Halacha pour mardi 12 Av 5779 13 août 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Placer un plat la veille de Chabbat sur une source de chaleur – La visite du Rav MASSAS chez notre maitre le Rav z.ts.l

Le décret « par crainte d’attiser les braises »
Du temps de nos maitres, on avait l’usage de cuire et de réchauffer les aliments sur un fourneau qui chauffait au moyen de braises vives.

Nos maîtres ont interdis de placer- la veille de Chabbat (avant l’entrée de Chabbat)- sur les fourneaux de l’époque, une marmite contenant un plat cuisiné, de crainte à en arriver à attiser les braises (en les retournant) pendant Chabbat, dans le but d’activer la cuisson du plat.

Ils n’ont permis de placer un plat cuisiné sur le feu la veille de Chabbat, seulement lorsqu’on a « raclé », c'est-à-dire sortit toutes les braises du fourneau la veille de Chabbat, et là, il n’y a plus à craindre d’en arriver à attiser les braises.
Ou bien encore, lorsqu’on a « couvert » c'est-à-dire couvrir les braises avec de la cendre la veille de Chabbat, ce qui procure un signe distinctif qui permet de veiller à ne pas attiser les braises pendant Chabbat, et il n’y a donc plus à craindre que l’on en vienne à attiser.

Des feux (bruleurs) à gaz ou électriques
De notre époque, où nos brûleurs sont à gaz, et qu’il n’y a donc pas à craindre d’en arriver à attiser les braises, malgré tout, ce cas fait l’objet d’une divergence d’opinions Halah’ique parmi les les décisionnaires:

Selon certains décisionnaires, il est permis de placer la veille de Chabbat, même un plat qui n’a pas suffisamment cuit, afin qu’il poursuive sa cuisson pendant Chabbat, car il n’y pas à craindre – dans de telles conditions – qu’on en arrive à attiser les braises.
Mais selon d’autres décisionnaires, il reste néanmoins la crainte d’en arriver à augmenter le feu en tournant le bouton qui contrôle le flux du gaz, ce qui constitue un interdit de la Torah, puisque cela provoque l’activation de la cuisson du plat, ainsi que l’augmentation du feu.
C’est pourquoi, ces décisionnaires interdisent - même de notre époque - de placer sur un feu la veille de Chabbat, un plat cuisiné.

Sur le plan Halah’ique, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l tranche qu’étant donné qu’à l’époque de nos maîtres – lorsqu’ils ont décrété cette interdiction – une telle crainte d’augmenter le feu en tournant le bouton, n’existait absolument pas, cela ne rentre pas du tout dans le cadre du décret de nos maîtres. Notre maître apporte d’autres arguments pour autoriser.
Par conséquent, notre maître le Rav z.ts.l écrit que selon le strict DIN, il est permis de placer la veille de Chabbat sur des brûleurs à gaz, un plat qui n’a pas suffisamment cuit, afin qu’il poursuive sa cuisson pendant Chabbat.
Cependant, il est bon de s’imposer la H’oumra (la rigueur) de placer auparavant sur les brûleurs, une tôle de métal ou autre, qui feront interruption entre le feu et la marmite.
Dans ces conditions, cela s’apparente à un fourneau - de l’époque de nos maîtres – dans lequel on aurait recouvert les braises de cendres, et de cette façon, nous pouvons permettre beaucoup plus largement le fait de placer un plat cuisiné sur des brûleurs à gaz.

La visite du Rav Chalom MASSAS z.ts.l chez notre maitre le Rav z.ts.l
En 5736 (1976), après le décès du Grand Rabbin de Jérusalem le Gaon Rabbi Elyhaou PARDESS z.ts.l, les discussions commencèrent au sujet de la nomination du nouveau Grand Rabbin de la ville sainte de Jérusalem. Il était évident que seul un des plus grands de la Torah était digne de ce poste.

