Halacha pour vendredi 14 Iyar 5780 8 mai 2020

Pour l'élévation des âmes de:
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

Parasha de EMOR

La Sainteté d’un Cohen

Le début de notre Parasha traite des règles concernant les Cohanim, comme l’interdiction de l’impureté mortuaire pour un Cohen ; les femmes avec lesquelles un Cohen est autorisé à se marier ; la Sainteté d’un Cohen ; le châtiment prévu par la Torah pour la fille d’un Cohen qui se livre à la débauche….

« Ils seront saints pour leur D., et ne profaneront pas le Nom de leur D., car ce sont eux qui offrent les sacrifices d’Hashem, ainsi que le pain consacré à leur D., et ils seront saints »(Vaykra chap.21 – 6, début de notre Parasha)

Dans son livre Vayomer Avraham, le Gaon Rabbi Avraham Morde’haï PATAL z.ts.l  (beau père de notre grand maître le Rav Ovadia YOSSEF Shalita) fait remarquer qu’il y a une Hala’ha tranchée dans le Shoul’han ‘Arou’h par le RAMA(O.H.128-45) :
« Il est interdit de se servir d’un Cohen, même de notre époque, car cela est considéré comme porter atteinte aux choses sacrées du Beit Ha-Mikdash (le Temple de Jérusalem), sauf si le Cohen pardonne le fait que l’on se serve de lui. »

Selon cette Hala’ha, il est interdit de demander un service quelconque à un Cohen, sans obtenir de lui préalable, son pardon sur le fait qu’on lui demande ce service.

L’auteur du Touré Zahav(le TaZ) commente (note 39):
On raconte qu’un jour, un Cohen versa de l’eau sur les mains de Rabbenou Tam.
Un élève présent, fit la remarque:
« Pourtant il est enseigné dans le Talmud Yéroushalmi qu’il est interdit de se servir d’un Cohen ? »
Rabbenou Tam répondit:
« De notre époque, les Cohanim ne possèdent plus de sainteté, car selon la règle, s’ils portent sur eux les habits sacerdotaux, ils possèdent la sainteté ; s’ils ne portent pas les habits sacerdotaux, ils ne possèdent plus la sainteté. »
L’élève rétorqua:
« Si c’est ainsi, il ne faut plus leur accorder de sainteté dans le moindre domaine (il n’est plus nécessaire que le Cohen soit appelé en premier à la Torah, il est donc autorisé à se rendre impure pour un mort…) ?! »
Rabbenou Tam se tut.
Le TAZ explique que la raison du silence de Rabbenou Tam ne signifie pas qu’il ignorait la réponse, mais seulement qu’il ne voulait pas prendre la réputation d’un Talmid ‘Ha’ham(un érudit dans la Torah) à qui il est permis de se servir d’un Cohen.

Tout ceci veut dire que lorsque le Cohen ne retire aucune satisfaction du service qu’on lui demande, il est interdit de se servir de lui, même s’il pardonne.

Par déduction, lorsque le Cohen tire satisfaction du service qu’on lui demande, il est permis de se servir de lui, après lui avoir demander pardon.

Grâce à cela, les commentateurs expliquent ce qui est rapporté dans la Guemara Bava Metsi’a(85b):
Le Prophète Eliyahou avait l’habitude de rendre visite à Rabbenou Ha-Kadosh (Rabbi Yehouda Ha-Nassi).
Un jour de Rosh ‘Hodesh, le Prophète Eliyahou tarda à venir.
Lorsqu’il arriva, Rabbenou Ha-Kadosh lui dit:
« Comment ce fait-il que tu as tardé aujourd’hui ? »
Le Prophète Eliyahou lui répondit:
« Car j’ai du aller laver les mains de Avraham Avinou, et il a fallut ensuite que j’attende qu’il finisse sa prière et qu’il aille se recoucher. De même pour Its’hak, de même pour Ya’akov. »

Or, on peut poser la question:
Le Prophète Eliyahou n’était-il pas Cohen (d’après la tradition, Eliyahou Ha-Navi et Pin’hass sont la même personne) ?! Comment les Avot (les Patriarches) ont-ils pu se servir de lui?!

