Halacha pour dimanche 9 Iyar 5780 3 mai 2020

Pour la guérison totale de Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN) parmi tous les malades d'Israël

Pour l'élévation des âmes de:
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)

Pour la guérison totale et rapide de:
Ethan Chlomo Ben Yoni parmi tous les malades d'Israël Amen
Jacques Jacky Yaakov Ben Odette Esther (Benadiba) de Lyon, parmi tous les malades d'Israël Amen.

« Sois très humble » - L’humilité de notre maitre le Rav z.ts.l

Il est enseigné dans les Pirké Avot (chap.4):
Rabbi Lévitass de Yavné dit : Sois très humble.

Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l commente dans son livre ‘Anaf ‘Ets Avot (page 246):
Les grands des générations, les génies de la Torah au sein du peuple d’Israël se sont illustrés par leur qualité d’humilité.
Constatons le à travers ce qui est rapporté dans le livre ‘Houtt Ha-Méchoulach au sujet des Guéonim Rabbi ‘Akiva IGUER et Rabbi Moché SOFER (le ‘Hatam Sofer).
En effet, le Gaon Rabbi Daniel PROSTIZ (un membre du Beit Din du ‘Hatam Sofer) proposa en Chiddou’h (proposition de mariage) la fille du Gaon Rabbi ‘Akiva IGUER au ‘Hatam Sofer
(en remariage, puisque le ‘Hatam Sofer était veuf de sa première épouse).
Ne connaissant pas la jeune fille, le ‘Hatam Sofer rédigea une lettre à l’attention du Gaon Rabbi ‘Akiva IGUER en lui demandant des renseignements sur sa fille, sur son tempérament et ses qualités.
Le Gaon Rabbi ‘Akiva IGUER répondit au courrier en décrivant sa fille de façon élogieuse, qu’il s’agissait d’une jeune fille qui craint Hachem de manière très scrupuleuse, qu’elle était belle aussi bien d’aspect qu’intérieurement.
Mais il conclu sa lettre avec une remarque:

« Cependant, votre âme pure désire pleinement accomplir les enseignements de nos maitres, et mettre en application ce qui est enseigné (Péssa’him 49a):
Un homme doit toujours être disposé à vendre tout ce qu’il possède afin d’épouser la fille d’un Talmid ‘Ha’ham (un érudit dans la Torah), et je crains – malheureusement – de ne pas être parvenu au niveau d’être qualifié de tel. »

Le ‘Hatam Sofer répondit à cette lettre:

« Vos propos au sujet des qualités de votre fille me sont aussi fiables que cent témoins. Cependant, je suis embarrassé en raison d’un enseignement de nos maitres (Péssa’him 49b) : Un homme doit toujours être disposé à vendre tout ce qu’il possède afin de marier sa fille à un Talmid ‘Ha’ham, et je doute d’avoir atteint ce niveau, et d’être digne de devenir votre gendre. »

En définitif, Rabbi Daniel PROSTIZ réussi à convaincre les deux Guéonim, et ainsi, de marier la fille d’un Talmid ‘Ha’ham à un Talmid ‘Ha’ham.
Quel exemple d’humilité!

Il est également rapporté dans la Guémara Yoma (87b) et Sanhédrin (7b):
Lorsque Rav (l’un des premiers sages de l’époque des Emoraïm) voyait un groupe de gens qui l’accompagnait en signe de respect, il se disait un verset :
« Même si stature montait jusqu’au ciel, et sa tête atteindrait les nuages, aussi sûrement que ses excréments, il périrait sans retour, ceux qui le verraient diraient : où est-il ? » (Iyov 20-6 et 7).
Ce qui signifie l’insignifiance que Rav avait à ses propres yeux.

