Halacha pour vendredi 12 Elul 5781 20 août 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Messa’ouda Bat ‘Aïsha (STEBOUN) de Lyon

Pour la guérison totale et rapide de:
Charles Chalom Ben Sultana
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Divré Torah sur Ki Tétsé

Par le Rav David A. PITOUN

Le tampon du peuple d’Israël: Les qualités humaines

« … n'aie pas en horreur l'Egyptien, car tu as séjourné dans son pays. » (Dévarim 23-8)

Rashi:
N'aie pas en horreur l'Egyptien En tout et pour tout. Même s’ils ont jeté leurs mâles dans le Nil. Et ceci pourquoi? Car ils vous ont donné asile lors de la difficulté.

Que dirions nous si nous avions loué une maison à grand prix durant de nombreuses années, et lorsque nous aurions voulus déménager, le propriétaire nous aurait empêché de partir et nous aurait même infligé de lourdes souffrances sans nous laisser de répit ; si on nous demanderait ensuite d’être reconnaissant envers ce propriétaire pour nous avoir donné un toit, une telle demande serait-elle acceptable?!!

Cette question est posée par le Gaon Rabbenou Yéro’ham Ha-Lévy z.ts.l dans son livre ‘Ho’hma Ou-Moussar (tome 1 Maamar 27) au sujet de l’ordre donné par la Torah « … n'aie pas en horreur l'Egyptien, car tu as séjourné dans son pays. ».

Là aussi, comme pour le cas de la location, les égyptiens ont reçu une belle rétribution en échange de leur « hospitalité » à l’égard d’Israël!
Hormis le fait que Yossef Ha-Tsaddik les a sauvé de la destruction, mais qui plus est, ils n’ont pas payé le salaire qui revient à 600 000 personnes asservis durant 430 ans (voir Guémara Sanhédrin 91a)!!
Ajoutés à cela les terribles persécutions et la dureté de l’esclavage qui ont transformé « l’hébergement » en enfer!!
Et après tous ces insurmontables difficultés, nous recevons l’ordre « … n'aie pas en horreur l'Egyptien… » et ceci seulement « Car ils vous ont donné asile lors de la difficulté »?!

La taille de l’étonnement est égale à la taille de l’enseignement qui nous est transmis ici sur l’identité du peuple d’Israël.

Le juif se doit de s’élever au sommet de la reconnaissance, jusqu’à « ne pas avoir en horreur l'Egyptien. »
Ceci est le tampon qui marque de façon indélébile le peule d’Israël:
Les qualités humaines!

Si nous avons dit plus haut qu’une telle demande pouvait sembler inacceptable, la Torah vient et aplanie les chemins de nos cœurs, en nous indiquant comment nous comporter.

Cette exigence si haute s’éclaire davantage à travers les versets voisins:

Un Ammonite ni un Moabite ne seront admis dans l'assemblée d’Hashem; même après la dixième génération ils seront exclus de l'assemblée d’Hashem, à perpétuité.

Et ceci pourquoi?

Parce qu'ils ne vous ont pas offert le pain et l'eau à votre passage, au sortir de l'Egypte, et de plus, parce qu'il a loué les services de Bil’am fils de Bé’or contre toi, de Pétor en Mésopotamie, pour te maudire. (Dévarim 23-4 et 5)

Le RAMBAN commente:
« Il me semble que ces deux frères – ‘Amon et Moav – ont été écartés par la Torah, car ils étaient redevables de la bonté d’Avraham qui avait sauvé leur père (Lot) et sa femme de l’anéantissement et de la captivité. C’est encore par le mérite d’Avraham qu’Hashem les épargna (Lot et sa femme) de la destruction de Sédom et ‘Amora. Les enfants – ‘Amon et Moav – devaient donc prodiguer du bien à Israël, mais ils leur firent au contraire du mal. L’un (Moav) loua les services de Bil’am Ben Bé’or contre Israël pour le détruire (par des malédictions), et l’autre (‘Amon) ne leur offrit pas le pain et l’eau lors du passage d’Israël à proximité de sa frontière… C’est pour cela que le texte cite d’abord le ‘Amonite et sa faute – « Parce qu'ils ne vous ont pas offert le pain et l'eau » et ensuite le Moabite et sa faute – « parce qu'il a loué les services de Bil’am fils de Bé’or contre toi ».       

