Halacha pour mercredi 7 Shevat 5781 20 janvier 2021

Pour l'élévation des âmes de:
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l

Pour la guérison totale et rapide de:
Mi'haël Ben Ra'hel (Michaël Saura de Lyon)
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Desiré Yaakov Ben Sa'ida (Bensoussan)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon,
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Le respect envers le pain

Question: Selon notre tradition, le jour de Chabbat, le chef de famille coupe le pain, mais étant donné que le convives sont nombreux à table, il jette à chacun des convives un moreau de pain. Cette tradition est-elle juste selon la Halacha?

Réponse: Il est expliqué dans la Guémara traité Béra’hott (46a) que le jour de Chabbat, il ne faut pas honorer l’un des convives à procéder au Motsi et à rompre le pain, c’est uniquement le chef de famille qui coupe lui-même le pain, et le distribue aux convives.
Ceci, pour la raison évidente de donner un morceau généreux, en distribuant un beau morceau de pain, comme une quantité de Kazaït (27 g) (il existe une raison Kabbalistique à cela, comme écrit dans le Zohar Ha-Kadoch sur ‘Ekev).
C’est pourquoi, votre tradition - selon laquelle le chef de famille rompt le pain et le distribue à chacun – est une tradition juste, et c’est ainsi que l’on agit dans toutes les communautés du peuple d’Israël.

Par contre, votre usage selon lequel le chef de famille jette le morceau de pain à chacun des convives, nécessite réflexion.
En effet, les Tossafott écrivent (Béra’hott 50b) que jeter (ou lancer) le pain est interdit, même lorsqu’il ne se détériorera pas en le jetant, car il y a une rigueur particulière concernant le pain, envers lequel il faut se comporter avec respect. Or, le fait de le jeter constitue un acte humiliant envers le pain. C’est pourquoi, ils écrivent qu’il faut interdire de jeter le pain en toute situation. L’opinion des Tossafott sur ce point est partagée par de nombreux autres de nos maitres les décisionnaires médiévaux.

Cependant, le RACHBA écrit au nom de Rabbénou Haï GAON que l’on peut autoriser le fait de jeter (lancer) le pain, lorsqu’il ne se détériorera pas pour autant, au même titre qu’il est permis de lancer d’autres aliments lorsqu’ils ne se détérioreront pas. (Par exemple, il est permis de lancer des bonbons enveloppés de leur emballage en l’honneur des mariés).
Et il n’y aurait là aucune crainte d’acte humiliant envers le pain.

Dans la pratique, MARAN écrit dans le Choul’han ‘Arou’h (chap.171) qu’il est interdit de jeter du pain d’un endroit vers un autre, même lorsqu’on le jette vers un endroit où il ne risque pas de se détériorer, car le fait de le jeter constitue une plus grande humiliation que le fait d’en faire une utilisation quelconque.
Nous devons évidement accepter les propos de MARAN auteur du Choul’han ‘Arou’h.

Il est vrai que de grands ADMORIM (chefs ‘Hassidiques) avaient l’usage de jeter le pain aux convives, en particulier lorsqu’il s’agissait d’une très longue table.
Certains décisionnaires des derniers siècles justifient cet usage.
Le Gaon Rabbi ‘Haïm de TSANZ (dans ses notes) écrit qu’étant donné que selon de nombreux décisionnaires médiévaux on peut autoriser la chose, et que tel est l’usage, on peut donc autoriser. Mais il écrit lui aussi qu’une personne religieusement consciencieuse devra craindre la chose et s’en abstenir.

Particulièrement vis-à-vis du pain sur lequel on récite la bénédiction le jour de Chabbat, puisque le Péri Mégadim écrit (voir Michna Béroura chap.197 note 88) que selon tous les avis il est interdit de le jeter (lancer), car il y a là une humiliation envers une Mitsva.
Par conséquent, le plus juste pour toute personne craignant Hachem est de s’abstenir d’un tel usage, qui s’oppose au sens le plus simple des propos des décisionnaires (en particulier du fait que l’humiliation du pain peut entraîner la pauvreté).

En conclusion: Le chef de famille coupe le pain et en distribue un beau morceau à chacun des convives. Il ne doit pas jeter (lancer) le morceau de pain devant les convives, mais leur faire passer au moyen d’une assiette ou par un autre moyen.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Les ustensiles de Péssa’h

Pendant Péssa’h, on ne doit pas utiliser les ustensiles que l’on a utilisé durant toute l’année, car ces ustensiles dans lesquels on a cuisiné toute l’année ont contenus des aliments chauds, et les parois de ces sutensiles ont « a......

Lire la Halacha

Chabbat Zah’or – Le corona

« Souviens-toi de ce que t’as fait ‘Amalek » Le Chabbat qui précède Pourim (ce Chabbat 20 février), lors de l’ouverture du Héh’al à la synagogue, nous sortons 2 Sifré Torah. Dans le 1er nous lirons la Paracha de la semain......

Lire la Halacha

Les ustensiles pour Pessah’ – Les communautés qui ont des usages rigoureux

Nous avons expliqué qu’il faut utiliser durant Pessah’ uniquement des ustensiles qui n’ont pas absorbés de H’amets, c'est-à-dire, des ustensiles neufs (ou des ustensiles réservés pour Pessah’), ou bien des ustensiles qui ont &eacut......

Lire la Halacha

La fête de Pessa’h 5781

Nos maitres enseignent dans la Tossefta (Pessa’him chap.3): « On questionne et on commentent les règles relatives à Pessa’h 30 jours avant Pessa’h. » Selon cela, les Rabbanim du peuple d’Israël ont l’usage à toutes les gén&......

Lire la Halacha


Le devoir de Matanot La-Evyonim – Le Corona

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha

L’obligation du repas de Pourim cette année (5781)

Le repas de Pourim la nuit La fête de Pourim diffère des autres fêtes que nous possédons car pour toutes les fêtes, la Mitsva de se réjouir par un repas, est en vigueur aussi bien la journée que la nuit, alors que pour la fête de Pourim, le devoir......

Lire la Halacha

Les jours de Pourim - La règle de « Michloah’ Manott » - 5781

Les jours de Pourim Dans environ 15 jours, tomberont les jours de Pourim. Cette année, nous devons expliquer quelques règles spécifiques. D’abord, parce que le 14 Adar (jour de Pourim) tombe un vendredi. Ensuite, parce que les habitants de Jérusalem devront cett......

Lire la Halacha

La Mitsva de se réjouir et d’étudier la Torah le jour de Pourim

Il est un devoir de faire un grand repas le jour de pourim. Léh’atéh’ila (selon le Din à priori), il faut consommer du pain lors de ce repas. Le RAMBAM écrit (chap.2 des règles relatives à la Méguila, règle 15): Comment devons-......

Lire la Halacha