Halacha pour mardi 28 Adar 5780 24 mars 2020

Pour l'élévation de l'âme de 
André Avraham Ben Ma'hlouf TAÏB z"l de Lyon (France)

Cette Halacha est dédiée à l’élévation de l’âme de la Rabbanitt Messa’ouda Bat ‘Hanna (Toledano) z’’l
digne épouse de mon vénéré maitre Rabbi Yossef TOLEDANO z.ts.l
Dédié par: David PITOUN

Pour l'élévation de l'âme de Rivka Bat Rachel Léa
Pour l'élévation de la Néshama de Sim'ha Bat Ra'hel (Sebban) z''l

Une personne qui s’impose des rigueurs personnelles et qui est invitée pendant Péssa’h

Question: J’ai l’usage d’observer certaines rigueurs (‘Houmrott) pendant Péssa’h, comme ne consommer qu’un certain niveau de Cacherout par exemple, et je suis invité chez une famille, suis-je autorisé à consommer chez eux?

Réponse: Lorsque quelqu’un a l’usage d’observer certaines rigueurs, mais que ces rigueurs ne sont pas exigées par le Din, comme le fait de ne consommer pendant Péssa’h que les produits d’un organisme de Cacherout précis, ou le fait de ne pas acheter des produits industriels ou autre, ou bien le fait de ne consommer que des « Matsot Chémourott » pendant toute la fête, et il est à présent invité à manger pendant Péssa’h chez des proches ou autres, doit-il s’imposer ses rigueurs personnelles même lorsqu’il est invité - et dans ce cas, il lui sera interdit de consommer dans la vaisselle de ses hôtes puisque les ustensiles sont absorbés du goût des aliments que l’invité s’interdit toujours – ou bien doit-il se montrer souple dans cette situation et agir comme les membres du foyer où il est invité?

Le premier qui a abordé ce problème est notre maitre le RADBAZ (Rabbi David Ben Zimra, il vivait il y a 500 ans à Tsfat en Israël) et il écrit dans une responsa (vol.4) au sujet d’un fait qui s’est produit dans sa ville où certains Rabbanim s’imposaient la rigueur de ne pas consommer la viande abattue par certains Cho’hatim de la ville, car ces Cho’hatim manquaient de vigilance sur certaines règles de la Ché’hita (mais il n’y avait pas de transgression avérée). L’un des chef de familles de la ville invita ces Rabbanim rigoureux à manger chez lui pendant Péssa’h, et les Rabbanim refusèrent de consommer chez leur hôte, en disant qu’il devait d’abord cachériser tous ses ustensiles par Hag’ala (immersion dans l’eau bouillante), car il avait cuisiné dans ces ustensiles de la viande provenant de l’abattage des Cho’hatim soupçonnés de manque de vigilance, et selon la rigueur que ces Rabbanim s’imposaient, les ustensiles étaient donc absorbés de goût d’une viande non-Cacher.

Le RADBAZ écrit sur cela que ces Rabbanim ont mal agis en décrétant que les ustensiles de leur hôte n’étaient pas Cacher, et ceci pour diverses raisons.
La première, parce que la plupart des Cho’hatim de la ville abattaient conformément au Din, et de plus, le goût des aliments absorbé dans les parois des ustensiles n’est pas comparable (dans ce cas précis) à l’aliment lui-même. Le RADBAZ ajoute plusieurs autres arguments pour prouver que l’utilisation des ustensiles n’est pas comparable à consommer les aliments eux même.

Le RADBAZ poursuit en disant qu’il y a là un interdit à titre du principe de « ne jamais modifier les choses, à cause de la querelle », cela signifie que lorsqu’il n’y a pas de réelle obligation indispensable – car dans notre cas l’interdit n’était pas prouvé – il ne faut pas causer de querelles ou des changements qui pourraient entraîner de la discorde.
Or, puisqu’il y a dans ce cas plusieurs doutes, il faut se montrer souple, et les personnes invitées à manger chez quelqu’un qui n’observe pas ces rigueurs, sont autorisées à consommer dans la vaisselle de leur hôte.