Mais à la lueur de ce que l’on a dit au nom du Touré Zahav, cette question n’a pas lieu d’être.
En effet, il est certain que le Prophète Eliyahou retira une certaine satisfaction du fait de servir les Patriarches du Monde (Avraham, Its’hak et Ya’akov), et c’est pourquoi, les Patriarches étaient autorisés à se servir de lui.

Nous comprenons mieux la répétition qui apparaît dans notre verset :
Ils seront saints pour leur D. Ils servent Hashem. Mais leur sainteté n’est peut être existante que lorsqu’ils portent les habits sacerdotaux ? Le texte répond : et ils seront saints. Ils seront saints de par eux même, même en l’absence des habits sacerdotaux.

Il est donc interdit de se servir d’un Cohen, sauf lorsqu’il en retire lui aussi une satisfaction, comme dans l’histoire avec Rabbenou Tam, citée plus haut.
 

Chabbat Chalom

Dvar Torah adapté et rédigé par le Rav David A. PITOUN

Questionner Le Rav


הלכה יומית מפי הראש"ל הגאון רבי יצחק יוסף שליט"א

דין ברכת שפטרנו מעונשו של זה
לחץ כאן לצפייה בשיעורים נוספים

Les dernières Halachot publiées

"תנא דבי אליהו כל השונה הלכות בכל יום מובטח לו שהוא בן העולם הבא"

נדה ע"ג א'

8 Halachot Les plus populaires

Le sel sur la table – L’usage de notre maitre le Rav z.ts.l

Question: Y a-t-il une obligation selon le DIN, de mettre le sel à table avant de réciter la bénédiction de Ha-Motsi? Cette obligation est-elle aussi en vigueur durant les jours de semaine? Réponse: Il est enseigné dans la Guémara Bérah&rsqu......

Lire la Halacha

Règles relatives à la sortie du 9 Av et au 10 Av

Après la sortie des étoiles le jour du 9 Av, il est permis de manger et de boire. Nous avons l’usage de réciter Birkat Ha-Lévana (la bénédiction à la vision de la lune) après l’office de ‘Arvit à la sortie du 9 Av. Il ......

Lire la Halacha

Manger sans se laver les mains (Nétilatt Yadaïm)

Nous avons expliqué dans la Halah’a précédente qu’il n’est pas permis de manger du pain sans se laver les mains (Nétilatt Yadaïm), et cela, même dans le cas où l’on ne touche pas le pain avec ses mains, comme lorsqu......

Lire la Halacha

« Acher Yatsar » et bénédiction finale

Question: Une personne consomme des aliments en quantité suffisante (Kazaït – 27g) pour réciter la bénédiction finale. Avant de réciter cette bénédiction, la personne ressent l’envie d’aller aux toilettes. Lorsqu’elle so......

Lire la Halacha


Règles de la Nétilat Yadaïm ablution des mains) pour le repas

L’institution de la Nétilat Yadaïm  La Nétilat Yadaïm avant de consommer un repas accompagné de pain, est une institution de nos maîtres. Il est enseigné dans une Mishna du traité ‘Edouyot (chap.5) que l’on a excommuni&eacut......

Lire la Halacha

Est-il permis de consommer du pain sans se laver les mains(Nétilatt Yadaïm), lorsqu’on le consomme sans le toucher, par l’intermédiaire d’une serviette ou autre?

La Guémara dans H’oulinn (107b) nous dit: « Les H’ah’amim ont autorisé la serviette ( manger du pain s’en se laver les mains, mais simplement en les entourant d’un tissu) uniquement pour ceux qui consommaient la ......

Lire la Halacha

Havdala le samedi soir où tombe le 9 Av – Règle pour un malade qui mange le jour du 9 Av

Pour une année où le 9 Av tombe un samedi soir – comme cette année 5781 – nos maitres les Richonim (décisionnaires de l’époque médiévale) débattent afin de définir comment faut-il procéder en ce qui concerne la H......

Lire la Halacha

« Acher Yatsar ou Birkat Ha-Mazon?

Question: Une personne consomme du pain en quantité suffisante (Kazaït – 27g) pour réciter Birkat Ha-Mazon. Avant de réciter Birkat Ha-Mazon, la personne ressent l’envie d’aller aux toilettes. Lorsqu’elle sort des toilettes et qu’elle se lave......

Lire la Halacha