Halacha pourיום שלישי ז' אב תש"פ 28 בjuillet 2020

Chausser des chaussures en cuir le jour du 9 Av

L’un des interdits spécifiques au 9 Av est de chausser des chaussures en cuir.

Des chaussures de sport qui ne sont pas en cuir
Les décisionnaires débattent au sujet de chaussures qui ne sont pas de cuir, mais qui sont très confortables, comme des chaussures de sport par exemple, faites de tissu et de caoutchouc. Est-il permis de les chausser le jour du 9 Av, ou bien du fait qu’elles sont importantes et pas moins confortables que des chaussures de cuir, serait-il interdit à ce titre de les chausser?

Le Gaon auteur du Chou’t Sim’hatt Cohen (chap.173) écrit qu’étant donné que les décisionnaires médiévaux comme les décisionnaires des derniers siècles n’ont interdit que les chaussures de cuir et pas les chaussures d’autres matières, de telles chaussures que l’on a fréquemment l’habitude de chausser et qui ne sont pas faites de cuir, sont autorisées le jour du 9 Av. c’est ainsi que tranche également notre maitre le Rav z.ts.l dans son livre ‘Hazon Ovadia-Arba’ Ta’aniyott (page 299).

Le regard des autres (Mar’itt Ha’Aïn)
Cependant, malgré cela, notre maitre le Rav z.ts.l traite également de chaussures faites en caoutchouc, mais qui ressemblent véritablement à des chaussures de cuir, serait-il permis de les chausser le jour du 9 Av, ou bien faudrait-il les interdire?
L’un des arguments pour lequels il faudrait se montrer rigoureux sur ce point serait par crainte du regard et de l’interprétation des autres (« Mar’itt Ha’Aïn »), car celui qui voit quelqu’un marcher avec de telles chaussures le jour du 9 Av, pourrait penser qu’il s’agit de quelqu’un qui néglige les Mitsvott et qui marche à sa guise avec des chaussures en cuir. C’est d’ailleurs ainsi que tranche rigoureusement
le Gaon Rabbi Chélomo Zalman OYERBACH z.ts.l.

Mais notre maitre le Rav z.ts.l écrit qu’étant donné que de notre époque, ces chaussures faites de telles matières assimilables à du cuir, sont très répandues, il n’y a de ce fait pas d’interdit à les chausser le jour du 9 Av, et il n’y a donc pas à craindre l’interdit de « Mar’itt Ha’Aïn ». Bien évidemment, notre maitre le Rav z.ts.l cite des preuves à ses propos à partir des décisionnaires.

Les « Kabkabs »
Le Gaon Rabbi Ya’akov KASTERO
(16ème siècle – disciple et compagnon d’étude de MARAN l’auteur du Choul’han ‘Arou’h) que les chaussures appelées « Kabkabs », faites d’une semelle en plastique ou en caoutchouc ou en bois ou en liège, avec une lanière de cuir qui attrape le pied, sont autorisées le jour du 9 Av, car la lanière n’a pas pour vocation de protéger la personne mais uniquement de maintenir correctement la semelle au pied. Notre maitre le Rav z.ts.l cite ses propos.

Les lieux fréquentés par les non-juifs
Le RAVEYA
(l’un des grands décisionnaires médiévaux) écrit que des juifs qui résident parmi les non-juifs sont autorisées à chausser des chaussures de cuir jusqu’à ce qu’ils atteignent le quartier juif. Cette opinion est partagée par d’autres décisionnaires médiévaux, étant donné que les non-juifs se moqueraient des juifs qui marchent pieds nus, on peut autoriser.

Mais MARAN écrit sur cela dans le Beit Yossef:
« Dans la pratique, on ne doit pas autoriser, et si les non-juifs se moquent, qu’est ce que cela peut-il bien faire ? »
Il semble que l’on doit se montrer rigoureux sur ce point et ne pas autoriser de notre époque, en particulier selon ce qu’écrit le Gaon auteur du Mich’ha Dérvouta, puisque de notre époque on peut chausser des chaussures faites d’autres matières.
Par conséquent, on ne doit pas autoriser. (Ibid. page 302).

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Déduire du Ma’asser les dépenses liées aux enfants

Question: Les personnes qui ont l’usage de prélever chaque mois le « Ma’asser Késsafim » (la dîme financière), peuvent-elles déduire du Ma’asser, les frais de prise en charge de leurs enfants qui vivent encore avec eux? R&e......

Lire la Halacha

Quelle est la quantité que l’on doit donner à la Tsédaka?

Concernant la quantité que l’on doit donner à la Tsédaka, nos maîtres - le RAMBAM, le TOUR et MARAN l’auteur du Choulh'an ‘Arouh’ – écrivent que lorsqu’on possède les moyens suffisants, il faut donner selon les besoins ......

Lire la Halacha

Qui est soumis à l’obligation de donner la Tsédaka

Toute personne du peuple d’Israël est soumise à l’obligation de donner la Tsédaka. Même le nécessiteux qui se nourrit de la Tsédaka, qui n’a pas d’autre moyen de se nourrir, et dont toute la subsistance provient de ce que lui donnent le......

Lire la Halacha

La Mitsva de Tsédaka – Notre maitre le Rav z.ts.l

Notre maitre le TOUR écrit: La Mitsva de Tsédaka incombe chaque membre du peuple d’Israël, en donnant de son argent, selon ses possibilités. Hormis le fait que toute personne qui donne la Tsédaka, accompli une ordonnance positive de la Torah, toute personne......

Lire la Halacha


Un cuisinier non-juif dans un restaurant Cacher

Nos propos d’aujourd’hui sont dédiés à l’élévation des saintes âmes des 3 jeunes garçons: Ya’akov Naftali Ben Ra’hel Dévorah, Gil’ad Mi’haël Ben Bat Galim et Eyal Ben Iriss Téchoura z’&......

Lire la Halacha

Mélanger le poisson et les laitages

Question: Est-il permis de manger du poisson avec du beurre? Réponse: Il est enseigné dans la Guémara H’oulinn (103b): Il est interdit de cuire toute viande avec du lait, excepté la viande de poisson ou de sauterelle. Il est donc explicite que selon......

Lire la Halacha

Des châtaignes ou des pommes cuites par un non-juif

Dans les précédentes Halah’ot, nous avons expliqué le décret de nos maîtres interdisant la consommation d’un plat cuit par un non-juif, et nous en avons expliqué les raisons. Dans la précédente Halah’a, nous avons aussi expl......

Lire la Halacha

Interdiction de cuissons des non-juifs sur les légumineuses (pois chiches et autres) grillées – Instruction de notre maitre le saint ARI zal

Question: Ces dernières années, un certain Rav diffusa l’information selon laquelle il serait interdit de consommer le « H’oumouss » lorsque les pois chiches ont été cuits par des non-juifs, et ceci à titre de l’interdiction de consomm......

Lire la Halacha