Halacha pour lundi 3 Iyar 5780 27 avril 2020

Pour l'élévation des âmes de:
Mme Carlotta (Cathy) FASSI z’’l (de Netanya, et anciennement de Lyon) 
Avraham Ben Avraham FUNK z’’l (de Lyon)
Désiré Ya’akov Ben Sa’ida BENSOUSSAN z’’l anciennement de Lyon 
Mordé’haï Ben Sim’ha OHAYON z’’l
Odelia Bat Esther (DRAY, fille de Mme MARCIANO z’’l de Lyon
Mme Sarah Bat Ra'hma AMAR z"l de Lyon
Mme Esther Bat 'Hassiba EL BAZ z"l de Lyon
Louis Avraham Ben Israël SAURA z''l (de Lyon)
Mme Esther Bat Sa'ouda MARCIANO z"l de Lyon
Marco Its’hak Ben Dolly Dandouna Ha-Cohen z’’l
Dan Shlomo Ben Joël Yossef KTORZA z’’l de Sarcelles
Rabbi Its’hak Ben Yehouda (Rabbin ELHADAD) de Lyon z’’l
Mme Frewa’h Bat ‘Hanna BENSAID de Lyon z’’l 
Richard Amram Ben Chélomo AMAR z’’l de Lyon
Betty Rivka Bat Sultana PEREZ (GHOZLAND WEILL) z’’l anciennement de Lyon et Paris

Pour la guérison totale et rapide de:
Sylvie Mazal Esther Bat Régine 'Haya Sim'ha (PITOUN)
Ethan Chlomo Ben Yoni
Jacques Jacky Yaakov ‘Haïm Ben Odette Esther (BENADIBA) de Lyon
Alain Moché Ben Myriam (STEBOUN) de Lyon
parmi tous les malades d'Israël Amen.

La concentration dans la prière

Il est enseigné dans les Pirké Avot (chap.4):
Rabbi Chim’on dit : Sois vigilant vis-à-vis de la lecture du Chéma’ et de la prière, et lorsque tu pries, ne fais pas de ta prière une contrainte fixe, mais plutôt une demande de miséricorde exprimée avec des supplications devant Hachem.

Le Gaon auteur du Chla Hakadoch (le livre Chéné Lou’hott Habéritt, sur les sujets de la prière) écrit au nom du livre Dére’h Ha-‘Haïm:
Il existe 10 choses qui peuvent favoriser la concentration dans la prière ou la perturber : La Torah ; le renouvellement ; le besoin ; le langage ; le mouvement ; la voix ; la préparation ; l’arrivée d’une personne ; le voisinage ; le temps.

La « Torah » signifie ici l’étude de la Torah.
En effet, elle favorise la concentration, car plus on s’adonne à l’étude de la Torah, en écoutant des cours de Torah ou autre, plus on se rapproche d’Hachem et on s’attache à Lui davantage. Ainsi, lorsqu’on s’apprêtera à prier, on n’aura pas de difficulté à supplier et à se concentrer davantage dans la prière.

Le « renouvellement » signifie que l’on doit innover des demandes personnelles dans certaines des bénédictions de la ‘Amida, comme dans « Chéma’ Kolénou » où l’on peut demander pour la Parnassa, ou bien dans « Réfaénou » où l’on peut demander la guérison d’une personne malade, et ainsi de suite.

Le « besoin » signifie que lorsque la personne ressent qu’elle a besoin de la miséricorde divine, elle prie avec davantage de concentration et d’attachement à Hachem. Par exemple, quelqu’un dont le fils est – ‘Hass Véchalom – malade, il est certain qu’il priera pour cela des profondeurs de son cœur. Chacun doit ressentir à quel point il est tributaire de la miséricorde divine, et ainsi, il priera avec concentration.

Le « langage » signifie que l’on doit adresser nos demandes dans la langue à laquelle on est habitué, car les prières ont toutes été instaurées selon le langage de nos maitres, qui vivaient dans les générations antérieures, et l’on peut ajouter une demande devant Hachem dans la langue à laquelle on est habitué, et que l’on comprend.

Le « mouvement » signifie le fait de bouger le corps durant la prière.
Chez certaines personnes, cela peut les empêcher de se concentrer.
Chez d’autres personnes, cela peut – au contraire – stimuler leur concentration. Tout est relatif à la nature de chacun.

