Halacha pour mardi 21 Tevet 5781 5 janvier 2021

Pour la guérison totale de Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN) parmi tous les malades d'Israël

Pour l'élévation des âmes de:
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)

Pour la guérison totale et rapide de:
Ethan Chlomo Ben Yoni parmi tous les malades d'Israël Amen
Jacques Jacky Yaakov Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

Parler entre la ‘Amida et la répétition

Question: Est-il permis de parler entre la ‘Amida et la répétition de l’officiant?

Réponse: Lorsque l’on termine la ‘Amida à voix basse, on doit attendre en silence la répétition de l’officiant, et l’on ne doit absolument pas bavarder entre la ‘Amida et la répétition. Il n’y a pas de différence sur cette règle entre les hommes et les femmes, pour toute personne qui prie à la synagogue où il y a un officiant qui dirige l’office, l’attitude la plus juste est de ne pas parler entre la ‘Amida et la répétition de l’officiant.

« Hachem Chama’ti Chim’a’ha, Yaréti »
Cependant, les décisionnaires débattent au sujet de versets ou de Piyoutim (poèmes liturgiques) spécifiques qui ont été instaurés entre la ‘Amida et la répétition de l’officiant, comme le Piyout « Hachem Chama’ti Chim’a’ha, Yaréti » que l’on dit lors des Yamim Noraïm (Roch Ha-Chana et Yom Kippour) avant la répétition de l’officiant. Est-il permis de dire ces Piyoutim, ou bien étant donné qu’il est interdit de s’interrompre entre la ‘Amida et la répétition, même un tel Piyout ne doit pas être dit avant la répétition?

Dans la pratique, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit (Chou’t Yé’havé Da’at vol.5 chap.42) qu’il est permis de dire le Piyout « Hachem Chama’ti Chim’a’ha, Yaréti » entre la ‘Amida et la répétition de l’officiant.
Il est préférable que l’officiant lui-même se taise et ne dise pas ce Piyout, car selon les propos du ARI zal, il y a une véritable faute dans le fait de s’interrompre verbalement entre la ‘Amida et la répétition. Mais le reste de l’assemblée peut dire ce Piyout.
En cas de nécessité, il leur est même permis de dire des paroles de Torah à voix basse entre la ‘Amida et la répétition. Seule une conversation profane est interdite.

Les propos du Ben Ich ‘Haï
Le Gaon Rabbenou Yossef ‘HAÏM z.ts.l écrit dans son livre Ben Ich ‘Haï (Térouma) que lorsqu’on se trouve entre la ‘Amida et la répétition de l’officiant « on ne doit pas parler, ni même étudier des enseignements de Torah ».
Ces propos se basent sur ceux de notre maitre le ARI zal mentionnés plus haut.
Cependant, notre maitre le Rav z.ts.l émet une remarque sur ses propos (Halichott ‘Olam vol.1 page 191), et il réfute son opinion en disant que si l’on désire consulter un livre afin de ne pas rester oisif, il est permis de le faire. Particulièrement du fait que selon le strict Din, il est permis d’étudier à ce moment là, même en prononçant les paroles avec la bouche à voix basse, comme nous l’avons écrit.
Mais l’officiant lui-même ne doit pas s’interrompre, même pour une nécessité d’étude d’enseignements de Torah.

En conclusion: Même si l’on ne doit pas parler entre la ‘Amida et la répétition de l’officiant, il est malgré tout permis d’étudier en silence dans un livre. Certains décisionnaires autorisent même d’étudier à voix basse à partir d’un livre, comme quelqu’un qui lit des Téhilim. Mais l’officiant lui-même ne doit absolument pas s’interrompre entre la ‘Amida et la répétition.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Suite des règles de priorité dans les bénédictions alimentaires

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que dans certaines situations il faut donner priorité à un certain aliment du fait de son importance, par exemple un des sept fruits d’Israël. A présent, nous allons expliquer qu’il y a des cas......

Lire la Halacha

Sucer un fruit

Question: Lorsqu’on suce une orange ou un pamplemousse, sans mâcher avec les dents, doit-on réciter la bénédiction de Boré Péri Ha-‘Ets au même titre que la bénédiction que l’on doit réciter lorsqu’on mange u......

Lire la Halacha

Faire des biscottes ou des croûtons le Chabbat

Question: est-il permis le jour de Chabbat de mettre des tranches de pain ou une pita sur la plaque chauffante afin qu’ils durcissent et deviennent grillés comme des biscottes ou des croûtons? Réponse : concernant cette question, deux problèmes sont à ......

Lire la Halacha

Règles relatives à la bénédiction des fruits

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué qu’il existe un ordre de priorité aux bénédictions alimentaires. Par exemple, lorsqu’on s’apprête à consommer des dattes et des pommes, on doit réciter la bén&eac......

Lire la Halacha


Suite des règles de l’ordre de priorité dans les bénédictions alimentaires

Conclusions des règles déjà apprises Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué qu’il existe un certain ordre dans la récitation des bénédictions alimentaires. Parfois, cet ordre dépend de l’importance de l&r......

Lire la Halacha

Lorsqu’on a oublié de réciter les bénédictions du matin

Les bénédictions du matin – depuis la bénédiction de Elo-haï Néchama jusqu’à la fin des bénédictions sur la Torah – sont une obligation pour tous, les hommes comme les femmes, comme nous l’avons déjà e......

Lire la Halacha

S’assoir sur de la nourriture

Question: Est-il vrai qu’il est interdit de s’assoir sur une caisse contenant de la boisson ou de la nourriture? Réponse: Il est expliqué dans le traité Béra’hot (50b) qu’il est interdit de se comporter de façon humiliante envers de la no......

Lire la Halacha

Une femme qui a oublié de réciter les bénédictions sur la Torah

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que lorsqu’on a oublié de réciter les bénédictions sur la Torah et qu’on s’en rend compte après avoir terminé la prière du matin, on ne peut plus les ré......

Lire la Halacha