Halacha pour lundi 30 Sivan 5780 22 juin 2020

Pour l'élévation de l'âme de:
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna HaCohen z’’l

La bénédiction sur le riz – Les feuilles de riz

Sur toutes les légumineuses, nous récitons la bénédiction initiale de « Boré Péri Haadama ».
C’est pourquoi, nous récitons cette bénédiction sur un plat de pois chiches ou de haricots.

La bénédiction du riz
Le riz fait – lui aussi - parti des légumineuses, car il n’entre pas dans la catégorie des 5 céréales du Dagan (blé, orge, épeautre, seigle, avoine), et il aurait été logique de réciter Boré Péri Haadama sur le riz. En effet, si l’on consomme un aliment fait à base de riz non cuit – comme les galettes de riz soufflé par exemple – on récite Boré Péri Haadama.

Cependant, il est expliqué dans la Guémara Béra’hott (37a) que nos maitres ont constaté que le riz - lorsqu’il est cuit - prend une importance particulière sur les autres légumineuses, car il nourrit et rassasie l’homme, et par conséquent, il faut réciter « Boré Miné Mézonott » sur un riz lorsqu’il est cuit, comme s’il s’agissait d’une des 5 céréales du Dagan lorsqu’elles sont cuites. Mais après la consommation du riz (si on en a consommé au moins une quantité de Kazaït – 27 g), on récite la bénédiction finale de « Boré Néfachott », comme pour toute légumineuse. (Choul’han ‘Arou’h chap.208-7).

Si l’on a récité « Boré Péri Haadama » sur le riz cuit
Le Gaon Rabbi Yossef Yédid Ha-LEVY écrit (dans son livre Birkatt Yossef page 7) que lorsque quelqu’un a récité par erreur Boré Péri Haadama sur le riz, il est quitte à postériori. C’est ainsi que tranche également notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l dans son livre Chou’t Yabiya’ Omer (vol.8 chap.22 note 1).

Les feuilles de riz
Du riz que l’on a moulu pour en faire de la farine (comme expliqué dans la Guémara Béra’hott 37a), et que l’on a ensuite utilisé pour cuire différentes sortes de pâtisseries au four, ou bien des feuilletés pour les remplir de différents aliments, ou bien des pates, le Gaon auteur du Michna Béroura écrit que la bénédiction reste Boré Miné Mézonott, exactement comme pour des cuissons au four ou des plats faits à base de farine de l’une des 5 céréales du Dagan.

Bien évidement, ce que nous avons écrit au sujet des feuilles de riz est valable exclusivement dans le cas où les feuilles de riz ont une importance et donnent un goût, mais si elles sont totalement accessoires aux aliments de remplissage qu’elles contiennent, il faut réciter dans ce cas la bénédiction propre à l’aliment de remplissage.

En conclusion: Sur du riz cuit, on récite Boré Miné Mézonott. De même pour tout aliment fait à base de riz cuit, on récite Boré Miné Mézonott, et après la consommation on récite Boré Néfachott.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Les jours de « Ben Ha-Métsarim » - Les décrets de nos maitres

Aujourd’hui, nous observons le jeûne du 17 Tamouz. Les jours entre le 17 Tamouz et le 9 Av se nomment les jours de « Ben Ha-Métsarim » (« entre les détresses »), en correspondance au verset de Eih’a (chap.1 verset 3) « Tous ses poursui......

Lire la Halacha

Suite des règles sur les ustensiles en verre et en Pyrex vis-à-vis de la viande et du lait

Dans la précédente Halacha, nous avons cité l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ selon lequel les ustensiles en verre n’absorbent absolument pas, et de ce fait, il n’y a aucun interdit à utiliser des ustensiles en verr......

Lire la Halacha

Ustensiles en verre pour la viande et le lait

Question: Doit-on également posséder une vaisselle viande et une vaisselle lait lorsqu’il s’agit d’ustensiles en verre? Réponse: Nous avons déjà expliqué dans la précédente Halacha qu’il est obligatoire de possé......

Lire la Halacha

Vaisselle viande et vaisselle lait et règle du goût détérioré (נותן טעם לפגם)

Les parois d’une marmite qui a cuit de la viande absorbent légèrement de la nourriture au moment de la cuisson. Par conséquent, cette marmite est qualifiée de marmite « viande », et de ce fait, si l’on cuit des aliments lactés dans......

Lire la Halacha


L’interdiction de la viande et du lait

Il est dit à 3 reprises dans notre sainte Torah: « Tu ne cuiras pas le chevreau dans le lait de sa mère. » (Chémot chap.23 et 34. Dévarim 14).  Nos maîtres commentent dans la Guémara H‘oulin (114a): Une fois pour nous indiq......

Lire la Halacha

La bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement

Question: Quand doit-on réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou sur un nouveau vêtement? Doit-on la réciter lors de l’achat, ou bien au moment où l’on porte véritablement le vêtement? De plus, doit-on r&eacu......

Lire la Halacha

La bénédiction de « Chéhé’héyanou » sur une bonne odeur

Question: Doit-on réciter la bénédiction de « Chéhéh’éyanou » sur un parfum qui se renouvelle chaque année? Réponse: Cette question prend sa source dans le fait que l’on récite la bénédiction de &......

Lire la Halacha

Réciter la Bérah’a de Chéhéh’éyanou sur des fruits greffés

Question: Faut-il réciter la bénédiction de Chéhéh’éyanou lorsque l’on consomme pour la première fois dans l’année des agrumes comme un pamplemousse ou une orange? Réponse: Nous devons tout d’abord introduire l......

Lire la Halacha