La « voix » signifie que certains se stimulent davantage en priant à haute voix (pour la ‘Amida, il est interdit de le faire), et d’autres sont davantage stimulés en priant à voix basse.

La « préparation » signifie qu’il faut s’assoir un instant sans rien faire avant de prier, en méditant sur les bontés d’Hachem, et en retirant de son esprit toutes les autres pensées.

« L’arrivée d’une personne » signifie que l’arrivée de personnes sur le lieu où l’on prie pendant que l’on prie, peut perturber la concentration.

Le « voisinage » signifie que lorsqu’on prie dans un endroit sérieux, où les autres fidèles prient correctement en se concentrant dans la prière, cela nous facilite la concentration dans la prière. C’est pourquoi, il faut fixer son lieu de prière dans un endroit ordonné et sérieux, et ne pas prier en compagnie de gens qui bavardent et dédaignent l’importance de la prière. (Ainsi, les enfants que l’on amène à la synagogue, verront que l’on s’y comporte avec sainteté).

Le « temps » signifie que l’on doit prendre son temps lorsqu’on prie, et ne pas prier avec rapidité. Ainsi, on pourra se concentrer davantage.

Dans le Chou’t Or LéTsion volume 2 (page 69), on rapporte au nom du Gaon Rabbi Ben Tsion ABBA CHAOUL z.ts.l un conseil pour prier avec concentration : Lorsqu’on achève une bénédiction de la ‘Amida, on ne commence la suivante que lorsqu’on a pris un instant pour méditer sur son contenu. Ainsi, la prière aura un résultat concret, en comparaison aux premiers ‘Hassidim (du temps de la Michna) qui prenaient un moment avant de prier, et leur prière était exaucée.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Les 8 niveaux de la Tsédaka

Le RAMBAM écrit (chap.10 des règles relatives aux dons aux nécessiteux): Il y a 8 niveaux dans la Tsédaka, l’un supérieur à l’autre. C'est-à-dire: 8 façons de donner la Tsédaka, l’une supérieure à l&......

Lire la Halacha

Mitsva de Tsédaka et du Ma’asser Késsafim

A la demande de nombreuses personnes, nous continuons à développer le sujet de la Mitsva de Tsédaka et du Ma’asser Késsafim (dîme financière), à partir des propos de MARAN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ et des décisi......

Lire la Halacha

Déduire du Ma’asser les dépenses liées aux enfants

Question: Les personnes qui ont l’usage de prélever chaque mois le « Ma’asser Késsafim » (la dîme financière), peuvent-elles déduire du Ma’asser, les frais de prise en charge de leurs enfants qui vivent encore avec eux? R&e......

Lire la Halacha

Quelle est la quantité que l’on doit donner à la Tsédaka?

Concernant la quantité que l’on doit donner à la Tsédaka, nos maîtres - le RAMBAM, le TOUR et MARAN l’auteur du Choulh'an ‘Arouh’ – écrivent que lorsqu’on possède les moyens suffisants, il faut donner selon les besoins ......

Lire la Halacha


Qui est soumis à l’obligation de donner la Tsédaka

Toute personne du peuple d’Israël est soumise à l’obligation de donner la Tsédaka. Même le nécessiteux qui se nourrit de la Tsédaka, qui n’a pas d’autre moyen de se nourrir, et dont toute la subsistance provient de ce que lui donnent le......

Lire la Halacha

La Mitsva de Tsédaka – Notre maitre le Rav z.ts.l

Notre maitre le TOUR écrit: La Mitsva de Tsédaka incombe chaque membre du peuple d’Israël, en donnant de son argent, selon ses possibilités. Hormis le fait que toute personne qui donne la Tsédaka, accompli une ordonnance positive de la Torah, toute personne......

Lire la Halacha

Le mérite nécessaire pour donner de la Tsédaka – Le rêve extraordinaire

Dans la précédente Halacha, nous avons mentionné la demande du prophète Irméyahou auprès d’Hachem afin que lorsque les Récha’im (impies) désireront donner de la Tsédaka, Hachem les heurte à des gens incorrectes. Cela s......

Lire la Halacha

La Tsédaka envers des personnes incorrectes

Dans les précédentes Halachot, nous avons expliqué les principes de la Mitsva de Tsédaka. Une personne qui transgresse une des Mitsvot de la Torah et ne fait pas Téchouva, par exemple un homme qui a conscience de l’interdiction de se raser à la lame......

Lire la Halacha