Halacha pour dimanche 28 Shevat 5779 3 février 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme
de la jeune fille Ori Bat Noa z’’l
assassinée sauvagement par un terroriste parce que juive
Qu’Hachem venge son sang Amen

Pour l'élévation de l'âme de Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala
Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l
Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de
Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

La quantité alimentaire à consommer pour être tenu de réciter la bénédiction finale

Avant de consommer quoi que ce soit, nous avons le devoir de réciter la bénédiction initiale propre à l’aliment, par exemple « Chéhakol » ou « Boré Péri Ha’Ets », même si l’on n’en consomme qu’une infime partie, à la condition qu’on le consomme à titre de nourriture (car si on consomme un aliment seulement pour le goûter afin d’évaluer s’il est suffisamment assaisonné, on ne récite aucune bénédiction avant de le consommer).
C’est pourquoi, lorsqu’on mâche un chewing gum qui possède un goût, bien que l’on n’avale réellement que le goût, on doit réciter au préalable la bénédiction de « Chéhakol Nihya Bidvaro ».
Il en est de même pour les boissons.
Même si l’on n’en consomme qu’une très petite quantité, on doit réciter au préalable la bénédiction de « Chehakol Nihya Bidvaro ».

Mais tout ceci ne concerne que la bénédiction initiale de l’aliment.

L’obligation de réciter la Bra’ha finale quand à elle, est soumise à certaines conditions.
La 1ère de ces conditions est qu’il faut avoir consommé une quantité minimale de Kazaït (27 g) pour un aliment solide, et de Revi’it (8.1 cl) pour un aliment liquide.
La 2ème de ces conditions est qu’il faut avoir consommé l’aliment dans un laps de temps assez court pour considérer que toutes les étapes de la consommation sont associables l’une à l’autre, et forme une seule et même consommation.
En effet, si une personne consommerait une quantité de Kazaït (27 g) de pain, espacée sur toute une journée, miette après miette, il est certain que cette personne ne réciterait pas Birkat Hamazon, car sa consommation de ce Kazaït de pain, étant trop espacée, n’est pas qualifiable – Hala’hiquement parlant – de consommation (A’hila).
Une consommation de Kazaït – pour être qualifiable de telle – doit être réalisée dans un laps de temps limite que l’on appelle « A’hilat Perass ».
L’équivalence de ce laps de temps, est discutée parmi les décisionnaires.
Selon certains, cela correspond à 5 mn.
Selon d’autres, cela correspond à 7.5 mn environ.
Il existe encore d’autres opinions sur ce point.
C’est pourquoi, il est convenable d’être toujours vigilent sur cela, et de consommer la quantité de Kazaït en pas plus de 4.5 mn, afin de s’acquitter de toutes les opinions. En particulier, lors des repas de Shabbat.
A fortiori, lors du soir de Pessa’h où l’on a l’obligation Min Hatorah de consommer le Kazaït de Matsa.
Cependant, si une personne rencontre des difficultés, elle peut se contenter de consommer son Kazaït en moins de 7.5 mn au lieu de moins de 4.5 mn.

Pour ce qui est de la Bra’ha finale pour des boissons, il est nécessaire d’avoir bu au moins 1 Revi’it de la boisson (8.1 cl) en un seul trait.
Si l’on a bu cette quantité mais en s’arrêtant entre les gorgées, on ne récite aucune bénédiction.
C’est pourquoi, lorsqu’on consomme une soupe chaude, on en récite aucune Bra’ha finale, car on n’en consomme pas une quantité de Revi’it en un seul trait, du fait de sa chaleur.
De même lorsqu’on consomme un café ou un thé chauds, on ne récite aucune Bra’ha finale, puisque lorsqu’ils sont chauds, il est impossible de boire Revi’it en un seul trait.

8 Halachot Les plus populaires

Lorsqu’on a oublié de réciter les bénédictions du matin

Les bénédictions du matin – depuis la bénédiction de Elo-haï Néchama jusqu’à la fin des bénédictions sur la Torah – sont une obligation pour tous, les hommes comme les femmes, comme nous l’avons déjà e......

Lire la Halacha

Une femme qui a oublié de réciter les bénédictions sur la Torah

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que lorsqu’on a oublié de réciter les bénédictions sur la Torah et qu’on s’en rend compte après avoir terminé la prière du matin, on ne peut plus les ré......

Lire la Halacha

Les moments où l’on doit se courber dans la ‘Amida

Question: Quels sont les moments précis où l’on doit se courber dans la ‘Amida, et de quelle façon exacte, doit-on se courber? Réponse: Nos maitres ont instauré de se courber à plusieurs occasions dans la ‘Amida. Voici les bén&......

Lire la Halacha

Suites des règles pour les moments où l’on doit se courber dans la ‘Amida

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué les principales règles des moments précis où l’on doit se courber dans la ‘Amida. Nous avons indiqué qu’il faut se courber au début et à la fin de la bénédic......

Lire la Halacha


Joindre les pieds pendant la ‘Amida

Question: Lorsqu’on prie la ‘Amida, sommes-nous tenus de joindre totalement les pieds l’un à côté de l’autre, ou bien est-il suffisant que les talons se touchent? Réponse: Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ott (10b)......

Lire la Halacha

Suite des règles de la prière de rattrapage

Lors des dernières Halachot, nous avons traité du cas de la personne qui a oublié l’une des prières journalières, et nous avons établi que cette personne est tenue de rattraper la prière manquée, en priant 2 fois la ‘Amida lors de l......

Lire la Halacha

Prier ‘Arvit en guise de « ‘Amida offerte » (Téfilatt Nédava)

Dans les précédente Halacha, nous avons fait mention du cas de celui qui prie la ‘Amida et se souvient soudainement qu’il a déjà prié cet office. Nous avons établit qu’il doit immédiatement interrompre la ‘Amida puisque ses b&e......

Lire la Halacha

Shavou’ot - Le Don de le Torah : Israël et les Anges

Guémara Shabbat (88): Rabbi Yéhoshou’a Ben Levi dit : Lorsque Moshé Rabbenou monta dans les hauteurs (pour aller recevoir la Torah), les Anges du Service Divin s’exclamèrent devant Hashem en disant : « Maître du Monde ! Que vi......

Lire la Halacha