Halacha pour dimanche 17 Adar II 5779 24 mars 2019

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

Le H’amets et les KITNIOTT (légumineuses) pendant Pessah’ – année 5779 – Ce qu’instaura notre maitre le Rav z.ts.l

Définition du ‘Hamets
Il est dit dans la Torah au sujet de Pessah’ (Chémott 13):
« Les Matsot seront consommées durant 7 jours, et il ne sera vu ni H’amets, ni levain dans tes domaines.»
Le H’amets que la Torah interdit correspond au contact de la farine de l’une des 5 céréales du DAGAN (le blé ; l’orge ; le seigle ; l’avoine ; l’épeautre) avec de l’eau durant un certain laps de temps. Par ce contact s’opère une modification de la constitution intérieure de la farine et débute la fermentation. Dès le début de cette fermentation, ce H’amets devient interdit à la consommation et au profit, et il est également interdit à tout juif de le posséder chez lui durant Pessah’.

Les KITNYOTT
Le riz et les diverses KITNIOTT, comme les petits poids, les pois chiches, les haricots, le soja, les lentilles ou autres, sont autorisés à Pessah’, car il n’y a de H’amets que lorsque l’aliment est fait à base de l’une des 5 céréales du DAGAN que l’on a cité plus haut. Or, les KITNIOTT n’en font pas partie puisqu’ils sont des légumes.
Tout ceci, à la condition que l’on veille à vérifier le riz de sorte qu’il n’y a pas de grains de blé ou d’orge, ou d’autres céréales du DAGAN mélangés au riz, car il arrive parfois dans les régions où l’on fait pousser le riz, que les champs de blé ou d’autres céréales H’amets se trouvent à proximité. De même, les sacs dans lesquels on transporte le riz, servent aussi à transporter les céréales H’amets, qui peuvent ensuite se mélanger au riz et par cela, interdire tout un plat cuisiné avec ce riz (comme nous l’avons déjà expliqué antérieurement, puisque nous avons vu que même une miette de H’amets à la capacité d’interdire toute une grande marmite contenant un plat cuisiné).
C’est pourquoi, il est d’usage de trier le riz pour Pessah’ avec une grande vigilance et beaucoup de concentration, 3 fois consécutives, à un moment où les enfants en bas- âge ne se trouvent pas à proximité des personnes qui vérifient.

La tradition des Achkénazim et de quelques communautés Séfarades
À cause du risque de mélange de grains de céréales DAGAN avec les grains de KITNIOTT, les Achkénazes ont la tradition de s’interdire les KITNIOTT durant Pessah’. C’est ainsi que les maîtres Achkénazim ont tranchés de façon catégorique l’interdiction de la consommation des Kitniyot pendant Péssah’.
Cependant, cette interdiction ne s’est pas répandue dans la plupart des pays Séfarades. Un Séfarade ne doit pas s’imposer de rigueur sur ce point pour plusieurs raisons.
Il y a aussi quelques Séfarades très scrupuleux (essentiellement ceux originaires d’Afrique du Nord) qui s’imposent également l’usage de s’interdire la consommation de riz durant Pessah’, tout comme les Achkénazim.
Cependant, ils ne s’interdisent en général que le riz et non le reste des KITNIOTT. Certains d’entre eux s’interdisent également les pois chiches.

