Halacha pour mercredi 28 Shevat 5781 10 février 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Mi'haël Ben Ra'hel (Michaël Saura de Lyon)
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Desiré Yaakov Ben Sa'ida (Bensoussan)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon,
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Accompagner pendant Chabbat un enfant ou une femme sur le point d’accoucher – Un enfant enfermé seul dans une pièce

Question: Lorsqu’on appelle une ambulance pendant Chabbat afin d’accompagner un enfant malade ou une femme sur le point d’accoucher, qui est autorisé à se joindre au malade dans l’ambulance pour l’accompagner à l’hôpital?

Réponse: Nos maitres enseignent dans la Guémara Chabbat (128b):
« Si la femme sur le point d’accoucher a besoin d’une bougie, son amie lui allume une bougie. »
Cela signifie que si la femme sur le point d’accoucher réclame qu’on lui allume une bougie, il faut lui allumer une bougie pendant Chabbat, car la femme sur le point d’accoucher fait partie de la catégorie des malades en danger, et il faut transgresser le Chabbat pour elle.
La Guémara s’étonne: « C’est évident ! »
C'est-à-dire: quelle est la nouveauté enseignée dans ces propos? Il est évident que l’on doit transgresser le Chabbat pour elle!
La Guémara répond qu’il s’agit ici d’une femme totalement aveugle, et de ce fait, elle n’a en réalité aucune utilité directe de cette bougie, et malgré tout, si elle réclame qu’on lui allume une bougie afin que son amie puisse voir dans la pièce et l’assister au cas où il se produirait quelque chose, il faut dans ce cas lui allumer la bougie.
Et la Guémara termine ses propos en précisant: « Afin d’apaiser l’esprit de la femme sur le point d’accoucher », afin de l’apaiser au moment où elle se trouve en danger.

A partir de là, le Gaon auteur  du ‘Hazon Ich déduit (Lettres du ‘Hazon Ich vol.1 chap.141) qu’il faut empresser la personne qui accompagne la femme sur le point d’accoucher de se joindre à elle dans l’ambulance pendant Chabbat, car il est certain que l’esprit de la femme n’est pas apaisé, et elle est susceptible d’en arriver à se mettre en danger en conséquence de la pression du fait d’être seule.  C’est pourquoi, il faut se joindre à elle dans l’ambulance qui l’amène à l’hôpital, et ne pas la laisser partir seule.

A fortiori lorsqu’il s’agit d’un enfant malade et en danger qui part à l’hôpital pendant Chabbat, qu’il est une obligation sur l’un de ses proches, son père ou sa mère ou autre, de l’accompagner et de se joindre à lui dans l’ambulance, car l’enfant peut être en danger en constatant qu’il est seul.

Ces choses sont expliquées dans la Guémara Yoma (84a) où il est question d’un enfant enfermé seul dans une maison pendant Chabbat, et la Guémara tranche qu’il faut dans ce cas briser la porte pendant Chabbat et sortir l’enfant, et « celui qui s’empressera de le faire est digne de la louange ».
Cela signifie que même s’il existe un interdit de la Torah de briser une porte pendant  Chabbat, malgré tout, si un enfant en bas âge est enfermé seul dans une pièce, il est forcément très effrayé, et il faut briser la porte pendant Chabbat pour le délivrer, afin qu’il ne soit pas en danger ou perturbé psychologiquement par cette grande peur.
Il est donc certain que le fait d’accompagner un enfant pendant Chabbat dans une ambulance fait partie de cette règle, et il faut donc se joindre à lui et ne pas le laisser seul.

Cependant, il faut préciser qu’il ne faut pas non plus dépasser les limites dans ce domaine, car les décisionnaires ont autorisé à accompagner la femme sur le point d’accoucher uniquement une personne susceptible d’apaiser son esprit, comme son mari ou sa mère, ou sa sœur par exemple. Mais les gens qui ont l’usage de laisser plusieurs personnes de la famille se joindre à la femme sur le point d’accoucher ou à l’enfant malade dans l’ambulance qui l’emmène à l’hôpital, ces gens transgressent le Chabbat involontairement par pure ignorance (une faute commise involontairement parce qu’on n’a pas étudié compte comme une faute volontaire selon le Pirké Avot chap.4).

