Halacha pour dimanche 16 Av 5781 25 juillet 2021

Réciter le Birkat Hamazon sur le lieu du repas

Lorsque l’on mange un repas accompagné de pain, on est tenu de réciter Birkat Hamazon sur le lieu du repas. On ne doit donc pas se rendre à un autre endroit pour y réciter le Birkat Hamazon, mais seulement rester sur le lieu du repas, afin d’y réciter le Birkat Hamazon, et s’en aller ensuite.

Si l’on a quitté ce lieu sans avoir récité Birkat Hamazon:

Si l’on a agi volontairement, en sachant que l’on est tenu de réciter là où l’on a mangé, dans ce cas, on a l’obligation de retourner sur le lieu du repas afin de réciter Birkat Hamazon, et il est interdit de réciter Birkat Hamazon là où l’on se trouve. Toutefois, si on l’a récité dans le 2ème endroit, bien que l’on a agi de façon contraire au Din, on est quitte (Bédi’avad), et l’on ne récite pas de nouveau le Birkat Hamazon à l’endroit initial.

Si l’on a agi involontairement, par exemple lorsque l’on part en oubliant de faire Birkat Hamazon, et que l’on s’en souvient là où l’on se trouve à présent, ce cas fait l’objet d’une Mah’loket (divergence d’opinions Halah’ique) parmi les Poskim Rishonim (les décisionnaires de l’époque médiévale) si la personne est tenue de revenir à l’endroit initial ou pas. Voici comment MARAN rapporte leurs opinions dans le Choulh’an ‘Arouh’ (O.H chap.184 paragr.1):

Si l’on a quitté l’endroit du repas (sans réciter le Birkat Hamazon), lorsque l’on a agi involontairement, selon le Rambam et Rabbénou Yona, on récite là où l’on s’en rend compte. Mais selon le ROSH, on doit retourner sur le lieu du repas.

Les Poskim discutent afin d’établir selon lequel de ces 2 avis, MARAN tranche cette Halah’a.

Dans le cas où l’on a quitté le lieu du repas involontairement sans réciter Birkat Hamazon, pouvons-nous le réciter là où l’on se trouve à présent, conformément à l’opinion du Rambam et de Rabbénou YONA, ou bien sommes-nous tenus, même dans ce cas, de retourner sur le lieu du repas pour le réciter, conformément à l’opinion du ROSH?

Notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit que MARAN pense comme le Rambam et Rabbénou YONA sur ce point, car ils représentent la majorité contre l’opinion du ROSH qui est seul.

C’est pourquoi, on n’est pas tenu de revenir à l’endroit initial afin d’y réciter le Birkat Hamazon. Qui plus est, hormis le fait que sur ce point, le Rambam et Rabbénou Yona représentent la majorité, nous pouvons aussi ajouter le fait que la rédaction du Choulh’an ‘Arouh’ repose essentiellement sur l’opinion du Rambam. D’ailleurs, MARAN écrit lui-même dans Shout Avkat Roh’el, un autre de ses ouvrages, que « le Rambam est le plus important des Poskim, et que toutes les communautés d’Erets Israël, des pays d’Orient et du Maghreb, se comportent selon son opinion, et l’ont accepté sur eux comme leur maître. » (Notre maître le Rav z.ts.l s’est longuement étendu sur ce point dans son livre)

Par conséquent, l’essentiel va selon l’opinion du Rambam, et dans le cas où l’on a involontairement quitté le lieu du repas sans avoir récité Birkat Hamazon, on peut le réciter là où l’on se trouve. Toutefois, une personne qui veut s’imposer de retourner sur le lieu du repas, même dans une situation involontaire, la Bénédiction reposera sur cette personne.

Conclusion: On est tenu de réciter le Birkat Hamazon là où l’on a mangé. Si par erreur, on a quitté le lieu du repas sans avoir réciter le Birkat Hamazon, le Din est le suivant:

Si l’on a agi volontairement, on est tenu de revenir à l’endroit initial afin d’y réciter le Birkat Hamazon.

Si l’on a agi involontairement, selon le strict Din, on n’est pas tenu de revenir à l’endroit initial, mais celui qui s’imposera la rigueur de revenir à l’endroit initial même lorsqu’il a agi involontairement, sera digne de la Bénédiction.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

ORDEN RITUAL DE LA NOCHE DE ROSH HASHANA

Las dos noches de Rosh Hashana es costumbre comer alimentos que simbolizan buenos designios para Israel. Por ello se come Rubia o lubia en árabe, zapallo –calabaza dulce-, dátiles, acelga, puerro, cabeza de cordero, manzana y miel. Ya hemos escrito oportunamente, que la perso......

Lire la Halacha

TIEMPO DE LLUVIAS

Comenzamos a citar el párrafo “Mashib Haruaj…” en la plegaria de Musaf (adicional) de la festividad de Simjat Torá (shemini atzeret, fuera de Israel). No se trata de un pedido formal por las lluvias sino de una alabanza al Creador, por ello se denomina en el lenguaje......

Lire la Halacha

EL SHOFAR

Es un precepto de la Torá oír los sonidos del Shofar el día de Rosh Hashana, como está escrito: Día de Teruá será para ustedes. A partir de que se oyen las bendiciones correspondientes está absolutamente prohibido hablar hasta que finalicen ......

Lire la Halacha

HOL HAMOED

Los días intermedios entre el primero y el séptimo día de Sucot o el primero y el último de Pesaj, son denominados Hol Hamoed y nuestra sagrada Torá los denomina “mikrae kodesh”, o sea convocación sagrada y así mismo los citamos en la pleg......

Lire la Halacha


MACETAS DENTRO DE LA CASA

Como vimos anteriormente, las prohibiciones de trabajar la tierra durante el año sheviit aplican incluso a las macetas conectadas, según la Torá, a la tierra por medio de huecos. A continuación, veremos sobre esta prohibición referida a las macetas que se hallan......

Lire la Halacha

LEYES SOBRE LA FESTIVIDAD DE SUCOT

A pedidos de numerosos suscriptores, citamos a continuación un compendio de leyes sobre la festividad de Sucot. 1. La Sucá debe estar construida de –por lo menos- tres paredes y el “secaj” –techo de paja-. Las paredes pueden confeccionarse de cualquier mater......

Lire la Halacha

JARDIN COMPARTIDO

Como vimos anteriormente, durante el año sheviit –este año 5782- está prohibido realizar cualquier trabajo agrícola en la tierra de Israel, como plantar, etc. a menos que se trate de algún trabajo destinado a proteger la plantación para que no sufra da......

Lire la Halacha

SOBRE LA SANTIDAD DE LOS FRUTOS EN EL AÑO SHEVIIT

Como vimos anteriormente en las entregas que precedieron, los frutos que crecen durante el año sheviit, este año 5782, poseen una santidad especial, incluso si se los exporta fuera de Israel. Por ello los etroguim que saldrán de Israel el año próximo deben cuidarse......

Lire la Halacha