Halacha pour mardi 3 Nissan 5781 16 mars 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mess’od ben Ra’hel Vé-Yossef
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Le Tsaddik Rabbi David ‘Hananya Ben Mazal PINTO
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Les quantités de Matsa que l’on doit consommer le soir du Séder

Question: Combien de quantités de « Kazaït » de Matsa doit-on consommer le soir de Pessah’?

Réponse: Le soir du Seder de Pessah’, l’obligation est de consommer au total 3 fois la quantité de Kazaït de Matsa. Le Kazaït correspond à 27 g. Malgré tout, il y a matière à s’imposer la H’oumra (rigueur) de consommer 4 ou même 5 quantités de Kazaït de Matsa, comme nous allons l’expliquer.

Le Seder de Pessa’h
Le Seder de Pessah’ établie par notre grand et saint maître, Rachi, comme nous l’avons déjà expliqué, est le suivant:
Kadèch; Ourh’ats; Karpass ; Yah’ats ; Maguid ; Roh’tsa ; Motsi Matsa ; Maror ; Korèh’ ; Choulh’an ‘Orèh’ ; Tsafounn ; Barèh’ ; Hallel ; Nirtsa.

Dans le plateau du Séder, se trouvent 3 Matsot placées l’une sur l’autre.
Lorsqu’on arrive à « Yah’ats », le chef de famille la Matsa du milieu et la brise en deux parties. Il replace la plus petite partie parmi les deux autres Matsot et confie la grande partie à l’un des convives qui la gardera pour l’Afikoman, comme nous l’expliquerons.

Le 1er « Kazaït »
Lorsqu’on arrive à l’étape de « Motsi Matsa », le chef de famille prend les 3 Matsot qui se trouvent dans le plateau du Seder, disposées une entière au dessus, une entière au dessous, et la demi que l’on a brisé au moment de « Yah’ats » au milieu. Il attrape les Matsot dans ses mains et récite la bénédiction de « Ha-Motsi », et ensuite la bénédiction de « ‘Al Ah’ilatt Matsa ». Nous avons l’usage de lâcher la Matsa inférieure après avoir récité la bénédiction de Ha-Motsi, et l’on garde en mains uniquement la Matsa supérieure ainsi que la demi pour réciter « ‘Al Ah’ilatt Matsa ».

Le chef de famille consomme un Kazaït de chacune des 2 Matsot. Il consomme donc 2 fois la quantité de Kazaït en une seule consommation, un Kazaït de la Matsa supérieure et un Kazaït de la demi Matsa. Mais les convives pour lesquels il n’y a pas assez en 1 Matsa ½ pour consommer 2 fois la quantité de Kazaït, le chef de famille leur donnera un peu de chacune des 2 Matsot et leur ajoutera à partir d’autres Matsot pour arriver à la quantité de Kazaït. Les convives – qui ne consomment pas des Matsot qui se trouvent dans les mains du chef de famille - ne sont donc pas tenus de consommer 2 quantités de Kazaït, et il leur est suffisant – selon tous les avis - d’en consommer qu’un seul.
Les convives ne consomment donc lors de « Motsi Matsa » qu’un seul Kazaït.
Même le chef de famille, si pour une raison quelconque n’a consommé qu’un seul Kazaït, il est quitte Bédi’avad (a posteriori) de son obligation. Par manque de temps, nous ne pouvons nous étendre davantage sur les explications de ce Din.

Le 2ème « Kazaït »
Ensuite, lorsqu’on arrive à « Korèh’ », on prend une quantité de Kazaït de la 3ème Matsa qui se trouve dans le plateau du Seder, on la joint à une quantité de Kazaït de Maror (laitue) et on trempe le tout dans la H’arossete en disant : « En souvenir du Temple, selon l’opinion de Hillel ». On consomme ensuite le tout en s’accoudant sur la gauche. Au total, le chef de famille a consommé jusqu’à présent 3 quantités de Kazaït de Matsa, alors que les convives en ont consommé seulement 2.

