Halacha pour mardi 26 Kislev 5782 30 novembre 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Tinok Ben Yael Sarah

Pour la guérison totale et rapide de Jean Luc Shelomo Ben Eliyahou (Azoulay) parmi tous les malades d'Israël Amen.

« Qu’est ce que ‘Hanouka? »

Le sujet du miracle de ‘Hanouka ainsi que les règles relatives à ‘Hanouka ne sont pas explicitées dans les Michnayott rédigées par nos maitres les Tanaïm, car nous n’avons pas de « traité ‘Hanouka » comme il en existe un pour chaque fête d’Israël.
C’est pourquoi, nous n’avons pas de règles explicites dans ce domaine à travers les Michnayott (excepté de manière indirecte dans le traité Bikourim au sujet de l’offrande des prémices, ou dans le traité Roch ha-Chana, ainsi que dans le traité Bava Kama où le sujet de ‘Hanouka est mentionné au sujet de celui dont les Nérott ‘Hanouka auraient causé un dommage matériel).
L’essentiel des propos de nos maitres les sages du Talmud sur ce sujet, se trouvent dans le traité Chabbat (21b) où sont expliquées quelques règles sur ‘Hanouka, et où nos maitres expliquent la signification de ces jours.
Lisons à présent les propos de la Guémara:
« Qu’est ce que ‘Hanouka? Nos maitres enseignent: Au 25 Kislev, débutent les 8 jours de ‘Hanouka pendant lesquels il est interdit de dire une oraison funèbre et d’observer un jeûne, car lorsque les grecques pénétrèrent dans le Temple, ils souillèrent toutes les huiles se trouvant dans le Temple. Mais lorsque la royauté des ‘Hachmonaïm eut la victoire sur les grecques, ils cherchèrent et ne trouvèrent qu’un seul flacon d’huile scellé avec le sceau du Cohen Gadol, mais il n’y avait que de quoi allumer (la Ménorah du Temple) qu’un seul jour. Il se produisit un miracle et ils allumèrent avec ce flacon durant 8 jours. L’année suivante, on fixa ces jours en tant que jours de fête, par la louange (Hallel) et la reconnaissance (‘Al Hanissim). »

Par conséquent, même si de nombreux miracles se produisirent pour nos ancêtres en ces jours là, malgré tout, la Mitsva essentielle des jours de ‘hanouka réside dans l’allumage des Nérott, qui est un souvenir du miracle qui se produisit par le fait qu’ils ne trouvèrent qu’un seul flacon d’huile qui ne contenait que de quoi allumer un seul jour, et le miracle leur permis d’allumer à partir de ce flacon les Nérott de la Ménorah durant 8 jours, jusqu’à ce qu’ils apportent une nouvelle huile pure.
C’est pourquoi, nous allumons les Nérott ‘Hanouka durant 8 jours.

MARAN pose une question dans le Beit Yossef (chap.670):
Pourquoi nos maitres ont-ils fixé le souvenir du miracle durant 8 jours? Pourtant, il y avait dans le flacon de quoi allumer un jour?! Le miracle ne s’est donc produit que durant 7 jours où la Ménorah resta allumée miraculeusement, mais pas durant le premier jour! Selon cela, nous devrions fêter ‘Hanouka durant 7 jours seulement!

De nombreux et de très grands décisionnaires des derniers siècles se sont longuement étendus dans leurs Dérachott afin de résoudre le problème posé par MARAN dans le Beit Yossef. Et MARAN lui-même propose plusieurs réponses à sa propre question:

La première réponse: Chaque nuit, depuis la première nuit, ils ne versèrent pas la totalité du flacon mais seulement une petite quantité, un huitième du flacon chaque soir. La Ménorah devait donc s’éteindre chaque soir au bout d’un certain temps, mais elle restait chaque nuit miraculeusement allumée jusqu’au lendemain soir, et ainsi de suite. Le miracle s’est donc produit même le premier soir, car une petite quantité d’huile suffit pour tout le temps de l’allumage de la Ménorah (un jour entier)!

Deuxième réponse: Dès le premier soir, lorsqu’ils vidèrent l’intégralité du flacon, ils constatèrent que le flacon resta plein. Le miracle se produisit donc également le premier soir!

Sur la première réponse proposée par MARAN dans le Beit Yossef, certains décisionnaires des derniers siècles objectent.
En effet, comment les ‘Hachmonaïm purent se permettre de ne mettre dans la Ménorah qu’une infime quantité d’huile qui ne suffirait qu’à un huitième du temps nécessaire à l’allumage?! Nous avons pourtant un grand principe selon lequel « On ne doit pas compter sur un miracle ». Ils devaient donc mettre dans la Ménorah la quantité entière suffisante pour l’allumage exigé par la Torah, c'est-à-dire un jour!