De même, nous avons vu sur notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l, lorsqu’il pénétrait sur le lieu d’un événement, lorsque toute l’assemblée présente se levait et chantait en son honneur des chants qui faisaient son éloge, notre maitre le Rav z.ts.l se murmurait à lui-même un verset:
« Que le pied de l’orgueil ne me guide point » (Téhilim 36-12).
Nous avons également entendu d’une personne fiable que lorsque notre maitre le Rav z.ts.l se rendit à Mexico, on lui fit un véritable honneur digne des rois. L’une des personnes qui l’accompagnait - qui se trouvait derrière lui - constata que notre maitre le Rav z.ts.l murmurait quelque chose. Il tendit son oreille et entendit notre maitre le Rav z.ts.l se dire à lui-même:
« Ovadia! Tu n’es que poussière et cendre ! »

Le livre « Noheg Katson Yossef » (sur les traditions de la Yéchiva de Porat Yossef et des Yéchivot Séfarades de Jérusalem, écrit par notre ami le Rav Its’hak DEBDA Chlita) rapporte en ces termes:
« J’ai entendu de la bouche du Rav Méïr SOUDRI que chaque jour à la fin de l’étude à la Yéchiva (Porat Yossef), lorsque les étudiants rentraient chez eux, le célèbre Gaon Rabbi Ovadia YOSSEF z.ts.l
(qui était à cette époque un jeune étudiant) tournait dans toute la salle d’étude et ramassait les livres laissés sur les tables par certains étudiants. Il les rangeait chacun à sa place. Tel était son usage, et ainsi, il prodiguait du bien au Chamach et aux responsables du rangement. »

Dans le livre « Avir Ha-Ro’im » volume 3, nous nous sommes longuement étendu sur le sujet de l’humilité.

Si de tels géants de la Torah – qui ont consacré toute leur vie à l’étude de la Torah et au service divin – se sont malgré tout illustré par leur humilité dans leur comportement, à fortiori nous-mêmes ! Nous ne devons pas exprimer le moindre orgueil et surtout pas penser que nous sommes digne de quoi que ce soit. Nous devons mettre en pratique le verset:
« Que mon âme soit comme la poussière envers tout le monde. »

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Suite des règles de priorité dans les bénédictions alimentaires

Dans la précédente Halacha, nous avons expliqué que dans certaines situations il faut donner priorité à un certain aliment du fait de son importance, par exemple un des sept fruits d’Israël. A présent, nous allons expliquer qu’il y a des cas......

Lire la Halacha

Sucer un fruit

Question: Lorsqu’on suce une orange ou un pamplemousse, sans mâcher avec les dents, doit-on réciter la bénédiction de Boré Péri Ha-‘Ets au même titre que la bénédiction que l’on doit réciter lorsqu’on mange u......

Lire la Halacha

Faire des biscottes ou des croûtons le Chabbat

Question: est-il permis le jour de Chabbat de mettre des tranches de pain ou une pita sur la plaque chauffante afin qu’ils durcissent et deviennent grillés comme des biscottes ou des croûtons? Réponse : concernant cette question, deux problèmes sont à ......

Lire la Halacha

Règles relatives à la bénédiction des fruits

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué qu’il existe un ordre de priorité aux bénédictions alimentaires. Par exemple, lorsqu’on s’apprête à consommer des dattes et des pommes, on doit réciter la bén&eac......

Lire la Halacha


Suite des règles de l’ordre de priorité dans les bénédictions alimentaires

Conclusions des règles déjà apprises Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué qu’il existe un certain ordre dans la récitation des bénédictions alimentaires. Parfois, cet ordre dépend de l’importance de l&r......

Lire la Halacha

Lorsqu’on a oublié de réciter les bénédictions du matin

Les bénédictions du matin – depuis la bénédiction de Elo-haï Néchama jusqu’à la fin des bénédictions sur la Torah – sont une obligation pour tous, les hommes comme les femmes, comme nous l’avons déjà e......

Lire la Halacha

S’assoir sur de la nourriture

Question: Est-il vrai qu’il est interdit de s’assoir sur une caisse contenant de la boisson ou de la nourriture? Réponse: Il est expliqué dans le traité Béra’hot (50b) qu’il est interdit de se comporter de façon humiliante envers de la no......

Lire la Halacha

Une femme qui a oublié de réciter les bénédictions sur la Torah

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que lorsqu’on a oublié de réciter les bénédictions sur la Torah et qu’on s’en rend compte après avoir terminé la prière du matin, on ne peut plus les ré......

Lire la Halacha