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ et des décisionnaires, ainsi que selon ce qui est mentionné sur le sujet, à travers les différents ouvrages de notre grand maître
le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l.

Question: Combien doit-on donner à chaque nécessiteux ? Doit-on procurer au nécessiteux uniquement la nourriture dont-il a besoin pour vivre, ou bien la Mitsva est de procurer à chacun tous ses besoins, en respectant son habitude?

Réponse: On enseigne dans une Baraïta du traité Kétouvot (67b):
Combien donne-t-on au nécessiteux ? « Tout ce dont il manque ».

De quelle façon ? S’il a faim et qu’il doit manger, on doit lui donner à manger. S’il est nu et qu’il faut le vêtir, on doit le vêtir. S’il ne possède pas d’objets nécessaires pour sa maison, on doit lui en acheter. Même s’il avait l’usage – lorsqu’il était riche – de chevaucher un cheval avec un serviteur qui courait devant lui, on lui achètera un cheval avec un serviteur qui courre devant lui, et de même pour chacun selon ses besoins.

Explication: Il faut donner à chacun en manque de moyens financiers suffisamment d’argent pour qu’il puisse vivre dignement.
S’il s’agit d’une personne simple, il faudra lui donner de l’argent de la Tsédaka afin qu’elle puisse s’acheter de la nourriture et de la boisson, afin qu’elle puisse payer ses factures d’eau, d’électricité, de téléphone, les frais d’éducation de ses enfants ou autre.
S’il s’agit de quelqu’un qui était riche, mais qui est devenu pauvre par la suite, s’il avait l’usage de vivre selon un train de vie assez riche, tout ce qu’on lui fournira afin qu’il puisse vivre comme il vivait auparavant, fait partie de la Mitsva de Tsedaka. S’il vivait auparavant dans une grande maison, il faudra lui donner la possibilité de le faire à nouveau. De même, s’il se déplacer dans une belle voiture, il faudra l’aider même dans ce domaine. Comme l’enseignent nos maitres: « Même s’il avait l’usage de chevaucher un cheval avec un serviteur qui courait devant lui, on lui achètera un cheval avec un serviteur qui courre devant lui ».

Il est certain que s’il n’y a pas assez d’argent dans la caisse des administrateurs de la Tsédaka, nous sommes dans ce cas tenus avant tout de fournir à chacun uniquement de la nourriture, de la boisson, des vêtements et un lieu d’habitation. Mais s’il y a la possibilité de fournir aussi pour d’autres dépenses, il est dans ce cas une Mitsva de fournir à chaque nécessiteux leurs manques de façon intégrale, afin que tout le peuple d’Israël se réjouisse et ne souffre pas de la pauvreté.

Nous avons donc appris que lorsque chacun d’entre nous donne de la Tsédaka de sa poche à qui il désire, tous les besoins des nécessiteux sont inclus dans la Mitsva de Tsédaka, même si l’on donne aux nécessiteux de l’argent pour acheter des choses qui ne sont pas indispensables, ceci fait aussi partie de la Mitsva de Tsédaka.

On raconte que le Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l se soucia un jour de procurer de la nourriture à une famille nombreuse et nécessiteuse à l’approche de Péssah’. Parmi la nourriture, la Gaon z.ts.l glissa plusieurs tickets d’entrée pour le parc zoologique de Jérusalem pour toute la famille. Lorsque l’un des proches du Rav lui demanda pourquoi il se souciait aussi de fournir des tickets pour le zoo, le Rav répondit: « Que pourrait bien faire une famille nombreuse pendant toute une semaine à la maison ?! Il est certain qu’une sortie avec les enfants au parc zoologique leur ferait du bien. »
Nous apprenons de nos propos que l’aide et l’assistance à une famille nécessiteuse pour des tickets d’entrée comme ceux-ci, fait en réalité aussi partie de la Mitsva de Tsédaka et de pratique du bien (« Guémiloutt H’assadim »). L’anecdote avec le Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l nous apprend la sensibilité que chacun d’entre nous doit avoir envers les gens nécessiteux qui nous entourent.

Il est une grande Mitsva de fournir à chaque nécessiteux des vêtements qui correspondent à une personne de classe moyenne, en lui donnant plusieurs vêtements pour les jours de semaine ainsi qu’un bel habit pour Chabbat, et il est d’usage de se soucier que les femmes aient plusieurs habits différents pour Chabbat, et ainsi de suite…
Il est une Mitsva de se soucier également des personnes qui n’ont pas les moyens financiers pour se marier, et de leur fournir ce dont ils manquent pour les dépenses du mariage dans des proportions moyennes, et de même pour leurs autres besoins. Cette Mitsva se nomme « Hah’nassat Kala ».

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

EL ENCENDIDO DE LAS LUMINARIAS DE JANUCÁ

PRECEPTO DEL ENCENDIDO. Todos los ocho días de Janucá  -siendo para el año 5782, comenzará el domingo 28 de noviembre por la noche, es decir víspera del lunes- es una mitzvá encender luminarias. Los sefaradim acostumbran a encender un candelabro por fa......

Lire la Halacha

SI ES PRECISO BENDECIR AL PROBAR LA COMIDA

Como vimos en distintas ocasiones, con respecto a la bendición sobre los alimentos que pronunciamos previo a consumirlos, aún cuando se come una mínima cantidad se debe pronunciar la bendición ya que está prohibido obtener provecho alguno de este mundo sin recitar ......

Lire la Halacha

VELAS DE SHABBAT Y VELAS DE JANUCÁ

Existe divergencia entre las primeras grandes autoridades halájicas con respecto al orden de encendido de las velas de Shabbat y de janucá. Según la opinión de la obra Baal Halajot Guedolot, se debe adelantar el encendido de las velas de Janucá a las velas de Shabb......

Lire la Halacha

LOS HIJOS CASADOS QUE SE HOSPEDAN EN CASA DE LOS PADRES

En entregas anteriores hemos aclarado, que la persona que se halla de viaje y se hospeda en casa de un compañero y su familia se halla con él, se incluye en el encendido del dueño de casa y por lo tanto no necesita encender por sí mismo. Todo esto es válido si no d......

Lire la Halacha


EL HUESPED EN LA SALIDA DE SHABBAT JANUCÁ

Pregunta: El hijo casado que se hospeda en casa de sus padres en Shabbat ¿Cómo debe proceder con el encendido de las velas de Janucá la salida de Shabbat? Respuesta: Como hemos visto, según la costumbre sefaradí el hijo casado que se hospeda en casa de......

Lire la Halacha

EL HUESPED EN JANUCÁ

La persona que se halla de viaje en Janucá y su esposa e hijos no enciende en su casa pues lo acompañan en el viaje, de hospedarse en casa de una persona a la que le paga por el hospedaje y la comida, etc. debe asociarse con el dueño de casa en el encendido de las velas abonando......

Lire la Halacha

ORDEN RITUAL DE LA NOCHE DE ROSH HASHANA

Las dos noches de Rosh Hashana es costumbre comer alimentos que simbolizan buenos designios para Israel. Por ello se come Rubia o lubia en árabe, zapallo –calabaza dulce-, dátiles, acelga, puerro, cabeza de cordero, manzana y miel. Ya hemos escrito oportunamente, que la perso......

Lire la Halacha

AL HANISIM

AL HANISIM En la plegaria de Arbit que da comienzo a la festividad de Janucá (este año 5782 el día domingo 28 de noviembre del 2021) se comienza a incluir el párrafo “al hanissim” en la amidá, en la bendición de alabanza al Eterno, o sea “......

Lire la Halacha