Mais notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l répond à cette remarque.
Lorsque les ‘Hachmonaïm constatèrent tous les miracles qu’Hachem leur réalisa, en leur donnant la victoire militaire alors qu’ils n’étaient qu’une minorité contre une majorité, et le fait qu’on leur montra véritablement depuis le Ciel que l’on ne se comporte pas envers eux selon les règles de la nature, ainsi ils surent que même au sujet de l’allumage de la Ménorah les miracles se poursuivraient.
De ce fait, ils comptèrent sur le miracle e ils ne placèrent dans la Ménorah qu’une petite quantité d’huile, un huitième du contenu du flacon d’huile pure.

Toutes ces choses nous montrent la préciosité du peuple d’Israël.
C’est pourquoi, durant les jours de ‘Hanouka, pendant lesquels nous exprimons notre reconnaissance envers Hachem pour les miracles qu’Il a réalisé à nos ancêtres en ces jours à cette époque, nous devons nous souvenir de la préciosité du peuple d’Israël aux yeux d’Hachem, et il ne fait aucun doute que même à notre génération nous avons le mérite de bénéficier d’une providence extraordinaire de la part d’Hachem depuis le Ciel, car les ennemis d’Israël nous entourent comme des loups qui guettent leur proie, et Hachem nous sauve de leur main!

A partir de cela, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l enseigne (dans ses Dérachott) que même si l’on ne doit pas prier pour obtenir un miracle, malgré tout, lorsqu’on prie pour l’ensemble du peuple d’Israël, il est possible de prier afin qu’Hachem réalise pour nous un miracle, car toute l’existence du peuple d’Israël réside au-dessus de la nature, et de ce fait, il est catégoriquement possible de prier Hachem afin qu’Il réalise un miracle lorsque la demande est adressée pour l’ensemble du peuple d’Israël.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

L’interdiction de « Dach » (battre le blé) et de Séh’ita (presser) pendant Chabbat

Nous avons déjà expliqué à plusieurs reprises qu’il existe 39 activités sources (« Avott Mélah’ott ») interdites pendant Chabbat. Chacune de ses activités sources possède des activités dérivées (&laq......

Lire la Halacha

Faire du thé pendant Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons écrit qu’il est permis de presser des citrons pendant Chabbat à la main – et non au moyen d’un ustensile – car la règle du pressage du citron n’est pas la même que celle du pressage des autr......

Lire la Halacha

Presser un citron pendant Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’il est interdit de presser des fruits pendant Chabbat, lorsqu’il s’agit de fruits qu’il est d’usage de presser pour leur jus. De même, nous avons aussi expliqué qu’il est permis d......

Lire la Halacha

Le véritable sens Halachique de la fête de Tou Bichvat

Ce soir (dimanche soir), tombe la fête de TOU Bichvat La Guémara Roch Ha-Chana (2a) nous enseigne: Tou Bi-Chvat est le Roch Ha-Chana des arbres. Certains font l’erreur de croire qu’au même titre que tout l’univers est jugé le jour de Roch Ha-Chana (......

Lire la Halacha


Réciter le Birkat Ha-Mazon en se déplaçant en chemin

Question: Lorsqu’une personne consomme en marchant, est-elle autorisée à réciter le Birkat Ha-Mazon en marchant? Réponse: Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que nos maîtres ont instauré de réciter le Bir......

Lire la Halacha

Presser des oranges sur une salade de fruits pendant Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons fait mention de l’interdiction de la Torah de presser des olives pendant Chabbat pour obtenir de l’huile, ou bien des raisins pour en extraire le jus. Mais pour tous les autres fruits, leur pressage n’a pas été int......

Lire la Halacha

Des aliments contenant de la farine

Ces derniers jours, nous avons appris que lorsqu’un aliment est constitué de plusieurs aliments dont les bénédictions initiales sont différentes, il faut réciter la bénédiction correspondant à l’aliment principal du mélange. ......

Lire la Halacha

Un aliment constitué de plusieurs espèces

Question: Quelle est la bénédiction d’un poivron farci ? De même, quelle est la bénédiction d’une pâtisserie faite à base d’un peu de farine, mais dont l’essentiel est constitué de fruits et de noix? Réponse: Dan......

Lire la Halacha