Halacha pour dimanche 28 Shevat 5779 3 février 2019

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

La quantité alimentaire à consommer pour être tenu de réciter la bénédiction finale

Avant de consommer quoi que ce soit, nous avons le devoir de réciter la bénédiction initiale propre à l’aliment, par exemple « Chéhakol » ou « Boré Péri Ha’Ets », même si l’on n’en consomme qu’une infime partie, à la condition qu’on le consomme à titre de nourriture (car si on consomme un aliment seulement pour le goûter afin d’évaluer s’il est suffisamment assaisonné, on ne récite aucune bénédiction avant de le consommer).
C’est pourquoi, lorsqu’on mâche un chewing gum qui possède un goût, bien que l’on n’avale réellement que le goût, on doit réciter au préalable la bénédiction de « Chéhakol Nihya Bidvaro ».
Il en est de même pour les boissons.
Même si l’on n’en consomme qu’une très petite quantité, on doit réciter au préalable la bénédiction de « Chehakol Nihya Bidvaro ».

Mais tout ceci ne concerne que la bénédiction initiale de l’aliment.

L’obligation de réciter la Bra’ha finale quand à elle, est soumise à certaines conditions.
La 1ère de ces conditions est qu’il faut avoir consommé une quantité minimale de Kazaït (27 g) pour un aliment solide, et de Revi’it (8.1 cl) pour un aliment liquide.
La 2ème de ces conditions est qu’il faut avoir consommé l’aliment dans un laps de temps assez court pour considérer que toutes les étapes de la consommation sont associables l’une à l’autre, et forme une seule et même consommation.
En effet, si une personne consommerait une quantité de Kazaït (27 g) de pain, espacée sur toute une journée, miette après miette, il est certain que cette personne ne réciterait pas Birkat Hamazon, car sa consommation de ce Kazaït de pain, étant trop espacée, n’est pas qualifiable – Hala’hiquement parlant – de consommation (A’hila).
Une consommation de Kazaït – pour être qualifiable de telle – doit être réalisée dans un laps de temps limite que l’on appelle « A’hilat Perass ».
L’équivalence de ce laps de temps, est discutée parmi les décisionnaires.
Selon certains, cela correspond à 5 mn.
Selon d’autres, cela correspond à 7.5 mn environ.
Il existe encore d’autres opinions sur ce point.
C’est pourquoi, il est convenable d’être toujours vigilent sur cela, et de consommer la quantité de Kazaït en pas plus de 4.5 mn, afin de s’acquitter de toutes les opinions. En particulier, lors des repas de Shabbat.
A fortiori, lors du soir de Pessa’h où l’on a l’obligation Min Hatorah de consommer le Kazaït de Matsa.
Cependant, si une personne rencontre des difficultés, elle peut se contenter de consommer son Kazaït en moins de 7.5 mn au lieu de moins de 4.5 mn.

Pour ce qui est de la Bra’ha finale pour des boissons, il est nécessaire d’avoir bu au moins 1 Revi’it de la boisson (8.1 cl) en un seul trait.
Si l’on a bu cette quantité mais en s’arrêtant entre les gorgées, on ne récite aucune bénédiction.
C’est pourquoi, lorsqu’on consomme une soupe chaude, on en récite aucune Bra’ha finale, car on n’en consomme pas une quantité de Revi’it en un seul trait, du fait de sa chaleur.
De même lorsqu’on consomme un café ou un thé chauds, on ne récite aucune Bra’ha finale, puisque lorsqu’ils sont chauds, il est impossible de boire Revi’it en un seul trait.

הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

באמצע "שמונה עשרה" הופעלה אזעקה, מה יעשה?
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le respect du beau-père et de la belle mère – Les signes de la fin de l’exil

Question: Est-ce qu’un homme est tenu de respecter son beau-père au même titre qu’il est tenu de respecter son père ? Réponse: Il est enseigné dans le Yalkout Chim’oni: David dit à Chaoul : « Mon père, vois et......

Lire la Halacha

Le Kaddich

Lorsqu’une personne décède, il incombe ses fils de veiller de façon particulière à prier les 3 prières quotidiennes avec un Minyan (10 hommes), afin de pouvoir dire le Kaddich pour le père ou la mère. De même pour un homme qui perd ......

Lire la Halacha

Le respect des parents après leur disparition

Au même titre qu’un homme est soumis au devoir d’honorer ses parents de leur vivant, ainsi il est soumis au devoir de les honorer après leur disparition. Il est certain qu’il lui est interdit de les mépriser après leur disparition. Il est rapport&eacut......

Lire la Halacha

Se lever devant son père et devant son Rav – La réponse de notre maitre le Rav z.ts.l à son petit-fils

Toutes les règles que nous mentionnons au sujet du respect et de la crainte des parents concernent de façon égale aussi bien le fils vis à vis de son père et de sa mère, que la fille vis-à-vis de son père et de sa mère. Si nous éc......

Lire la Halacha


Sur qui reposent les frais d’entretient des parents ?

Nous avons déjà fais mention du fait que le devoir de Kiboud Av Vaem (Respect des parents) inclus aussi le fait de se soucier de nourrir ses parents selon leur volonté, en particulier lorsque les parents sont très âgés et qu’ils ne peuvent plus s’......

Lire la Halacha

Est-il permis à un fils de contredire son père ?

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné l’interdiction pour un fils ou une fille de contredire les propos de leur parents, car selon la Guemara Kiddoushin (31b), le fait de ne pas contredire les parents en disant que leurs propos ne sont pas corrects, fait partie ......

Lire la Halacha

Le respect et la crainte du père et de la mère

Le devoir de respecter ses parents est divisé en 2 parties : le devoir de respecter le père et la mère, et le devoir de craindre le père et la mère, comme il est dit dans la Torah « Respecte ton père et ta mère », «&nb......

Lire la Halacha

Appeler son père ou sa mère par leur prénom – Les attitudes de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Est-il permis d’appeler son père par son prénom ? Est-il permis à quelqu’un d’appeler un ami par son prénom lorsque celui-ci est identique au prénom du père de la personne qui appelle? Réponse: Il est interdit d’ap......

Lire la Halacha