Halacha pour vendredi 20 Sivan 5780 12 juin 2020

Pour l'élévation des âmes de : André Avraham Ben Ma'hlouf TAÎB z"l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba El baz z"l de Lyon
Pour la guérison totale de Ethan Chlomo Ben Yoni  parmi tous les malades d'Israël Amen
Pour l'élévation de l'âme de Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Pour la guérison totale et rapide de Jacky Yaakov Ben Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

Parasha de Beha’alote’ha

La Menora et la reconnaissance

« …Lorsque tu feras monter la flamme des Nerot… » (Bamidbar 8-2 début de notre Parasha)

Au début de notre Parasha, Hashem donne à Aharon Ha-Cohen, le commandement d’allumer et d’entretenir la flamme des Nerot de la Menora, le candélabre à 7 branches qui se trouvait dans le Beit Ha-Mikdash. Cette Mitsva est donnée en exclusivité à Aharon et à tous ses descendants, et n’est valable que lorsqu’elle accomplie par le Cohen Gadol, un descendant direct d’Aharon Ha-Cohen.

Rashi au début de notre Parasha:

Pour quelle raison la Parasha de la Menora suit-elle celle des sacrifices de l’inauguration du Mishkan, que les princes des 12 tribus ont offert ? Car lorsqu’ Aharon vit que ni lui, ni sa tribu (Levy) n’ n’avaient pris part à l’inauguration du Mishkan, il en fut vexé. Hashem voulut le réconforter en lui donnant – à lui et à ses descendants - l’exclusivité de la Mitsva de Menora, et lui dit : « Je jure par ta vie que ta part dans le Mishkan est plus importante que leur part (les autres tribus), car toi, tu allumes et entretiens les Nerot. »

Question du RAMBAN sur Rashi
Pourquoi ne pas avoir réconforté Aharon au moyen d’une autre Mitsva, comme la Mitsva de Kétorete (combustion d’encenses) du matin et du soir, qui a pour propriété d’apaiser la colère Divine, ou bien la Mitsva d’offrir les sacrifices, ou encore le culte de la journée de Yom Kippour, qui n’était valable que s’il était exécuté par le Cohen Gadol, qui pénétrait ce jour-là à l’intérieur du Kodesh Ha-Kodashim?

Explication du Gaon et Tsaddik Rabbi ‘Haïm Leïb Shmoulewitz (Ha-Levi) z.ts.l
Il est rapporté dans le Midrash Rabba (Bamidbar Rabba Parasha 15 section 5):

Le peuple d’Israël dit devant Hashem: « Maître du monde ! Tu nous demande d’éclairer devant Toi, mais n’es-tu pas la Lumière du Monde?!... »
Hashem leur dit : « Non pas que j’ai besoin de vous, mais uniquement afin que vous m’éclairiez comme je vous ai éclairé. Et pourquoi ? Afin de vous élever aux yeux des nations qui diront : « Regardez comment Israël éclaire Celui qui éclaire le monde entier. » A quoi la chose est elle comparable ? A un clairvoyant et un aveugle qui marchaient sur un chemin. Le clairvoyant dit à l’aveugle : « Lorsque nous arriverons à la maison, tu allumeras cette bougie et tu m’éclaireras. » L’aveugle répondit : « Dans ta grande bonté, lorsque je marchais en chemin, c’est toi qui me soutenais, jusqu’à ce qu’on arrive à la maison, c’est toi qui m’accompagnais, et maintenant tu me dis : allume moi cette bougie et éclaire moi ?! » Le clairvoyant lui répondit : « Afin que tu ne m’attribue pas l’exclusivité de cette bonté. » Ce clairvoyant, c’est Hashem, et cet aveugle c’est Israël. Hashem les dirige et les éclaire, comme il est dit : « Hashem marchait au devant d’eux, dans une colonne de feu et de nuée ». Lorsque le Mishkan fut achevé, Hashem appela Moshé et lui dit : « Eclairez moi ! » Comme il est dit : « Lorsque tu feras monter la flamme des Nerot… » Afin de vous élever.

