Halacha pour mardi 18 Tishrei 5781 6 octobre 2020

Pour l'élévation des âmes de:
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme Marciano z’’l de Lyon)
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef z’’l
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin Elhadad de Lyon) z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna (Bensaid de Lyon) z’’l 
Richard Amram ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon

Pour la guérison totale et rapide de:
Betty Rivka Bat Sultana
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (Steboun) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

La pluie dans la Soukka

Il y a des endroits – comme dans l’état de New York ou en France – où la pluie tombe fréquemment pendant la fête de Soukkot. Il est également arrivé qu’il pleuve en Israël pendant Soukkot.

En Israël, la pluie pendant Soukkot n’est pas un signe de bénédiction, comme l’enseignent nos maitres: A quoi la chose est comparable ? A un serviteur qui sert un verre d’eau à son maitre, et celui-ci lui verse la carafe au visage.
Cela signifie qu’il ne désire pas les actions du serviteur.
De même, lorsqu’il pleut pendant Soukkot, tout le monde sort de la Soukka, et il semble qu’Hachem ne désire pas que l’on siège dans la Soukka.

Quoi qu’il en soit, nous devons définir la façon d’agir lorsqu’il pleut pendant Soukkot.

Si quelqu’un était en train de manger sous la Soukka, lorsque soudainement une forte pluie a commencé à tomber (de sorte que si un plat était posé sur la table, il se serait détérioré par la pluie. Rachi sur Soukka 29a), il doit sortir de la Soukka et entrer dans la maison, et il y poursuivra son repas.
Même s’il n’y a pas concrètement de plat qui se détériore sur la table, par exemple si l’on mangeait une pâtisserie sous la Soukka, et qu’il n’y a rien à table qui pourrait se détériorer par une pluie pas très forte, même dans ce cas on ne doit pas rester sous la Soukka dans une telle situation, et l’on doit entrer dans la maison. (Choul’han ‘Arou’h chap.639-5).

Si au milieu du repas, pendant que l’on est à l’intérieur de la maison, la pluie cesse, il n’y a pas d’obligation de retourner sous la Soukka pour y poursuivre le repas. Seulement à titre de ‘Houmra (rigueur non exigée par la Halacha), si on désire retourner sous la Soukka pour y poursuivre le repas, on est digne de la Bénédiction (Chou’t Yabiya’ Omer vol.9 chap.63).
Tout ceci pendant les autres jours de la fête, mais le 1er soir de Soukkot, il y a une obligation de retourner sous la Soukka à l’instant où la pluie cesse, et d’y consommer un Kazaït (27g) de pain.

La règle selon laquelle on doit rentrer à l’intérieur de la maison s’il pleut, est la même dans le cas où l’on est en train de manger sous la Soukka lorsque un vent fort se met à souffler et que des brindilles du Ska’h se détachent à l’intérieur de la Soukka et qu’il est difficile de supporter la chose, même dans ce cas on est autorisé à rentrer à l’intérieur de la maison et y poursuivre le repas.

Si le Ska’h est épais au point de ne pas laisser la pluie filtrer, il faut manger sous la Soukka, et l’on peut même réciter la bénédiction de « Lichev Bassouka » au moment du repas. (‘Hazon Ovadia-Soukkot page 185 au nom du Bikouré Ya’akov).

Lorsqu’on est exempt de la Soukka à cause des pluies, si malgré cela on s’impose la rigueur d’y prendre son repas, on est qualifiable de « personne insignifiante », et l’on ne reçoit aucune récompense sur cela. (RAMA chap.639). Si l’on a aussi récité la bénédiction de Lichev Bassouka dans un tel cas, cette bénédiction est une bénédiction en vain.

Lorsqu’on sort de la Soukka à cause de la pluie, on ne doit pas le faire avec dédain envers la Soukka (comme lorsqu’on est heureux de se débarrasser d’un poids), mais avec soumission, comme un serviteur qui vient servir un verre d’eau à son maitre et que celui-ci lui verse la carafe au visage, car dans ce cas le serviteur doit se comporter avec soumission et non avec colère ou autre.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

La tradition du Tikoun de Chavou’ot (veillée de Chavou’ot)

La tradition est répandue au sein de toutes les communautés d’Israël de rester éveillés durant la nuit de Chavou’ot et d’étudier la Torah jusqu’à l’aube, comme il est écrit dans le Zohar Ha-Kadoch: Les premiers &lsq......

Lire la Halacha

Bénédictions alimentaires et lecture du Chéma’ la nuit de Chavou’ot

Dans la précédente Halacha, nous avons fais mention de la tradition de la veillée de Chavou’ot, durant laquelle nous restons éveillés pour étudier la Torah. Lecture du « Tikkoun » imprimé dans le livre « Kérié ......

Lire la Halacha

Multiplier constamment les demandes personnelles – Une étincelle d’esprit prophétique

Question: Est-il correct de renouveler la même demande en insistant auprès d’Hachem, en le suppliant pour la même chose chaque jour, ou bien faut-il cesser de demander cette chose si l’on voit que l’on n’est pas exaucé? Réponse: Il est ense......

Lire la Halacha

La lecture du Chéma’ du coucher pour les femmes, ainsi qu’après ‘Hatsot (après le milieu de la nuit)

Dans la Halacha précédente, nous avons expliqué que le soir, avant de se coucher, il faut réciter le Chéma’, précédé de la bénédiction de Hamapil, et que cette bénédiction, comme toutes les bénédi......

Lire la Halacha


Se promener avec un chien pendant Chabbat

Question: Lorsqu’on possède un chien destiné à la distraction ou bien un chien guide-aveugle, est-il permis de le déplacer pendant Chabbat? De même, est-il permis de sortir dans les rues avec un tel chien? Réponse: Nous avons déjà expli......

Lire la Halacha

Lire le Chéma’ au coucher

Question: Y a-t-il une obligation de lire le Chéma’ avant d’aller dormir? Dans les Siddourim (les livres de prières), le Chéma’ du coucher est précédé de la bénédiction de « Hamapil », doit-on la r&eacut......

Lire la Halacha

Tsédaka pour une guérison

Question: Est-il permis d’offrir une somme d’argent à la Tsédaka, pour la guérison d’une personne, ou pour toute autre demande, ou bien il n’est pas convenable d’agir ainsi puisque l’action n’est pas réalisée « L&eacu......

Lire la Halacha

La répétition de la ‘Amida

Une fois que chacun a récité sa ‘Amida à voix basse, nos maîtres ont instauré que le ‘Hazzan (l’officiant) répète la ‘Amida à haute voix, afin d’acquitter les éventuelles personnes qui ne sauraient pas prier.......

Lire la Halacha