Halacha pour jeudi 17 Kislev 5781 3 décembre 2020

Pour l'élévation des âmes de:
Mess’od ben Ra’hel Vé-Yossef
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Le Tsaddik Rabbi David ‘Hananya Ben Mazal PINTO
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Cas pratiques concernant l’allumage des Nérot ‘Hanouka – Quelqu’un qui n’a pas assez de Nérot

Nos maitres enseignent (Guémara Chabbat 21b):
Ceux qui embellissent doublement la Mitsva, comment agissent-ils ? Les élèves de Hillel disent: le 1er jour, on allume un Ner. A partir delà, on en ajoute un chaque soir.

Cela signifie, que chaque jour de la fête de ‘Hanouka, nous ajoutons un Ner supplémentaire. Le 1er jour, on allume un seul Ner, le 2ème jour 2 Nérot, et ainsi de suite. C’est ainsi que tranche MARAN dans le Choul’han ‘Arou’h (chap.671):
« Combien de Nérot doit-on allumer ? Le 1er soir, on allume un Ner, et à partir de là on en ajoute un chaque soir, jusqu’au dernier soir où il y aura donc 8 Nérot, et ceci même si les membres du foyer sont nombreux, dans tous les cas on ne doit pas allumer plus que ce compte. »

Nous apprenons de là que selon la règle stricte, il est suffisant que chaque foyer allume chaque soir un seul Ner (puisque l’ajout graduel d’un Ner chaque soir n’est qu’un embellissement de la Mitsva).
Par conséquent, une personne nécessiteuse qui se nourrit de la Tsédaka, doit vendre ce qu’elle possède afin de se procurer un peu d’huile ou des bougies en cire pour allumer un seul Ner ‘Hanouka chaque soir. Tout ceci, en raison de la préciosité de la Mitsva d’allumer les Nérot ‘Hanouka, au sujet de laquelle nos maitres disent (selon la version de Rabbénou ‘Hanan’el sur Chabbat 23a) : celui qui est vigilant vis-à-vis du Ner ‘Hanouka, aura des enfants érudits dans la Torah.
Il s’agit là de la plus grande Ségoula (remède) pour réussir l’éducation des enfants.

Ces dernières générations, grâce à l’importante abondance dont nous gratifie Hachem, on ne trouve quasiment plus de gens qui ne possèdent pas d’huile ou de bougies pour allumer les Nérot ‘Hanouka.
Malgré cela, il peut arriver qu’une personne se trouve en déplacement et soit dans une situation où elle n’aurait pas suffisamment de Nérot.
Si elle n’a de quoi allumer qu’un seul Ner, il ne fait aucun doute qu’elle doit l’allumer (quel que soit le soir de la fête), et ainsi s’acquitter du devoir essentiel de la Mitsva d’allumer les Nérot de ‘Hanouka.

Cependant, les décisionnaires débattent sur le cas de quelqu’un qui se trouve le 3ème soir de la fête de ‘Hanouka, et qui n’a que 2 Nérot.
Doit-il allumer qu’un seul Ner conformément à la stricte règle, ou bien est-il préférable qu’il allume les 2 Nérot, afin d’accomplir « l’embellissement de la Mitsva » au moins avec un Ner supplémentaire (à défaut de 2 Nérot supplémentaires d’embellissement de la Mitsva)?

Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l traite de ce cas dans son livre ‘Hazon Ovadia-‘Hanouka (page 31), et il prouve clairement que dans un tel cas il est plus juste d’allumer un seul Ner, car un ajout de Nérot non conforme au nombre de jours n’est absolument pas considéré comme un embellissement. Il cite de nombreux autres décisionnaires des derniers siècles qui tranchent ainsi, et parmi eux, le ‘Hayé Adam, le Michna Béroura et le Beit Ha-Lévy.

Quelqu’un qui ne possède que 2 Nérot et qui se trouve le 2ème soir de ‘Hanouka, sachant que s’il allume ce soir les 2 Nérot, il n’aura plus de quoi allumer le lendemain, il doit allumer dans un tel cas un seul Ner afin qu’il ait de quoi accomplir la Mitsva d’allumer le Ner de ‘Hanouka également le lendemain. (‘Hazon Ovadia-‘Hanouka page 29).

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Les choses qui provoquent les pertes de mémoire

Les 5 choses qui provoquent l’oubli de l’étude Il est ramené dans la Guémara Horayot (13b): Nos maîtres enseignent: il y a 5 situations qui provoquent l’oubli de l’étude: lorsqu’on consomme les restes de nourritures consommés p......

Lire la Halacha

Observer l’arc en ciel

La personne qui observe l’arc en ciel  Nos maîtres enseignent dans la Guémara H’aguiga (16a): Celui qui observe l’arc en ciel, ses yeux s’affaiblissent, comme il est dit (dans le livre du prophète Yéh’ezkel 1-28): « Tel l'......

Lire la Halacha

Est-ce que goûter un aliment nécessite une bénédiction?

Nous avons déjà eu l’occasion d’expliquer - au sujet des bénédictions alimentaires que nous récitons avant de consommer, comme la bénédiction de « Chéhakol » ou celle de « Mézonot »......

Lire la Halacha


A partir de quand la sainteté de la 7ème entre-t-elle en vigueur sur les fruits et légumes? – Précisions supplémentaires sur le « Héter Méh’ira »

Dans des précédentes Halachot, nous avons expliqué que tous les végétaux qui poussent en Israël cette année (5782) - qui est une année de Chémita - dans des terrains appartenant à des juifs, sont soumis à la sainteté d......

Lire la Halacha

Interruption entre la bénédiction et la consommation

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que lorsqu’on récite une bénédiction sur un aliment, il est interdit de prononcer la moindre parole, jusqu’à ce que l’on consomme l’aliment. Nous avons écrit qu’il fa......

Lire la Halacha

La demande des pluies (Barèh’ ‘Alénou) – La pluie inclue tous les domaines matériels

Hier soir, mardi 12 octobre au soir (soir du 7 H’echvan) – nous avons commencé (en Erets Israël) à demander les pluies dans la ‘Amida de ‘Arvit. De ce fait, nous allons revenir sur les règles relatives à ce point, avec quelques ajouts. L&rs......

Lire la Halacha

Quand peut-on parler après avoir réciter une bénédiction sur un aliment?

Question: A quel moment est-il permis de parler lorsqu’on a récité une bénédiction sur un aliment ? Est-il permis de parler immédiatement après avoir introduit l’aliment dans la bouche et après avoir ressentit le goût de l’alim......

Lire la Halacha