Par ce Midrash, nos maîtres nous expliquent la grandeur de l’allumage de la Menora, à travers laquelle – si l’on peut s’exprimer ainsi – le peuple d’Israël paye le fait qu’Hashem a éclairé leur chemin dans le désert.

C’est justement ce qu’Hashem dit à Aharon : « … ta part dans le Mishkan est plus importante que leur part (les autres tribus), car toi, tu allumes et entretiens les Nerot. ». Ce culte exprime la reconnaissance d’Israël envers la Bonté d’Hashem, à qui ils s’efforcent de rendre – si l’on peut s’exprimer de la sorte – un « semblant » de la bonté qu’Hashem leur a prodigué. Ce point n’est représenté dans aucun autre culte dans le Beit Ha-Mikdash, excepté dans le culte de la Menora.

Chabbat Chalom
 
Dvar Torah adapté et rédigé par le Rav David A. PITOUN

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Le Seder de Roch Ha-Chana – « Réjouissez-vous en tremblant »

Pendant les 2 soirs de Roch Ha-Chana, nous avons la tradition de consommer certains aliments en guise de bon signe pour toute l’année. C’est pour cela que nous mangeons ces soirs-là, des haricots (Roubya en araméen ou Loubya en arabe), de la courge (Kr’a), du ......

Lire la Halacha

La bénédiction sur les éclairs et le tonnerre

Lorsque l’on voit un éclair, on doit réciter la bénédiction suivante: Barouh’ Ata A-D-O-N-A-Ï Elohénou Mélèh’ Ha’olam ‘Ossé Ma’assé Béréshit. Lorsque l’on entend le tonn......

Lire la Halacha

« Machiv Ha-Rouah’ Ou-Morid Ha-Guechem »

On commence à mentionner la formule de « Machiv HaRouah’ » « Machiv HaRouah’ OuMorid HaGuechem » (« qui fait souffler le vent et descendre la pluie ») est une formule de louange à Hachem que l’on dit durant......

Lire la Halacha

Combien de fois par jour pouvons nous réciter la bénédiction sur les éclairs et le tonnerre ?

Deux questions: Lorsqu’on entend le son du tonnerre en dormant, est-il permis de réciter la bénédiction sur le tonnerre sans procéder à la Nétilat Yadaïm (ablution des mains) ? Doit-on réciter la bénédiction systém......

Lire la Halacha


Question - Est-il permis de parler entre Mayim Ah’aronim (l’ablution des mains en fin de repas) et le Birkat Hamazon ?

Réponse Nous avons déjà expliqué qu’il est une totale obligation pour toute personne qui a consommé un repas accompagné de pain, de se laver les mains avec un peu d’eau avant de réciter le Birkat Hamazon (dans la Halah’a au sujet de......

Lire la Halacha

L’obligation de manger dans la Souccah – Le Corona

Un repas régulier Pendant les jours de la fêtes de Souccot – aussi bien la journée que la nuit – il est interdit de consommer un « repas régulier » (Se’oudat Kéva’) en dehors de la Souccah. La mesure d’un « repas r&e......

Lire la Halacha

Parler entre la Nétilatt Yadaïm et le Motsi

Il est enseigné dans la Guémara Bérah’ott (42a): Immédiatement après l’ablution des mains, on récite la bénédiction. RACHI et le RAMBAM expliquent qu’il s’agit ici d’enchaîner immédi......

Lire la Halacha

Lé’hem Michné – Réciter le Motsi sur 2 pains lors des repas de Chabbat

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué la règle de la Sé’ouda Chélichitt, et nous voulons à présent également expliquer la règle pour les femmes concernant la Sé’ouda Chélichitt, mais ce point es......

Lire la Halacha