Le RADBAZ écrit aussi que lui-même avait l’usage de consommer chez d’autres gens, même s’il s’imposait à lui-même de ne jamais consommer d’aubergines, car il considérait l’aubergine comme un fruit de l’arbre sur lesquels est en vigueur l’interdit de ‘Orla (pendant ses 3 premières années, il est interdit de consommer les fruits d’un arbre, et la plupart des aubergines poussent pendant les 3 premières années), et malgré tout, « je ne m’abstiens pas de consommer chez des gens qui consomment des aubergines de façon certaine, car l’interdit n’est pas clair dans ce cas, puisque certains décisionnaires considèrent l’aubergine comme un fruit de la terre (pour lequel il n’y a pas d’interdit de ‘Orla). Et il ne faut à fortiori pas imposer à ces gens de Cachériser leurs ustensiles et les considérer ainsi comme des ignorants, celui qui désire s’imposer des rigueurs personnelles, n’a qu’à rester chez lui et décliner l’invitation, car son comportement entraînera la discorde, la haine gratuite et le ‘Hiloul Hachem (profanation du Nom Divin). » Fin de citation du RADBAZ.

C’est pourquoi, notre maitre le Gaon et Richon LéTsion Rabbi Its’hak YOSSEF Chlita écrit dans son livre Yalkout Yossef-Péssa’h (chap.453) en ces termes:
« Si quelqu’un s’impose une rigueur précise, et qu’il est invité chez des gens qui s’autorisent la chose, il doit consommer dans leurs ustensiles, et ne doit pas les vexer en refusant de consommer dans leur vaisselle et en leur imposant de la Cachériser au préalable. »

Bien évidemment, les propos du Richon LéTsion Chlita ne concernent que le cas où il n’est pas question de véritables interdits, mais seulement de rigueurs non-exigées par la Halacha.
Par contre, si l’on sait que le maitre de maison n’est pas pointilleux sur les règles de Cacherout, de viande et de lait, ou sur les véritables règles de Péssa’h ou autre, il est certain que l’on ne doit absolument pas consommer chez cette personne, même si cela doit causer une querelle.
L’homme sage est prévoyant et met tout en œuvre pour ne pas arriver à une telle situation.

Questionner Le Rav


8 Halachot Les plus populaires

Les ustensiles de Péssa’h

Pendant Péssa’h, on ne doit pas utiliser les ustensiles que l’on a utilisé durant toute l’année, car ces ustensiles dans lesquels on a cuisiné toute l’année ont contenus des aliments chauds, et les parois de ces sutensiles ont « a......

Lire la Halacha

Lois relatives à la Cacherisation des éviers et de la cuisine

Les ustensiles en plastique sont cacherisables selon la manière de leur utilisation, c'est-à-dire que si l’on à l’habitude de les utiliser à froid il suffira de bien les laver. S’il est d’usage de les utiliser à chaud mais en second deg......

Lire la Halacha

Cas pratiques concernant les Kitniyot

Dans la précédente Hala’ha, nous avons expliqué de façon générale, les principales règles du ‘Hamets et des Kitniyot à Pessa’h. Nous avons expliqué que selon l’unanimité, les Kitniyot  - comme le poids......

Lire la Halacha

Vigilance sur le H’amets

L’interdiction de tirer profit et de consommer du H’amets Il est dit dans la Torah au sujet de la fête de Pessah’ (Chémott 13): « Durant 7 jours, on mangera des Matsot, et ne sera vu ni H’amets, ni levain dans tous tes domaines ». Dans la Gu&eacut......

Lire la Halacha


Du H’amets inconsommable avant Pessah’ – Maquillage et crèmes diverses

L’interdiction de consommer ou de tirer profit du H’amets De même qu’il est interdit de consommer du H’amets pendant Péssah’, ainsi Hachem nous ordonne de ne pas maintenir du H’amets en notre possession pendant Péssah’. De même, il......

Lire la Halacha

Cachérisation d’un four pour Péssa’h – Birkatt Ha-Ilanott

Question: Est-il possible de Cachériser un four pour Péssa’h? Réponse: Notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l a traité ce sujet à divers endroits de ses ouvrages (Chou’t Yabiya’ Omer vol.5 sect. Y.D chap.7 ; et autres …), et il s&rsquo......

Lire la Halacha

Le devoir de Matanot La-Evyonim

Il est dit dans la Méguilat Esther (9 – 22): « Faire de ces jours, des jours de festin et de joie, et d’échange de mets mutuels, ainsi que de cadeaux aux nécessiteux. » Il est rapporté dans la Guémara Méguila (7a): Echange de met......

Lire la Halacha

Le jeûne d’Esther

Aujourd’hui, tombe le jeûne d’Esther que toutes les communautés du peuple d’Israël a l’usage d’observer. Au temps de Mordéh’aï et Esther, les juifs se sont réunis le 13 Adar afin d’affronter leurs ennemis. Ils avaient ......

Lire la Halacha