A l’origine, notre maitre le Rav z.ts.l désirait que soit nommé à ce poste le Gaon Rabbi Ben Tsion ABBA CHAOUL z.ts.l, car il était connu de tous les Rabbanim de Jérusalem, et il était apprécié de tous.
De plus, sa grandeur dans la connaissance de la Torah - et en particulier dans les domaines liés à la Dayanout qui sont la compétence spécifique d’un chef des tribunaux rabbiniques de Jérusalem – était de glorieuse notoriété.
Cependant, après un refus catégorique de la part de Rabbi Ben Tsion ABBA Chaoul z.ts.l, d’autres noms furent cités, et notre maitre le Rav z.ts.l vérifia de manière pointilleuse jusqu’à prendre la décision de soutenir fortement la candidature du Gaon Rabbi Chalom MASSAS z.ts.l, qui était jusque là Grand Rabbin du Maroc, et dont la réputation arriva jusqu’en Erets Israël.

Le Gaon Rabbi Chalom MASSAS arriva donc en Israël pour s’intéresser de près à la nomination au poste de Grand Rabbin de Jérusalem, et pour présenter officiellement sa candidature.
Notre maitre le Rav z.ts.l l’invita à passer le Chabbat chez lui, et le Gaon Rabbi Chalom MASSAS accepta l’invitation.
Le vendredi, avant Chabbat, notre maitre le Rav z.ts.l s’adressa à son épouse la Rabbanit z’’l et lui dit que même si en général elle avait l’usage de placer le plat directement au-dessus de la mèche à pétrole, sans élément séparateur entre le feu et la marmite, malgré tout, étant donné qu’il est possible que le Gaon Rabbi Chalom MASSAS s’impose la rigueur sur ce point, pour ce Chabbat il ne désirait pas autoriser, car la nourriture était aussi destinée au Gaon Rabbi Chalom MASSAS.
C’est pourquoi, pour ce Chabbat, on plaça exceptionnellement une séparation entre le feu et la marmite au domicile de notre maitre le Rav z.ts.l (rapporté dans le livre Halacha Béroura chap.253).

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

באמצע "שמונה עשרה" הופעלה אזעקה, מה יעשה?
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

Est-il permis à un fils de contredire son père ?

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné l’interdiction pour un fils ou une fille de contredire les propos de leur parents, car selon la Guemara Kiddoushin (31b), le fait de ne pas contredire les parents en disant que leurs propos ne sont pas corrects, fait partie ......

Lire la Halacha

Le respect et la crainte du père et de la mère

Le devoir de respecter ses parents est divisé en 2 parties : le devoir de respecter le père et la mère, et le devoir de craindre le père et la mère, comme il est dit dans la Torah « Respecte ton père et ta mère », «&nb......

Lire la Halacha

Appeler son père ou sa mère par leur prénom – Les attitudes de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’appeler son père par son prénom ? Est-il permis à quelqu’un d’appeler un ami par son prénom lorsque celui-ci est identique au prénom du père de la personne qui appelle? Réponse: Il est interdit d’ap......

Lire la Halacha

Lorsque le père renonce à son respect et à sa crainte

Les sujets que nous allons traiter aujourd’hui sont des plus fondamentaux dans les règles relatives au devoir du respect des parents.  Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué plusieurs principes relatifs au respect du père et de la mè......

Lire la Halacha


Les boissons alcoolisées (Cognac ; Brandy ; Champagne) – Les juifs naufragés

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué la règle selon laquelle nos maîtres ont décrété une sévère interdiction sur le vin des non-juifs, qui inclus non seulement un interdit de le consommer, mais aussi un interdit d&......

Lire la Halacha

Introduction aux lois de respect des parents – La relation de notre maitre le Rav z.ts.l avec sa mère z’’l

Il y a plusieurs années, nous avions traité des lois de respect des parents, mais puisque nombreux de nos lecteurs nous demandent souvent de clarifier plusieurs points concernant ces règles, nous avons décidé de consacrer les jours à venir à apporter ......

Lire la Halacha

Le statut d’un juif qui profane Chabbat, vis-à-vis du vin

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué le principe de l’interdiction de « Stam Yénam » (un simple vin des non-juifs), sur lequel nos maîtres ont décrété une interdiction à la consommation et au profit. De m&e......

Lire la Halacha

Le vin « Mévouchal » vis-à-vis de celui qui profane Chabbat

Nous avons expliqué dernièrement qu’une personne qui profane Chabbat en public, interdit le vin par le touché, comme un non-juif. Ceci, malgré le fait qu’il est juif et qu’il préserve sa sainteté de juif, comme nous l’avons expliqu&ea......

Lire la Halacha