Halacha pour dimanche 28 Shevat 5779 3 février 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme
de la jeune fille Ori Bat Noa z’’l
assassinée sauvagement par un terroriste parce que juive
Qu’Hachem venge son sang Amen

Pour l'élévation de l'âme de Jean Claude Nissim Ben Rose Rzala
Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l
Pour l’élévation de la Néshama de Gilles Moshé Ben Aharon DAIEN z’’l

Cette Halacha est aussi dédiée à l'élévation de l'âme de
Mme Colette Rivka bat Messaouda (Bensamoun) z"l

La quantité alimentaire à consommer pour être tenu de réciter la bénédiction finale

Avant de consommer quoi que ce soit, nous avons le devoir de réciter la bénédiction initiale propre à l’aliment, par exemple « Chéhakol » ou « Boré Péri Ha’Ets », même si l’on n’en consomme qu’une infime partie, à la condition qu’on le consomme à titre de nourriture (car si on consomme un aliment seulement pour le goûter afin d’évaluer s’il est suffisamment assaisonné, on ne récite aucune bénédiction avant de le consommer).
C’est pourquoi, lorsqu’on mâche un chewing gum qui possède un goût, bien que l’on n’avale réellement que le goût, on doit réciter au préalable la bénédiction de « Chéhakol Nihya Bidvaro ».
Il en est de même pour les boissons.
Même si l’on n’en consomme qu’une très petite quantité, on doit réciter au préalable la bénédiction de « Chehakol Nihya Bidvaro ».

Mais tout ceci ne concerne que la bénédiction initiale de l’aliment.

L’obligation de réciter la Bra’ha finale quand à elle, est soumise à certaines conditions.
La 1ère de ces conditions est qu’il faut avoir consommé une quantité minimale de Kazaït (27 g) pour un aliment solide, et de Revi’it (8.1 cl) pour un aliment liquide.
La 2ème de ces conditions est qu’il faut avoir consommé l’aliment dans un laps de temps assez court pour considérer que toutes les étapes de la consommation sont associables l’une à l’autre, et forme une seule et même consommation.
En effet, si une personne consommerait une quantité de Kazaït (27 g) de pain, espacée sur toute une journée, miette après miette, il est certain que cette personne ne réciterait pas Birkat Hamazon, car sa consommation de ce Kazaït de pain, étant trop espacée, n’est pas qualifiable – Hala’hiquement parlant – de consommation (A’hila).
Une consommation de Kazaït – pour être qualifiable de telle – doit être réalisée dans un laps de temps limite que l’on appelle « A’hilat Perass ».
L’équivalence de ce laps de temps, est discutée parmi les décisionnaires.
Selon certains, cela correspond à 5 mn.
Selon d’autres, cela correspond à 7.5 mn environ.
Il existe encore d’autres opinions sur ce point.
C’est pourquoi, il est convenable d’être toujours vigilent sur cela, et de consommer la quantité de Kazaït en pas plus de 4.5 mn, afin de s’acquitter de toutes les opinions. En particulier, lors des repas de Shabbat.
A fortiori, lors du soir de Pessa’h où l’on a l’obligation Min Hatorah de consommer le Kazaït de Matsa.
Cependant, si une personne rencontre des difficultés, elle peut se contenter de consommer son Kazaït en moins de 7.5 mn au lieu de moins de 4.5 mn.

Pour ce qui est de la Bra’ha finale pour des boissons, il est nécessaire d’avoir bu au moins 1 Revi’it de la boisson (8.1 cl) en un seul trait.
Si l’on a bu cette quantité mais en s’arrêtant entre les gorgées, on ne récite aucune bénédiction.
C’est pourquoi, lorsqu’on consomme une soupe chaude, on en récite aucune Bra’ha finale, car on n’en consomme pas une quantité de Revi’it en un seul trait, du fait de sa chaleur.
De même lorsqu’on consomme un café ou un thé chauds, on ne récite aucune Bra’ha finale, puisque lorsqu’ils sont chauds, il est impossible de boire Revi’it en un seul trait.

8 Halachot Les plus populaires

Le moment à partir duquel on peut prier Chah’aritt (la prière du matin)

A la demande de nombreuses personnes: A partir de quand est-il permis de prier l’office du matin? De nombreuses personnes sont tenues de se présenter sur leur lieu de travail très tôt le matin, et nous devons savoir quand leur est-il permis de commencer la prière d......

Lire la Halacha

Demandes personnelles de façon régulière

Question: Il a été expliqué dans la Halacha Yomit qu’il est permis d’ajouter des demandes personnelles dans les bénédictions de la ‘Amida. Est-il permis de le faire de façon régulière, en ajoutant constamment chaque jour un......

Lire la Halacha

Demandes personnelles dans la ‘Amida – L’attitude de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-ce que tout le monde est autorisé à ajouter des demandes personnelles dans la ‘Amida ? Comment faut-il se comporter sur ce point? Réponse: Dans la Guémara Bérah’ot (34a), nos maitres ont débattu au sujet du fait d’ajouter d......

Lire la Halacha

Prier pour des sujets spirituels – Rabbénou Moché AL CHEIKH

Nous avons expliqué dans le passé, au nom de notre grand maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l au sujet du texte de « Ha-Ra’haman » que nous disons à la fin du Birkat Ha-Mazon « Ha-Ra’haman Hou Yéfarnessénou Bé-Héter V&eacut......

Lire la Halacha


La Mitsva de compter le ‘Omer

Il est écrit dans la Torah (Vayikra 21 – 15): « Vous compterez pour vous, dès le lendemain du Chabbat, depuis le jour où vous apporterez le ‘Omer du balancement, 7 semaines pleines. » Selon l’explication transmise à nos maitres ......

Lire la Halacha

Le moyen pour un agreement des prières

Question: Quel est le sens de l’enseignement : « Ne fais pas de ta prière un poids »? Les prières ne sont-elles pas fixées 3 fois par jour? Y a-t-il un moyen particulier pour l’acceptation des prières?  Réponse: Conce......

Lire la Halacha

Se servir d’un livre Kodech (saint)

Question: Est-il permis de se servir d’un livre Kodech comme support pour y poser un autre livre que l’on désire consulter plus confortablement? Réponse: Certains ont l’usage de prendre un livre Kodech, par exemple un livre de Michanyot, afin d’y poser un aut......

Lire la Halacha

Lorsqu’on a le doute si l’on a compté le ‘Omer ou non

Nous avons déjà eu l’occasion d’expliquer le cas de celui qui a oublié de compter un jour du ‘Omer, et nous avions précisé que cette personne n’est pas autorisée à poursuivre son compte avec la bénédiction pendant......

Lire la Halacha