Notre maitre le Rav z.ts.l et le Rav ONTERMAN z.ts.l
Avant que notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l n’occupe les fonctions de Grand Rabbin de Tel Aviv, le grand rabbinat local distribuait une revue contenant les Halachot relatives à Péssa’h à tous les habitants de la ville, et il y était écrit ainsi:
« Les Kitniott sont interdites à Péssa’h, et les Séfaradim ont l’usage de se les autoriser. »
En 5730 (1970), lorsque notre maitre le Rav z.ts.l pris ses fonctions en tant que Grand Rabbin de la ville, il consulta le Gaon Rabbi Isser Yéhouda ONTERMAN z.ts.l - qui était le Grand Rabbin Achkénaze de Tel Aviv (et plus tard Grand Rabbin Achkénaze d’Israël) – et lui dit : « Que signifie ce texte diffusé dans la revue distribuée par le grand rabbinat ?? Les Kitniott sont permises ! »
C’est pourquoi, on modifia ensuite le texte ainsi:
« Les Kitniott sont autorisées à Péssa’h, et les Achkénazim ont l’usage de se les interdire. »
Il y a une conséquence Halachique à cela, car même les Achkénazim sont autorisés à conserver des Kitniott chez eux pendant Péssa’h (même sans les vendre).
Par exemple: Des Achkénazim qui ont un bébé nourri avec du substitut de lait, comme du Materna ou du Similac, il leur est permis sans conteste d’utiliser ce substitut de lait pendant Péssa’h, même s’il contient des Kitniott. Ils devront seulement veiller à l’utiliser avec précaution et dans des ustensiles spécifiques pour le bébé, mais ll n’y a pas matière à s’imposer la rigueur dans un tel cas en disant que les Kitniott sont totalement interdites.

Le problème qui se pose cette année
Cette année (5779), les habitants d’Israël sont confrontés à un problème particulier en rapport avec la règle des Kitnyott. En effet, le 7ème jour de Péssa’h (le dernier jour en Israël) tombe un vendredi. Se pose donc une question : les Achkénazim auront-ils le droit de cuisiner des Kitnyott pendant les jours de ‘Hol Ha-Mo’ed (jours de demi-fête), afin d’avoir de quoi manger le jour de Chabbat à la sortie de Péssa’h?
Nous traiterons cette question ultérieurement avec l’aide d’Hachem.

8 Halachot Les plus populaires

Le « ’Erouv Tavchiline » - Chavou’ot 5780

Qu’est ce que le ‘Erouv Tavchiline? Cette année (5780), le 1er jour de Chavou’ot tombera un vendredi veille de Chabbat. (29.mai) Nous savons que pendant chaque Yom Tov il est permis de cuisiner pour les besoins du Yom Tov. Par exemple, il est permis de mettre pendant Yom T......

Lire la Halacha

Cuire pendant Yom Tov

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que même si Yom Tov et Chabbat ont un statut identique vis-à-vis de l’interdiction de réaliser des travaux, et pour cette raison il est interdit de voyager en voiture pendant Yom Tov, malgré tout, l......

Lire la Halacha

Manipuler le feu pendant Yom Tov – allumage et extinction

Nous avons expliqué que Yom Tov et Chabbat ont le même statut vis-à-vis de toutes les interdictions, excepté certains travaux liés à la préparation de la nourriture (« Oh’el Nefech ») qui sont permis pendant Yom Tov, comme l’int......

Lire la Halacha

La fête de Chavou’ot - Le Corona

La fête de Chavou’ot – le moment du Don de notre sainte Torah qui est notre vie et de laquelle dépend la longévité de nos jours - tombe cette année 5780 avec l’aide d’Hachem, à la fin des du compte des jours du ‘Omer, ce vendredi......

Lire la Halacha


Bénédiction finale sur une boisson chaude

Question: Une personne qui a bu un thé ou un café, doit-elle ensuite réciter la bénédiction finale « Boré Néfachott »?  Réponse: Nous avons expliqué à plusieurs occasions que lorsqu’on a consomm......

Lire la Halacha

Dire le Kaddich

Question: Quelle est l’importance de dire le Kaddich pour un défunt? Réponse: Lorsqu’une personne décède, il incombe ses fils de veiller de façon particulière à prier les 3 prières quotidiennes avec un Minyan (10 hommes......

Lire la Halacha

Le 33ème et le 34ème jour du ‘Omer – année 5780

Demain mardi (et dès ce soir lundi) aura lieu le jour de Lag Ba’Omer qui est un jour de joie pendant lequel on ne récite pas le Tah’anoun, car c’est en ce jour que les secrets de la Thora ont été dévoilés. De plus, Rabbi Chimon Bar Yoh&rsqu......

Lire la Halacha

Bénédiction finale sur une boisson refroidie

Dans la précédente Halacha, nous avons cité la règle de la bénédiction dinale après avoir consommé une boisson. Nous avons précisé que lorsqu’on a consommé une quantité de un « Révi’itt&......

Lire la Halacha