Le 3ème « Kazaït »
Lorsqu’on arrive à la fin du repas à Tsafounn, on consomme de la Matsa qui a été conservée par l’un des convives pour l’Afikomann (lors de « Yah’ats », on a brisé la Matsa du milieu en 2 parties et l’on a confié une des 2 parties à un convive pour qu’il la préserve pour l’Afikomann. C’est de cette Matsa que l’on consomme à présent pour « Tsafounn »). Le chef de famille consomme de cette Matsa une quantité supplémentaire de Kazaït (pour les autres convives, on donnera d’une autre Matsa et on ajoutera un peu de la Matsa de l’Afikomann.) Cette Matsa doit être aussi consommée accoudé. Il faut être très vigilant à consommer cette quantité de Kazaït de l’Afikomann en étant accoudé, car si l’on oublie de s’accouder, il faudra la consommer de nouveau et il est fort probable que l’on ne s’acquittera pas de son obligation puisque cette consommation se fera de façon forcée, ce qui ne constitue pas une consommation conforme à la Halacha.

Certain s’imposent la H’oumra (rigueur) de consommer 2 quantités de Kazaït, un en souvenir du Sacrifice de Pessah’, et un en souvenir de la Matsa qu’ils consommaient avec le Sacrifice de Pessah’. Le chef de famille a donc jusqu’à présent consommé 5 quantités de Kazaït s’il s’impose la rigueur d’en consommer 2 pour « Tsafounn ». Sinon, il en aura consommé 4. Alors que les convives en consomment 4 s’ils s’imposent la rigueur. Sinon, ils n’en consomment que 3.

En conclusion: Pour « Motsi Matsa », le chef de famille consomme 2 quantités de Kazaït de Matsa. Les autres convives qui ne consomment pas de la Matsa qui se trouve dans les mains du chef de famille, ne consomment qu’un seul Kazaït. Pour « Korèh’ », chacun consomme un seul Kazaït de Matsa. Pour « Tsafounn », chacun consomme un seul Kazaït de Matsa. Certains s’imposent la rigueur d’en consommer 2 quantités de Kazaït.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

La demande des pluies (Barèh’ ‘Alénou) – La pluie inclue tous les domaines matériels

Hier soir, mardi 12 octobre au soir (soir du 7 H’echvan) – nous avons commencé (en Erets Israël) à demander les pluies dans la ‘Amida de ‘Arvit. De ce fait, nous allons revenir sur les règles relatives à ce point, avec quelques ajouts. L&rs......

Lire la Halacha

L’interdit de manger et de se laver le jour de Yom Kippour

Quelques règles de Yom Kippour Tout le monde a le devoir de jeûner pour Yom Kippour, y compris les femmes enceintes ou celles qui allaitent. Toute femme qui craint que le jeûne risque de porter atteinte à sa santé, doit consulter une autorité Halachique comp......

Lire la Halacha

A partir de quand la sainteté de la 7ème entre-t-elle en vigueur sur les fruits et légumes? – Précisions supplémentaires sur le « Héter Méh’ira »

Dans des précédentes Halachot, nous avons expliqué que tous les végétaux qui poussent en Israël cette année (5782) - qui est une année de Chémita - dans des terrains appartenant à des juifs, sont soumis à la sainteté d......

Lire la Halacha


Lorsqu’on oublie de dire Barèh’ ‘Alénou

Dans la une précédente Halacha, nous avons expliqué de façon générale le Din selon lequel nos maîtres ont instauré de demander les pluies dans la bénédiction de Birkatt Ha-Chanim de la prière quotidienne, depuis le 7 Mar- H&......

Lire la Halacha

La règle de la 7ème année pour un jardin en commun

Cette année (5782), est une année de Chémita, et nous avons déjà expliqué dans les précédentes Halachot les principes du devoir de Chémita. Parmi ces principes, l’interdiction d’ensemencer ou de travailler d’une quelcon......

Lire la Halacha

Faire germer un noyau d’avocat, ainsi que la bénédiction sur des végétaux qui poussent sur l’eau

Question: Quelle est la bénédiction sur des légumes qui ne poussent pas sur le sol mais seulement sur l’eau? De même, est-il permis de planter des végétaux qui poussent sur l’eau pendant la Chémita? Réponse: La béné......

Lire la Halacha

Les travaux agricoles permis et interdits pendant la 7ème année

Dans cette Halacha ainsi que dans la suivante, nous expliquerons les principales règles qui touchent le traitement des jardins esthétiques pendant la 7ème année. Nous n’expliquerons pas tous les cas pratiques sur ce point, car les habitants de l’étrang......

Lire la Halacha