Halacha pour lundi 18 Av 5779 19 août 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Rapporter un plat sur la plaque électrique pendant Chabbat

« Chéhiya » (placer une plat avant Chabbat) – « Hatmana » (enfouir, recouvrir un plat) – « ‘Hazara » (remettre un plat à chauffer pendant Chabbat) 

Dans les précédentes Halachot, nous avons développé les conditions dans lesquelles il est permis, la veille de Chabbat, de placer - sur des brûleurs à gaz recouverts d’une tôle de métal ou sur une plaque chauffante électrique - un plat cuisiné. Ce Din se nomme « Chéhiya », qui signifie laisser depuis la veille de Chabbat, un plat sur le feu.
Nous avons ensuite expliqué le fait de couvrir - depuis la veille de Chabbat, ou pendant Chabbat - un plat, avec des vêtements ou autre. Ce Din se nomme « Hatmana ».

Nous allons à présent expliquer les conditions dans lesquelles il est permis de réchauffer pendant Chabbat, un plat suffisamment cuit depuis la veille de Chabbat, et que l’on désire uniquement chauffer pendant Chabbat.
Ce Din se nomme « ‘Hazara », qui signifie placer de nouveau sur le feu pendant Chabbat, un plat déjà cuit.

Placer un plat cuit sur un feu découvert
Avant d’expliquer les façons autorisées pour chauffer des aliments pendant Chabbat, nous devons d’abord expliquer une règle qui ne possède aucune autorisation.
Voici cette règle:
Il est interdit de placer pendant Chabbat sur un véritable feu, un plat – même suffisamment cuit et même complètement solide – puisque ce geste ressemble trop fortement au fait de cuire pendant Chabbat (« Mi’hzé Kémevachel »).

Mais par contre, même s’il est interdit de remettre pendant Chabbat un plat cuit sur un feu véritable, malgré tout, il existe des cas où il est permis de placer un plat pendant Chabbat, sur une plaque chauffante électrique, car on n’a pas l’usage d’utiliser ce type de plaque en semaine pour cuire les aliments, de ce fait, il n’y a pas de crainte à titre de « Mi’hzé Kémévachel » (geste ressemblant fortement à cuire).
De même, il existe des cas où il est permis de remettre pendant Chabbat un plat suffisamment cuit, sur des brûleurs à gaz recouverts d’une tôle de métal, comme nous allons l’expliquer.

« Cuisson après cuisson » sur un plat solide
Comme nous l’avons déjà expliqué, il est strictement interdit de cuire sur une plaque électrique pendant Chabbat.
Par conséquent, il est interdit de placer pendant Chabbat un morceau de pâte ou une casserole de lait pour les cuire sur la plaque, car ce geste constitue un total interdit à titre de cuire selon la Torah.
Mais s’il s’agit d’un plat solide déjà cuit depuis la veille de Chabbat, ceci relève du principe selon lequel « il n’y a pas de nouvelle cuisson d’une chose déjà cuite », ce qui signifie que lorsqu’il s’agit d’un aliment déjà cuit, il n’y a aucun interdit à le remettre et à le cuire à nouveau sur la plaque électrique chauffante.    

Il est donc permis de chauffer sur la plaque électrique chauffante des Borekass ou du riz (déjà cuit) ou des Schnitzels ou des pains.

« Cuisson après cuisson » d’un plat liquide
Cependant, il existe des aliments – même déjà cuits avant Chabbat – pour lesquels il est malgré tout question d’un interdit à titre de nouvelle cuisson.
Entrent dans cette catégorie, tout aliment liquide, comme une soupe, du lait ou autre, et leur seul réchauffement pendant Chabbat constitue un interdit à titre de cuisson après cuisson.
Par contre, s’il s’agit d’un aliment solide, comme de la viande, du poisson, une quiche ou autre, son seul réchauffement pendant Chabbat ne représente pas un interdit à titre de cuire, puisque nous avons le principe selon lequel « il n’y a pas de cuisson après cuisson sur du solide, et il y a cuisson après cuisson sur un liquide ».

C’est pourquoi, il est interdit de placer pendant Chabbat une soupe liquide, même si cette soupe est totalement cuite avant Chabbat, puisque le seul réchauffement d’un aliment liquide constitue un interdit à titre de cuire pendant Chabbat, comme nous l’avons écrit, « il y a cuisson après cuisson sur un aliment liquide » pendant Chabbat.

Dans les prochaines Halachot, nous développeront d’autres détails sur ce point.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

באמצע "שמונה עשרה" הופעלה אזעקה, מה יעשה?
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

Le respect du beau-père et de la belle mère – Les signes de la fin de l’exil

Question: Est-ce qu’un homme est tenu de respecter son beau-père au même titre qu’il est tenu de respecter son père ? Réponse: Il est enseigné dans le Yalkout Chim’oni: David dit à Chaoul : « Mon père, vois et......

Lire la Halacha

Le Kaddich

Lorsqu’une personne décède, il incombe ses fils de veiller de façon particulière à prier les 3 prières quotidiennes avec un Minyan (10 hommes), afin de pouvoir dire le Kaddich pour le père ou la mère. De même pour un homme qui perd ......

Lire la Halacha

Le respect des parents après leur disparition

Au même titre qu’un homme est soumis au devoir d’honorer ses parents de leur vivant, ainsi il est soumis au devoir de les honorer après leur disparition. Il est certain qu’il lui est interdit de les mépriser après leur disparition. Il est rapport&eacut......

Lire la Halacha

Se lever devant son père et devant son Rav – La réponse de notre maitre le Rav z.ts.l à son petit-fils

Toutes les règles que nous mentionnons au sujet du respect et de la crainte des parents concernent de façon égale aussi bien le fils vis à vis de son père et de sa mère, que la fille vis-à-vis de son père et de sa mère. Si nous éc......

Lire la Halacha


Sur qui reposent les frais d’entretient des parents ?

Nous avons déjà fais mention du fait que le devoir de Kiboud Av Vaem (Respect des parents) inclus aussi le fait de se soucier de nourrir ses parents selon leur volonté, en particulier lorsque les parents sont très âgés et qu’ils ne peuvent plus s’......

Lire la Halacha

Est-il permis à un fils de contredire son père ?

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné l’interdiction pour un fils ou une fille de contredire les propos de leur parents, car selon la Guemara Kiddoushin (31b), le fait de ne pas contredire les parents en disant que leurs propos ne sont pas corrects, fait partie ......

Lire la Halacha

Le respect et la crainte du père et de la mère

Le devoir de respecter ses parents est divisé en 2 parties : le devoir de respecter le père et la mère, et le devoir de craindre le père et la mère, comme il est dit dans la Torah « Respecte ton père et ta mère », «&nb......

Lire la Halacha

Appeler son père ou sa mère par leur prénom – Les attitudes de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’appeler son père par son prénom ? Est-il permis à quelqu’un d’appeler un ami par son prénom lorsque celui-ci est identique au prénom du père de la personne qui appelle? Réponse: Il est interdit d’ap......

Lire la Halacha