Il est vrai que dans certains cas spécifiques on peut autoriser deux personnes à accompagner la femme sur le point d’accoucher, en particulier lorsqu’elle le réclame elle-même explicitement (par exemple, lorsque sa mère insiste pour accompagner sa fille dans l’ambulance, et que la femme demande à son mari de l’accompagner, car la présence de sa mère ne lui suffit pas, dans un tel cas, on peut autoriser le mari à se joindre à sa femme dans son transport à l’hôpital.)

Il est évident qu’il est interdit aux accompagnateurs de rentrer chez eux en voiture pendant Chabbat, car l’autorisation n’est applicable que pour le transport à l’hôpital où ils attendront jusqu’à la sortie de Chabbat, et ils pourront ensuite rentrer chez eux à leur guise.

En conclusion: Un enfant ou une femme sur le point d’accoucher qui nécessitent d’être transportés à l’hôpital pendant Chabbat en raison du danger, il est permis à un proche de se joindre à eux pendant le transport afin de les apaiser. Cependant, on ne doit autoriser qu’une seule personne accompagnatrice, sauf si la présence de deux personnes est vitale pour le malade.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Chabbat Zah’or – Le corona

« Souviens-toi de ce que t’as fait ‘Amalek » Le Chabbat qui précède Pourim (ce Chabbat 20 février), lors de l’ouverture du Héh’al à la synagogue, nous sortons 2 Sifré Torah. Dans le 1er nous lirons la Paracha de la semain......

Lire la Halacha

La fête de Pessa’h 5781

Nos maitres enseignent dans la Tossefta (Pessa’him chap.3): « On questionne et on commentent les règles relatives à Pessa’h 30 jours avant Pessa’h. » Selon cela, les Rabbanim du peuple d’Israël ont l’usage à toutes les gén&......

Lire la Halacha

Le devoir de Matanot La-Evyonim – Le Corona

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha

L’obligation du repas de Pourim cette année (5781)

Le repas de Pourim la nuit La fête de Pourim diffère des autres fêtes que nous possédons car pour toutes les fêtes, la Mitsva de se réjouir par un repas, est en vigueur aussi bien la journée que la nuit, alors que pour la fête de Pourim, le devoir......

Lire la Halacha


Les jours de Pourim - La règle de « Michloah’ Manott » - 5781

Les jours de Pourim Dans environ 15 jours, tomberont les jours de Pourim. Cette année, nous devons expliquer quelques règles spécifiques. D’abord, parce que le 14 Adar (jour de Pourim) tombe un vendredi. Ensuite, parce que les habitants de Jérusalem devront cett......

Lire la Halacha

Michloa’h Manott envoyé conjointement par une épouse et son mari

Question: Je suis chez moi pour Pourim, et je n’envois pas moi-même le Michloa’h Manott. Puis-je m’acquitter de mon obligation en me joignant au Michloa’h Manott envoyé par mon mari? Réponse: Nous devons d’abord expliquer le statut des femmes vis-......

Lire la Halacha

La Mitsva de se réjouir et d’étudier la Torah le jour de Pourim

Il est un devoir de faire un grand repas le jour de pourim. Léh’atéh’ila (selon le Din à priori), il faut consommer du pain lors de ce repas. Le RAMBAM écrit (chap.2 des règles relatives à la Méguila, règle 15): Comment devons-......

Lire la Halacha

Le prénom du père ou le prénom de la mère? – Hachkava et prière pour un malade

Question: Lorsque l’on prie pour une personne malade afin qu’elle guérisse, faut-il mentionner son nom dans la prière ou non ? Si l’on doit mentionner le nom du malade, doit-on mentionner son prénom ainsi que celui de sa mère ou bien celui de son p&egrav......

Lire la Halacha