Halacha pour dimanche 19 Av 5780 9 août 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Pour la guérison totale et rapide de Jacky Yaakov Ben Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

Prendre un repas la veille de Chabbat

Question: Est-il permis de prendre un repas accompagné de pain après l’heure de H’atsott (moitié de la journée) le vendredi?

Réponse: Il est enseigné dans la Guémara Guittinn (38b):
Il y avait 2 familles à Jérusalem. Une fixait son repas le jour du Chabbat, et l’autre fixait son repas la veille de Chabbat, mais les 2 familles disparurent du monde.
Explication : Il y avait 2 familles importantes et riches à Jérusalem, mais ces 2 familles commirent une faute et disparurent du monde. L’une fixait un grand repas le jour de Chabbat aux heures de l’après-midi, au moment où tout le peuple se rend à la Maison d’Etude pour étudier la Torah lorsque le Rav est assis et enseigne, alors que cette famille s’adonnait aux plaisirs de la nourriture et de la boisson.
L’autre famille fixait un grand repas le vendredi dans la journée, et de ce fait, les membres de la famille étaient rassasiés le vendredi-soir, et ne pouvaient pas manger avec plaisir. Ces 2 familles disparurent du monde.

Les commentateurs expliquent que l’interdiction de prendre un grand repas le vendredi en journée ne concerne qu’un repas auquel nous ne sommes pas habitués les autres jours de la semaine. Par exemple, l’usage répandu dans certaines familles où tous les enfants mariés se réunissent le vendredi-midi chez la grand-mère et consomment ses plats lors d’un grand repas. En agissant ainsi, ils portent atteinte à l’honneur du Chabbat, car ils ne pourront pas consommer le repas du soir de Chabbat correctement. Par conséquent, il est interdit d’agir ainsi.

Cette interdiction est en vigueur durant toute la journée du vendredi et pas seulement après H’atsott (la moitié de la journée). Cela signifie que même si l’on prend ce repas inhabituel vers 11h du matin, cela reste interdit, puisque l’on porte atteinte sans le moindre doute à l’honneur du Chabbat. Particulièrement en hiver où les journées sont courtes.

Par contre, s’il s’agit d’un repas auquel on est habitué même les autres jours de la semaine, par exemple lorsqu’une personne a l’habitude de manger tous les jours à 16h, il lui sera permis de prendre ce repas même un vendredi. Cependant, il est une Mitsva d’éviter également ce type de repas, à partir de la 9ème heure du jour (en heures saisonnières, qui se calculent en prenant l’heure du lever du soleil et l’heure de son coucher, et en divisant le total par 12, on obtient ainsi le temps d’une heure saisonnière).
Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit en ces termes:
« Même si selon la Halacha il est permis de manger jusqu’au coucher du soleil (Chki’a), malgré tout, ceci n’est valable que de façon occasionnelle, mais agir ainsi de façon régulière, nous devons l’interdire à partir de la 9ème heure et au-delà, car sinon, on montre de la négligence vis-à-vis de l’honneur du Chabbat. » (H’azon Ovadia-Chabbat vol.1 page 32).

Le Michna Béroura écrit (chap.249) que toute personne sachant que le surplus de nourriture en journée lui causerait un rassasiement le soir, il est une Mitsva dans ce cas de se priver de nourriture et de boisson en grande quantité même avant la 9ème heure du jour le vendredi, en particulier en hiver, puisque nous constatons qu’une personne qui boit considérablement le vendredi – particulièrement du vin ou autre – ou bien lorsqu’on mange considérablement la journée du vendredi, cette personne ne sera pas affamée le soir, par conséquent, il est une Mitsva de se priver d’une telle consommation.

En conclusion: Pendant la journée du vendredi, il est permis de prendre un repas auquel on est habitué pendant les autres jours de la semaine. Par contre, un repas auquel on n’est pas habitué pendant les autres jours de la semaine, il est interdit de le prendre le vendredi en journée, même lorsqu’on le prend tôt.
A partir de la 9ème heure du jour (en heures saisonnières), c'est-à-dire environ 3 heures avant le coucher du soleil (Chki’a), il est une Mitsva de s’abstenir de manger même un léger repas. Mais il est permis de goûter ou de manger un peu des plats de Chabbat ou autre.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Lé’hem Michné – Réciter le Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la règle de la Sé’ouda Chélichitt, et nous voulons à présent également expliquer la règle pour les femmes concernant la Sé’ouda Chélichitt, mais ce point es......

Lire la Halacha


Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha

Question - Est-il permis de parler entre Mayim Ah’aronim (l’ablution des mains en fin de repas) et le Birkat Hamazon ?

Réponse Nous avons déjà expliqué qu’il est une totale obligation pour toute personne qui a consommé un repas accompagné de pain, de se laver les mains avec un peu d’eau avant de réciter le Birkat Hamazon (dans la Halah’a au sujet de......

Lire la Halacha

Utiliser un pain congelé pour Leh’em Michné (Double pain lors du Motsi de Chabbat)

Nous avons déjà expliqué la Mitsva de réciter la bénédiction de Motsi sur 2 pains (Leh’em Michné) lors des repas de Chabbat. Il arrive fréquemment de ne pas avoir 2 pains pour le Léh’em Michné, et l’on envisage ......

Lire la Halacha

Parler entre la Nétilatt Yadaïm et le Motsi

Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ott (42a): Immédiatement après l’ablution des mains, on récite la bénédiction. RACHI et le RAMBAM expliquent qu’il s’agit ici d’enchaîner immédi......

Lire la Halacha