Nous apprenons ici un merveilleux fondement:
Les égyptiens - qui ont asservis Israël et qui les ont oppressés - n’ont pas été définitivement bannis de l’assemblé d’Hashem.
Par contre, ‘Amon et Moav - qui n’ont absolument pas asservis Israël, mais qui se sont contenté de ne pas leur exprimer de reconnaissance pour le bien prodigué à leurs ancêtres - ont été exclus à jamais.
La raison à cela:

Les gens dépravés dans leurs qualités humaines ne sont pas dignes d’être inclus dans l’assemblée d’Hashem.

Nous apprenons ici la définition des qualités humaines:
Les pires transgressions ne constituent pas une raison valable pour écarter les nations de l’assemblée d’Hashem, mais des qualités humaines dissolues, oui!!!

Amon et moav ont été écartés pour l’éternité de l’assemblée d’Hashem, pour ne pas avoir été reconnaissants envers les ancêtres d’Israël pour le bien qu’ils prodiguèrent à leurs propres ancêtres.

En revanche, Israël reçoit le commandement d’acquérir cette merveilleuse qualité de la reconnaissance dans toute sa signification.
Ce commandement inclus la reconnaissance pour la « bonté » prodiguée par les égyptiens à Israël, parmi l’océan de malheurs et de souffrances qu’ils ont amené sur eux !

Les descendants de ceux qui sont sortis d’Egypte ont le devoir d’être reconnaissants pour cette bonté, jusqu’à la fin des temps!!

Shabbat Shalom

Rédigé et adapté par Rav David A. PITOUN France 5774

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Cuire et cuisiner pendant Yom Tov

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que même si Yom Tov et Chabbat ont un statut identique vis-à-vis de l’interdiction de réaliser des travaux, et pour cette raison il est interdit de voyager en voiture pendant Yom Tov (car plusieurs interdi......

Lire la Halacha

Manipuler le feu pendant Yom Tov – allumage et extinction

Nous avons expliqué que Yom Tov et Chabbat ont le même statut vis-à-vis de toutes les interdictions, excepté certains travaux liés à la préparation de la nourriture (« Oh’el Nefech ») qui sont permis pendant Yom Tov, comme l’int......

Lire la Halacha

Se couper les cheveux et se raser pendant le ‘Omer

Ne pas se couper les cheveux pendant les jours du ‘Omer La tradition est répandue de ne pas se couper les cheveux pendant le ‘Omer. Selon la tradition Ashkénaze, jusqu’au 33ème jour du ‘Omer, mais selon la tradition Séfarade, jusqu’au 34&eg......

Lire la Halacha

La fête de Chavou’ot – Le repas de la fête

La fête de Chavou’ot – le moment du Don de notre sainte Torah qui est notre vie et de laquelle dépend la longévité de nos jours - tombe cette année 5782 avec l’aide d’Hachem, à la fin des du compte des jours du ‘Omer, ce dimanche......

Lire la Halacha


Taper des mains ou taper sur une table pendant Chabbat et Yom Tov

Il est enseigné dans la Guémara Bétsa (30a): Pendant Chabbat, on ne tape pas des mains et on ne danse pas … Par crainte d’en arriver à réparer un instrument de musique (ibid.36b). Comme nous l’avons expliqué dans les préc&eacut......

Lire la Halacha

Râper des légumes pendant Yom Tov

Question: Je désire prépraer des omelettes de pommes de terre pendant la fête de Chavouot, est-il permis de le faire pendant la fête? Réponse: Nous avons expliqué qu’il est interdit de réaliser certaines activités pendant Yom Tov au......

Lire la Halacha

Jouets émettant des sons – Jouets fonctionnant avec un ressort

Question: Est-il permis de laisser des enfants jouer pendant Chabbat avec des jouets émettant des sons, comme une poupée qui produit un bruit lorsqu’on la secoue, ou autre? Réponse: Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué qu’il est int......

Lire la Halacha

Emettre un son et siffler pendant Chabbat

Dans la Guémara ‘Erouvin (104a), on explique le décret de nos maîtres selon lequel il est interdit d’émettre un son pendant Chabbat et les jours de Yom Tov. Par exemple, il est interdit un jour de Chabbat ou de Yom Tov de jouer d’un instrument de musiqu......

Lire la Halacha